Scalaire dorée

Epitonium turtonis | (Turton, 1819)

N° 2875

Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Coquille longue et étroite, en cône effilé et apex pointu
11 à 15 tours de spires
10 à 14 côtes longitudinales saillantes
Ouverture ronde à labre épais
Couleur brunâtre aux côtes plus claires

Noms

Noms communs internationaux

Turton's wentletrap (GB), Turtons Wendeltreppe (D), Turtons wenteltrapje (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Turbo turtonis Turton, 1819
Clathrus turtonis
(Turton, 1819)
Scalaria tenuicostata Michaud, 1829
Scalaria planicosta Bivona Ant., 1832
Scalaria turtonae Locard, 1892

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Méditerranée française], ○ [Atlantique Nord-Est, Manche et mer du Nord françaises]

L'espèce est connue depuis la mer du Nord et les côtes de Norvège, l'Atlantique Est des îles Britanniques jusqu'aux Açores et dans toute la Méditerranée.
Pour les côtes françaises, elle est signalée sur les côtes du Pas-de-Calais, de Charente-Maritime, du golfe de Gascogne et de Méditerranée.

Biotope

Son habitat est le sable fin ou vaseux, à une profondeur s'étendant de 5 à 20 m.

Description

La coquille de la scalaire dorée est longue et étroite, en cône effilé et à l'apex* pointu, d'une longueur de 35 à 45 mm. Elle présente 11 à 15 tours de spires serrés. La suture creuse est apparente.
Le dernier tour de spire représente environ 25 % de la longueur totale de la coquille. Celle-ci est ornée de côtes axiales en lamelles saillantes, légèrement obliques. Les intervalles paraissent lisses mais ils portent de très fines cordes. On compte habituellement 10 à 14 côtes par tour de spires et, parfois, une varice* par tour.
La couleur générale est brunâtre et présente souvent des bandes longitudinales plus claires vers la suture, avec des côtes légèrement plus claires. L'ouverture est ronde et soulignée par un labre* épais et un cal columellaire* blanc. L'opercule* est corné.
Le corps de l'animal est pigmenté, gris clair à brunâtre. Son pied* est court, tronqué à l'avant, et se prolonge bien en avant de la tête. Celle-ci porte deux fins tentacules* céphaliques pourvus d'yeux à leur base. Sa radula* est garnie de dents en forme de crochet ou d'aiguille.

Espèces ressemblantes

Sans être rare, elle est nettement moins commune qu'Epitonium clathrus. La coquille de cette dernière est généralement claire, composée de 7 à 15 tours de spires et les côtes, à fort relief, sont moins nombreuses (une dizaine), moins serrées. La base de la coquille est plus large.

Alimentation

Elle est carnivore et se nourrit d'animaux vivants (coraux, anémones de mer) ou morts, détectés grâce à un odorat développé.
Les scalaires sont des prédateurs omnivores qui se nourrissent principalement d'anémones de mer comme Anemonia viridis et de tuniciers, parfois aussi de Scléractiniaires. C'est en insérant leur trompe dans les tissus de leurs proies qu'elles s'alimentent en aspirant les fluides internes.

Reproduction - Multiplication

L'espèce est hermaphrodite*.
La ponte se présente comme un chapelet ressemblant à un collier de perles. Les œufs encapsulés sont agglutinés les uns aux autres grâce à un mélange de grains de sable. Les capsules des œufs de scalaire dorée sont de forme pyramidale et, pour les scalaires, la forme des capsules semble être une caractéristique des espèces.
La larve* véligère* présente un ombilic* rougeâtre et, sur le côté droit, une sorte de voile composé de cils et une glande pourpre.

Divers biologie

Des fossiles récents de cette espèce sont connus, en particulier sur les côtes italiennes.

Informations complémentaires

Il existe 200 espèces de scalaires dans le monde entier et 20 sur les côtes métropolitaines. Certaines d'entre elles sont très rares.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom commun scalaire vient du latin [scala] = échelle, les sculptures de la coquille évoquant les marches d'un escalier en colimaçon.
La couleur générale de la coquille est brun-doré.

Origine du nom scientifique

Epitonium : du latin [epitonio] = rouleau, en référence aux sceaux-cylindres utilisés dans l'antiquité qui servaient à signer sur des tablettes en cire ou à imprimer. La taille, la forme et la matière de ces petits objets de luxe (certains étaient en ivoire) se rapprochent de la coquille de la scalaire ;
turtonis : du nom du biologiste, Turton, qui a décrit cette espèce en 1819.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre non attribué non attribué

Ce taxon n'a pas encore reçu un nom de la part des spécialistes.

Famille Epitoniidae Epitoniidés

Coquille hélicoïdale, pointue (allure d'escalier en colimaçon) avec des côtes (lamelles) transversales plus ou moins marquées. Tours plus ou moins étroitement appliqués. Ouverture arrondie.

Genre Epitonium
Espèce turtonis

Nos partenaires