Epibule gourami

Epibulus insidiator | (Pallas, 1770)

N° 2445

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical

Clé d'identification

Corps haut, comprimé latéralement et atteignant 25 cm en moyenne pour un adulte
Bouche protractile en forme de tube, repliée sous la tête au repos
Ecailles larges, bordées de noir
Ligne noire partant de l'opercule et traversant l'œil

Femelle :

  • jaune, presque blanche ou brune
  • front légèrement bombé
  • ligne secondaire descendant de l'œil et se dirigeant vers l'arrière

Mâle :

  • tête blanche, corps noir avec zone rouille sur le dos
  • front très bombé
  • Dorsale, anale et caudale effilées

Noms

Autres noms communs français

Labre à long museau, épibule trompeur, gouramier, labre traître

Noms communs internationaux

Slingjaw wrasse, jawslinger, telescope fish (GB), Vieja gurami (E), Stülpmaul-Lippfisch (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sparus insidiator Pallas 1770
Epibulus insidiator flava Bleeker, 1849
Epibulus insidiator var. fusca Bleeker, 1849
Epibulus striatus Day, 1871

Distribution géographique

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Epibulus insidiator se rencontre depuis la mer Rouge, dans l'océan Indien tropical et jusqu'en Polynésie française et Hawaï dans le Pacifique central. Du nord au sud il est présent du sud du Japon à l'Australie et la Nouvelle-Calédonie.
Dans la zone DORIS, on le retrouve à Mayotte, à la Réunion, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française.

Biotope

L'épibule gourami affectionne les zones riches en coraux des lagons et les tombants et pentes externes, entre 1 et 42 m de profondeur.

Description

Epibulus insidiator est un poisson au corps haut, comprimé latéralement et pouvant atteindre 54 cm, même si la taille moyenne d'un adulte est de 25 cm. Cette espèce est caractérisée par une bouche protractile* en forme de tube, représentant plus du tiers de la longueur du corps quand elle est déployée. Au repos, cet appareil buccal est replié sous la tête, jusque sous le bord de l'opercule*. Les écailles sont larges, bordées de noir et bien visibles.

La livrée de cette espèce est très variable en fonction des sexes.

  • Chez les juvéniles, le corps est brun uniforme avec 4 lignes blanches verticales : 2 sur les flancs et 2 sur le pédoncule* caudal. 5 courtes lignes blanches rayonnent à partir de l'œil. Un ocelle* noir est présent sur la partie postérieure de la dorsale et de l'anale.
  • Chez le subadulte, la coloration est brun noir uniforme avec une tache jaune au début de la nageoire dorsale, vestige de la première ligne chez le juvénile.
  • Les femelles peuvent être jaunes, presque blanches ou brunes. Leur front est légèrement bombé et une ligne noire va du bord externe de l'opercule et se dirige vers le museau en traversant l'œil. Une ligne noire, courte, plus ou moins présente part de l'œil et descend vers l'arrière.
  • Enfin les mâles ont une tête blanche avec également la ligne noire traversant l'œil. Le reste du corps est pratiquement noir avec une zone rouille sur le dos et une zone jaune plus ou moins marquée, verticale, sur les flancs. Le front est nettement bombé. Les lobes des nageoires dorsale, anale et caudale sont effilés, le plus long étant celui de l'anale.

Ce poisson changeant de sexe au cours de sa vie, on peut donc trouver toutes les livrées intermédiaires entre celles du juvénile, du subadulte, de la femelle et du mâle.

Espèces ressemblantes

Epibulus brevis est l'autre espèce appartenant à ce genre. Les femelles ont des pectorales noires et un corps souvent clair. Les écailles sont bordées de noir sauf au niveau du ventre. Les mâles sont moins colorés que ceux de E. insidiator, gris brun à verdâtre, avec une tête de la même couleur que le corps, et avec une tache jaune à la base de la nageoire dorsale, dans sa partie antérieure. Le front est peu bombé. Cette espèce ne présente pas de marque noire au niveau de l'œil et elle ne dépasse pas 18 cm. On la trouve dans le Pacifique tropical Ouest (Palau, Philippines, Indonésie, Papouasie Nouvelle-Guinée) où elle cohabite avec E. insidiator,

Les juvéniles de E. insidiator sont très semblables aux adultes des labres nains appartenant au genre Wetmorella. Mais ces espèces, de 6 à 8 cm de longueur, ont un museau très pointu et les barres blanches sur le corps sont obliques et non verticales. Ces espèces n'ont pas de bouche protractile.

Alimentation

Epibulus insidiator se nourrit de crustacés et de petits poissons qu'il chasse à l'affût. Il attend qu'une proie passe assez près de lui pour déployer brusquement sa longue bouche en forme de tube. La proie est alors aspirée en une fraction de seconde.

Reproduction - Multiplication

C'est une espèce hermaphrodite* protogyne*, c'est-à-dire qu'elle passe de femelle à mâle au cours de sa vie. Un mâle occupe un territoire de 500 à 1000 m2 où résident plusieurs femelles. La reproduction a lieu au printemps ou à l'automne. Un couple se forme dans le harem. A marée haute, le mâle et une femelle s'élancent vers la surface et libèrent simultanément leurs gamètes* avant de redescendre rapidement vers le fond. La fécondation a lieu en pleine eau et les œufs puis les larves* ont une vie planctonique*.

Vie associée

Epibulus insidiator est souvent accompagné de Aulostomus chinenis, le poisson-trompette, qui en fait se cache derrière l'épibule gourami pour mieux surprendre ses proies.
A son tour, E. insidiator est souvent aperçu suivant des rougets barbets pour profiter des proies qu'ils débusquent en fouillant le sable.

Divers biologie

La nageoire dorsale est constituée de 9 à 10 épines et 9 à 11 rayons mous alors que l'anale a 3 épines et 8 à 9 rayons mous.

Un mâle patrouillant sur son territoire a une allure caractéristique : toutes ses nageoires sont plaquées le long de son corps, sauf l'anale, qui forme un angle de 45°.

Informations complémentaires

C'est une espèce commune, généralement solitaire et qui peut être ciguatérique*.

Réglementation

Cette espèce est classée dans la liste rouge 2010 UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) sous le statut LC (Least Concern), soit "préoccupation mineure".

Origine des noms

Origine du nom français

Epibule est la francisation du nom de genre. Gourami est le nom d'un poisson d'eau douce ressemblant à l'épibule.

Origine du nom scientifique

Epibulus : du grec (épi) = dessus, devant et (boleo) = lancer, probablement en référence à sa bouche protractile qui sort comme un tube du museau pour se nourrir.

insidiator : du latin (insidiator) = traître, qui est en embuscade. Caractérise le fait que ce poisson se cache souvent derrière un autre et que lorsqu'une proie passe à sa portée, il l'aspire brusquement avec sa bouche tubulaire.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Epibulus
Espèce insidiator

Nos partenaires