Murène-vipère

Enchelycore nigricans | (Bonnaterre, 1788)

N° 4372

Atlantique intertropical

Clé d'identification

Mâchoires arquées : seules les extrémités se touchent en position fermée
Nombreuses dents, pointues et apparentes même bouche fermée
Narine postérieure en grand trou ovale
Mâchoire inférieure et nageoires pâles
Barre oblique sombre à la commissure des lèvres
Robe brune avec quelques mouchetures plus foncées
Robe des jeunes : fond pâle avec réticulation brunâtre et ventre presque blanc
Jeunes : tache foncée entre les yeux et bande noire sur la nuque

Noms

Autres noms communs français

Murène noire

Noms communs internationaux

Mulatto conger eel, viper moray, mottled conger moray (GB), Morena negra, morena mulata, morena vibora (E), Moreão-negro (P), Moréia negra (Brésil), Vipern-Muräne (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Muraena nigricans Bonnaterre, 1788
Muraena anguina Gronow, 1854
Enchelycore euryrhina Kaup, 1856
Gymnothorax nigrocastaneus Cope, 1871
Enchelycore nigrocastaneus (Cope, 1871)
Gymnothorax umbrosus Poey, 1875
Gymnothorax brunneus Nichols, 1920

Distribution géographique

Atlantique intertropical

Zones DORIS : Caraïbes

Cette murène-vipère est présente dans l'Atlantique tropical : à l'ouest, depuis le sud de la Floride et les Bermudes jusqu'au sud du Brésil, ainsi que dans le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes ; au centre, autour des rochers Saint-Pierre et Saint-Paul et de l'île de l'Ascension ; à l'est, au Cap-Vert et le long des côtes d'Afrique de l'Ouest, du Sénégal jusqu'aux îles de São Tomé et Principe et au Gabon.

Biotope

Elle vit depuis la surface jusqu'à 60 m de profondeur, le long des côtes rocheuses ou des récifs peu profonds.
C'est une espèce benthique*, solitaire, cachée dans les anfractuosités coralliennes durant la journée ; elle en sort la nuit pour chasser.

Description

Comme toutes les murènes, la murène-vipère a un corps serpentiforme, moyennement corpulent et comprimé, d'une longueur moyenne de 60 cm (1 m au maximum).
La robe de cette murène est entièrement brune, avec quelques mouchetures plus foncées chez les adultes. Sa mâchoire inférieure et son ventre sont presque blancs et une barre oblique sombre marque la commissure des lèvres.
La livrée des jeunes est pâle, réticulée de brun, surtout sur le dos. Ces jeunes sont marqués par une tache foncée entre les yeux et une bande noire sur la nuque.
Les mâchoires sont étroites, allongées et très arquées et seules les extrémités se touchent en position fermée. Cette caractéristique laisse visibles, en permanence, de nombreuses et grandes dents, longues et pointues, incurvées vers l'intérieur de la bouche.
Les narines antérieures tubulaires sont situées au bout du museau. Les narines postérieures, en forme de grand trou ovale, sont situées en avant des yeux chez les adultes et entre les yeux chez les juvéniles. Les grands yeux, bordés de clair, sont positionnés au droit du milieu de la bouche. La peau est sans écailles.
Les nageoires dorsale, caudale et anale sont continues, réduites à une crête dermique. La dorsale est positionnée très en avant et débute au droit de la fente branchiale. Les nageoires pectorales et pelviennes sont absentes.

Espèces ressemblantes

La murène cloutée, Enchelycore carychroa, a des pores formant des points blancs sous la mâchoire et des narines allongées. Comme la murène-vipère, elle est rarement rencontrée. Son aire de distribution, dans l'Atlantique Ouest, s'étend de la Floride au Brésil.

Enchelycore anatina
, la murène à crocs, présente elle aussi des mâchoires arquées. La tête est marron, avec des narines postérieures en petit trou rond. Le reste du corps, lui aussi marron, présente de nombreuses taches circulaires jaunes. Cette espèce se rencontre aux Açores, au Cap-Vert et sur les côtes d'Afrique de l'Ouest.

Dans la zone caraïbe, on trouve aussi Gymnothorax vicinus, la murène à tête mauve, de couleur marron uniforme, mais dont les mâchoires ne sont pas arquées et dont les narines sont réduites à un simple petit trou.

Alimentation

Cette murène sort de son abri à la tombée de la nuit, pour se mettre en chasse de proies variées. Elle utilise pour cela son odorat très développé. A l'inverse, sa vision est mauvaise.
Elle est principalement piscivore*, à l'exception de quelques crustacés.
Les murènes ont deux séries de dents : celles sur les mâchoires sont utilisées pour capturer la proie alors que les dents vomériennes* permettent de positionner la proie pour l'avaler sans la lâcher.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés.
C'est une espèce ovulipare* et les œufs sont pélagiques*. Les larves* sont de type leptocéphale*, comme pour la plupart des murènes.

Divers biologie

La dentition est forte : 13 à 19 dents de chaque côté de la mâchoire supérieure disposées sur 2 rangées ; dents de la mâchoire inférieure également disposées en 2 rangées, dont une constituée de longues canines dont la longueur augmente d'avant en arrière ; enfin, de minuscules dents vomériennes*.
Il existe une dent de remplacement, couchée sous la peau, pour chaque grande dent. Si cette dernière disparaît, la dent de substitution déchire la peau et s'installe progressivement à cette place.

Informations complémentaires

C'est l'un des habitants communs des récifs coralliens et des rivages rocheux mais l'espèce est secrète et ne sort que la nuit. Elle est donc rarement vue par les plongeurs.

Les murènes sont habituellement inoffensives mais elles peuvent se défendre quand on les dérange ou lorsqu'elles se sentent menacées, par exemple si on bloque leur fuite. Leur morsure peut être dangereuse car profonde et pouvant s'infecter rapidement car les dents, creuses, sont très sales.

Elles peuvent être ciguatériques*.

Réglementation

Depuis 2011, elle est classée LC, soit Least Concern, dans la liste rouge de l'UICN*, c'est-à-dire dont le statut de conservation est jugé de préoccupation mineure.

Origine des noms

Origine du nom français

Murène-vipère : les dents de cette murène, recourbées vers l'intérieur de la bouche, rappellent celles d'une vipère.

Origine du nom scientifique

Enchelycore : du grec [enchely-] = anguille ; et [kor-] = jeune fille, jeune garçon, d'où peut-être "petite murène" ?
nigricans : du latin [nigrico] = être noirâtre, noircir.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Anguilliformes Anguilliformes Corps allongé, serpentiforme, nageoires anale et dorsale en continuité avec la caudale, pas de nageoires pelviennes.
Famille Muraenidae Murénidés Absence de nageoires paires, peau sans écaille.
Genre Enchelycore
Espèce nigricans

Nos partenaires