Poisson-savon à deux bandes

Diploprion bifasciatum | Cuvier, 1828

N° 3745

Indo-Pacifique Ouest

Clé d'identification

Corps ovale, comprimé latéralement et atteignant 25 cm de longueur
Corps et nageoires jaune citron
1 bande noire en chevron traversant l’œil et 1 large bande noire verticale sur les flancs
Nageoire dorsale avec large échancrure séparant la partie antérieure et postérieure
2 livrées plus rares :
- corps noir avec partie molle de la dorsale, caudale et anale jaune citron
- moitié antérieure gris bleuté et moitié postérieure blanc laiteux

Noms

Autres noms communs français

Savonnette à 2 bandes, diploprion à 2 bandes

Noms communs internationaux

Barred soapfish, two-banded grouper, two-banded perch, yellow emperor (GB), Schwarzgelbe Seifenbarsch (D)

Synonymes du nom scientifique actuel

Diploprion bifasciatus, Cuvier 1828

Distribution géographique

Indo-Pacifique Ouest

Zones DORIS : ● Indo-Pacifique

Cette espèce se rencontre dans l'est de l'océan Indien : Inde, Sri Lanka, Maldives, Birmanie jusqu’à l’ouest de l’Australie, et dans le Pacifique tropical Ouest, depuis le sud du Japon et la Chine jusqu’à l'Indonésie, les îles Salomon, la Nouvelle-Calédonie, les Vanuatu, le nord et le nord-est de l’Australie (Queensland).

Biotope

Le poisson-savon à 2 bandes fréquente les zones rocheuses ou coralliennes plus ou moins vaseuses et turbides dans les lagons, où la visibilité est souvent inférieure à 10 m. Mais il se rencontre également sur les pentes externes récifales où il affectionne alors les failles et les crevasses. Il a été observé jusqu'à 100 m de profondeur mais est plus abondant entre 5 et et 50 m.

Description

Diploprion bifasciatum est un poisson au corps ovale, comprimé latéralement et atteignant 25 cm de longueur, même si sa taille moyenne est plutôt de 16 cm. Il est de couleur jaune citron vif (mais parfois jaune très pâle) avec 2 bandes noires verticales. La première, en forme de chevron, est étroite et passe par l’œil. La deuxième, beaucoup plus large, débute sous la partie épineuse de la nageoire dorsale et rejoint la nageoire anale.

Les nageoires sont jaune citron, comme le corps. La nageoire dorsale est constituée d'une partie antérieure épineuse et une partie postérieure molle. Une nette échancrure sépare ces 2 parties et pourrait laisser croire qu'il y a 2 nageoires dorsales, mais elles sont bien reliées par une fine membrane. Cette impression est également renforcée par le fait que la partie épineuse est souvent repliée alors que la partie molle reste dressée.

La tête porte deux gros yeux et la bouche est large, protractile* et inclinée vers le haut. Deux épines sont présentes sur le bord de l'opercule*. Les écailles sont de type cténoïdes*.

Plus rarement, il est possible de rencontrer deux autres livrées. Soit le corps est pratiquement noir et seules la partie molle de la nageoire dorsale, la caudale et l'anale sont jaune citron. Soit la moitié antérieure du corps (nageoires comprises) est gris bleuté et la moitié postérieure (nageoires comprises) est blanc laiteux.

Chez les juvéniles, la moitié antérieure est bleue, la moitié postérieure est jaune et la partie épineuse de la nageoire dorsale est noire.

Espèces ressemblantes

Les juvéniles, mais également certains adultes, avec leur moitié antérieure gris bleuté et leur moitié postérieure blanc laiteux, seraient mimétiques* des blennies venimeuses du genre Meiacanthus comme M. mossambicus ou M. atrodorsalis par exemple. Cependant, ces blennies ont un corps bien plus allongé et Diploprion bifasciatum est capable de se défendre seul puisqu'il sécrète un mucus venimeux.

Dans le genre Diploprion il existe une autre espèce, D. drachi, présente en mer Rouge et dans l'océan Indien, mais son corps est gris bleuté, avec un masque jaune autour des yeux jusqu'à la bouche et une bande noire le long de l'insertion de la nageoire dorsale.

Diploprion bifasciatum fait partie de la famille des Serranidés, comme les mérous, et bien qu'il ait la forme d'un mérou, sa couleur jaune citron avec 2 bandes noires permet de le différencier facilement.

Alimentation

Le poisson-savon à 2 bandes est un féroce prédateur qui se nourrit d'invertébrés et de poissons. Grâce à sa large bouche protractile* il est capable d'avaler des poissons aussi gros que lui.

Reproduction - Multiplication

Peu d'informations sont disponibles sur la biologie de ce poisson. Il est probablement hermaphrodite* protogyne*, c'est-à-dire qu'il est d'abord femelle puis devient mâle en vieillissant.

La maturité sexuelle est atteinte vers une taille de 15 cm. C'est une espèce ovulipare* et la reproduction a lieu en pleine eau, généralement au crépuscule. Le mâle, à l'approche d'une femelle, entame une parade nuptiale, consistant en une danse (nage) erratique autour de la femelle. Le couple quitte le fond et remonte dans la colonne d'eau sur plusieurs mètres. A leur apogée, les géniteurs libèrent brusquement leurs gamètes* et redescendent immédiatement au niveau du fond.

Les œufs puis les larves* ont une vie planctonique*. Les œufs éclosent environ 19 heures après la fécondation dans une eau à 26 - 29 °C. Les post-larves ont déjà la forme de l'adulte, avec une coloration très claire bleutée pour la moitié antérieure de corps, jaune pour la moitié postérieure, coloration que l'on retrouve chez les juvéniles. Ces post-larves ont les deuxième et troisième rayons de la nageoire dorsale libres et surdéveloppés, atteignant plusieurs fois la longueur du corps.

Vie associée

Il n'est pas rare de voir Diploprion bifasciatum suivre les bancs de poissons-chats rayés (Plotosus lineatus). En effet, ceux-ci en fouillant le sable délogent des proies plus faciles à attraper !

Divers biologie

Diploprion bifasciatum produit une toxine au niveau de sa peau : la grammistine. Cette substance toxique et amère le protège des prédateurs. Le mucus important que produit ce poisson rend son corps visqueux et glissant comme du savon. Ce mucus contiendrait aussi des substances antibactériennes. Chez les poissons-savons dits primitifs (Diploprion, Aulacocephalus, Belonoperca) les glandes produisant cette toxine se situent dans l'épiderme alors que chez Grammistes et Pogonoperca, ces glandes sont situées plus profondément, dans le derme et reliées à la surface de la peau par un petit canal.
Les toxines, au pouvoir hémolysant, diffusent dans l'eau et peuvent tuer les poissons dans un endroit confiné comme un aquarium.
Du fait de cette toxicité, la savonnette à deux bandes n'a pratiquement pas de prédateurs.

Informations complémentaires

La nageoire dorsale est constituée de 8 rayons épineux et 13-16 rayons mous. La nageoire anale a 2 rayons épineux et 12-13 rayons mous.

Ce poisson est parfois péché pour l'aquariophilie. Son espérance de vie est d'une vingtaine d'années.

Réglementation

Cette espèce est classée dans la liste rouge de 2015 de l'UICN* sous le statut LC (Least Concern), c'est-à-dire préoccupation mineure.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-savon : du fait du mucus toxique à texture savonneuse sécrété par sa peau, notamment en cas de danger ou quand ce poisson est manipulé. Cuvier (1829) précise que le nom «tient à la singulière douceur de la peau et à la matière onctueuse et gluante dont cette peau est recouverte, et qui, au rapport de M. Plée (voyageur, naturaliste, collecteur d’échantillon), mousse comme du savon lorsqu'on la frotte avec la main».
A deux bandes : son corps est barré de 2 bandes verticales noires.

Origine du nom scientifique

Diploprion : du grecque [diplos] = 2 et [prion] = scie et par extension, dent ou pointe, pour caractériser les 2 épines sur l'opercule dans ce genre.

bifasciatum : du latin [bi] = 2 et [fasciatum] = avec des bandes.

Classification

Numéro d'entrée WoRMS : 277235

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Serranidae Serranidés 1 à 3 épines sur l’arrière de l’opercule.
Genre Diploprion
Espèce bifasciatum

Nos partenaires