Gobie d'Andromède

Didogobius schlieweni | Miller, 1992

N° 3499

Méditerranée nord occidentale et Adriatique

Clé d'identification

Petit gobie de 5 cm de longueur maximum
Coloration brun foncé
4 à 5 gros points blancs sur les flancs
Nombreux points blancs sur la tête
Nageoires dorsales et caudale largement margées de blanc

Noms

Autres noms communs français

Gobie nain à taches blanches, gobie de Schlieweni

Noms communs internationaux

Andromed goby (GB), Ghiozzo di Andromeda (I), Andromeda-grundel (D), Glavoc crnac (Croatie)

Distribution géographique

Méditerranée nord occidentale et Adriatique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

C'est une espèce très rare, endémique* de Méditerranée, dont seulement 8 individus ont été observés officiellement : 3 en France (Banyuls en 1993 et 1997, Marseille en 1996), 1 en Italie (mer Ligure en 2005) et 4 dans le nord de la mer Adriatique (Croatie en 1991, 1994 et 2 en 2000).
En exclusivité, une nouvelle observation, involontaire, par un participant de DORIS a été faite en Corse en 2007 puis à Marseille en 2016 et vers la presqu'île de Giens en 2019. Toujours en 2019, 4 individus ont été observés à Marseille (voir photos).
Il est possible que son aire de distribution soit plus étendue, mais sa petite taille et son activité nocturne le rend difficile à observer.

Biotope

Le gobie d'Andromède est une espèce nocturne, qui fréquente les fonds rocheux constitués de cailloux et petits éboulis, entre 1 et 14 m de profondeur. On peut également le trouver dans les éboulis, à la limite du sable ou de l'herbier de posidonie. En Italie, ce gobie a été observé dans les frondes* de Caulerpa racemosa se développant entre la roche et le sable. La journée, il reste caché sous les pierres et dans les anfractuosités. On parle alors d'espèce cryptobenthique*.

Description

Didogobius schlieweni est un petit gobie au corps cylindrique atteignant 5 cm de longueur. Le corps est de couleur brun foncé presque noir avec 4 à 5 gros points blancs alignés sur les flancs. La tête est grosse, aplatie, un peu plus claire que le corps et couverte de nombreux petits points blancs. Une bande blanche au niveau de la nuque marque la frontière entre la tête et le reste du corps. La bouche est large.
Les 2 nageoires dorsales ainsi que la caudale sont largement margées de blanc. La nageoire caudale est arrondie. Les nageoires pectorales sont bien développées.

Espèces ressemblantes

Les larges taches blanches sur les flancs permettent de différencier ce gobie de tous les autres.

Alimentation

Il n'y a aucune information sur l'alimentation de ce gobie, mais il est probablement carnivore.

Reproduction - Multiplication

La reproduction de cette espèce n'a pas encore été observée.

Divers biologie

La première nageoire dorsale est constituée de 6 rayons épineux, la deuxième dorsale de 1 rayon épineux et 12 - 13 rayons mous et la nageoire anale de 1 rayon épineux et 11 rayons mous.
Il y a 55 à 56 écailles le long de la ligne latérale*.

Informations complémentaires

Très peu de données sont disponibles sur le comportement ou le mode de vie de ce gobie, probablement très rare puisque moins de 10 individus ont été observés à ce jour.

Ce poisson se déplace lentement, de nuit, en utilisant uniquement ses nageoires pectorales, contrairement à la plupart des gobies qui se déplacent souvent par bonds successifs.

Réglementation

Cette espèce est classée dans la liste rouge 2010 UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) sous le statut DD (Data deficient). En effet, le très faible nombre d'individus observés n'a pas permis de récolter assez de données pour l'étudier.

Origine des noms

Origine du nom français

Gobie d'Andromède fait référence à sa livrée, noire avec des points blancs, qui rappelle un ciel étoilé.

Origine du nom scientifique

Didogobius : du latin [gobio], du grec [kobios], pour Aristote = goujon ; ce nom semblerait assez générique pour les petits poissons.
Linné, en 1758, crée le genre Gobius pour le distinguer de Gobio, celui du goujon précisément.

schlieweni : en hommage à Ulrich Schliewen, ichtyologue allemand exerçant actuellement au Zoologische Staatssammlung München et qui a notamment écrit de nombreux livres de vulgarisation sur les poissons d'aquarium.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Gobioidei Gobioïdes
Famille Gobiidae Gobiidés
Genre Didogobius
Espèce schlieweni

Nos partenaires