Eponge grumeleuse recouvrante

Desmapsamma anchorata | (Carter, 1882)

N° 4136

Atlantique tropical Ouest, Cap Vert

Clé d'identification

Eponge encroûtante ou lobée
Couleur beige à rose orange pâle
Oscules petits (moins de 1 cm), limités par une petite membrane
Intérieur orange plus soutenu
Consistance molle, élastique

Noms

Noms communs internationaux

Lumpy overgrowing sponge (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Fibularia anchorata Carter, 1882
Desmacidon reptans Ridley & Dendy, 1886
Desmacidon carterianum Arndt, 1927
Holopsamma helwigi de Laubenfels, 1936

Distribution géographique

Atlantique tropical Ouest, Cap Vert

Zones DORIS : Caraïbes

Cette éponge est présente des Bahamas au Brésil et connue aussi aux îles du Cap Vert et dans le golfe de Guinée.

Les signalements dans l'océan Indien et en Indonésie ont été reconnus comme une espèce jumelle mais bien distincte : Desmapsamma vervoorti van Soest, 1998.

Biotope

Cette éponge assez photophile* se trouve sur les tombants et les fonds rocheux, mais aussi bien dans les fonds de baie et mangroves, de 2 à 30 m de profondeur. La croissance est rapide et c'est souvent une des premières à coloniser les épaves ou casiers abandonnés.

Description

Cette éponge se présente sous la forme de petits monticules lobés, pouvant devenir érigée ou branchue.

La couleur est à dominante rose ou orangée, pâle ou blanchâtre en surface et orange plus soutenu à l'intérieur des oscules*. Ceux-ci sont ronds et assez petits (de l'ordre de 10 mm de diamètre), et limités par une petite membrane de même couleur. Ils sont situés au sommet des lobes.

La surface est lisse, mais souvent incrustée de sable ou autres débris, et on peut voir un motif en réseau de veines translucides convergeant vers les oscules.

La consistance est souple, élastique, assez molle. Le toucher est légèrement gluant.

Espèces ressemblantes

La forme en petits lobes accolés surmontés d'oscules peut provoquer une confusion avec des morphotypes similaires de Callyspongia fallax. A défaut de pouvoir prélever pour examen des spicules*, c'est l'examen des orifices qui aidera à se prononcer : les oscules sont largement ouverts, presque bâillants, pour C. fallax, alors qu'ils sont petits, bien ronds et délimités, voire rétrécis, par une petite membrane bien nette chez D. anchorata. Au toucher, C. fallax est fibreuse, ferme, alors que D. anchorata est plutôt molle et souple.

Alimentation

Les éponges se nourrissent en prélevant les micro particules (moins de 5 µm) contenues dans l'eau de mer. Le courant de filtration est produit par le battement synchrone de cellules ciliées, les choanocytes*, qui font circuler l'eau dans un réseau complexe de canaux à l'intérieur du corps de l'éponge.

Reproduction - Multiplication

Les éponges sont généralement hermaphrodites*, l'hermaphrodisme pouvant être successif ou simultané. Les spermatozoïdes* sont émis en pleine eau et captés par un autre individu via le courant inhalant. Les éponges de ce groupe sont généralement vivipares* : elles émettent des larves* après incubation à l'intérieur de l'éponge-mère. Ces larves sont ciliées et nagent quelques temps avant de s'installer sur le fond, sur un substrat* idoine, et de se développer en une nouvelle éponge.

Vie associée

C'est une des éponges consommées de préférence par les poissons-anges (Pomacanthus paru, P. arcuatus, Holacanthus tricolor, H. ciliaris).

Une association spécifique entre Desmapsamma (cf) anchorata et un octocoralliaire également d'origine caraïbe (le télesto blanc Carijoa riisei) a été signalée, bizarrement en Indonésie où ces deux espèces sont considérées comme non indigènes (probablement introduites). Rien de semblable ne semble exister entre ces deux espèces dans leur zone d'origine.

Divers biologie

La couche superficielle (cortex*) est bien distincte. Le squelette est composé de fibres de spongine* formant des mailles polygonales, incluant plusieurs types de spicules : des mégasclères (oxes*), des microsclères (isochèles* et sigmas*) et aussi des petits débris et des grains de sable incorporés en surface.

Origine des noms

Origine du nom français

Eponge grumeleuse recouvrante : ce nom utilisé dans les guides usuels, est une tentative assez maladroite de description de son aspect de surface (irrégulier, incrusté de débris divers) et de son mode de croissance.

Origine du nom scientifique

Desmapsamma : du grec [desmos] = lien, courroie, faisceau solidement attaché et [psammos] = le sable. Composé à partir du nom d'un genre voisin (Desmacidon), dont les spicules se présentent par paquets étroitement serrés, alors que la racine [psammos] fait référence au fait que du sable est fréquemment incorporé à la matière de l'éponge, surtout en surface.

anchorata : du latin [ancora, anchora] = ancre. Carter a donné ce nom pour rappeler les microsclères qu'il appelle "equianchorate" (les isochèles).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Ordre Poecilosclerida Poécilosclérides « Eponges à spicules variés ». Charpente de spicules siliceux (styles ou acanthostyles) renforcée de spongine. Plusieurs types de mégasclères et de microsclères (chèles, sigmas...).
Famille Desmacididae Desmacididés
Genre Desmapsamma
Espèce anchorata

Nos partenaires