Poisson-hérisson à points jaunes

Cyclichthys spilostylus | (Leis & Randall, 1982)

N° 3820

Océan Indien, océan Pacifique, mer Rouge, Méditerranée

Clé d'identification

Tête massive et large
Arrière du corps effilé
Tête et corps couverts d'épines courtes et rigides
Taches à la base des épines : blanches sur le dos, jaunes sur les côtés, noires sur le ventre
Pédoncule caudal dépourvu d'épines
Nageoires dépourvues de taches

Noms

Noms communs internationaux

Yellow-spotted burrfish, spotbase ballonfish, porcupinefish, spotbase burrfish (GB), Gelbflecken-Igelfisch (D), Pez erizo base de punto (S)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Chilomycterus spilostylus Leis & Randall, 1982

Distribution géographique

Océan Indien, océan Pacifique, mer Rouge, Méditerranée

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Le poisson-hérisson à points jaunes fréquente l'océan Indien et l'océan Pacifique. A l'ouest, on le trouve en mer Rouge, puis sur les côtes africaines jusqu'à l'Afrique du Sud. Sa répartition s'étend vers l'est : dans la partie sud de la mer de Chine, au sud du Japon, aux Philippines, en Australie et en Nouvelle-Calédonie. On le trouve également aux îles Galapagos.

Suite à l'ouverture du canal de Suez, quelques espèces de poissons ont migré de la mer Rouge vers la Méditerranée. C'est le cas du poisson-hérisson à points jaunes qui a été observé à deux reprises sur les côtes israéliennes en 1993 et en 2009. Plus récemment, en 2011, un spécimen a été observé sur les côtes de Turquie. Ces différentes observations indiquent une migration vers le nord de la Méditerranée par l’intermédiaire des courants marins.

Biotope

Le poisson-hérisson à points jaunes fréquente les eaux côtières à proximité des récifs, nageant au-dessus des coraux et des roches, à des profondeurs comprises entre 3 et 90 m. Il apprécie les zones récifales mêlées de sable et d'herbier. C'est un poisson nocturne et solitaire, se tenant souvent sous les surplombs rocheux pendant la journée. Les juvéniles dont la taille est inférieure à 15 cm sont pélagiques* et vivent donc loin des côtes récifales.

Description

Le poisson-hérisson à points jaunes mesure environ 25 à 35 cm. Sa tête est massive et large, l'arrière du corps plus effilé.
Le corps est de couleur gris-brun, le ventre est blanc. Corps et tête sont couverts de courtes épines de forme triangulaire, rigides et rabattues vers l'arrière : environ 15 épines entre le nez et la nageoire dorsale. Des taches sont présentes à la base des épines : blanches sur le dos, jaune-orange sur les côtés, et noires sur le ventre. Le pédoncule* caudal ne porte ni épines ni taches. Certains spécimens présentent 3 grandes taches foncées sur les flancs.
Les nageoires sont dépourvues de taches. La dorsale et l'anale sont arrondies et rejetées en arrière, les pelviennes sont absentes. La caudale est arrondie.
L'ouverture branchiale présente une fente verticale devant la nageoire pectorale. L'organe nasal est constitué de deux tubes courts.
Les yeux sont très gros et proéminents. Les dents sont soudées pour former un bec semblable à celui des poissons-perroquets sauf qu'il n'y a pas de sillon médian séparant le bec en deux. C'est la caractéristique des espèces de la famille des Diodontidés ("à deux dents").

Comme les autres espèces de la famille des Diodontidés, Cyclichthys spilostylus est capable de se gonfler comme un ballon et d'ériger ses épines, ressemblant ainsi à un hérisson.

Espèces ressemblantes

Plusieurs poissons-hérissons ou poissons porcs-épics fréquentant l'Indo-Pacifique peuvent être confondus avec Cyclichthys spilostylus. Cependant seul Cyclichthys spilostylus possède des taches à la base des épines.

Le poisson-hérisson ponctué, Chilomycterus reticulatus, a le corps parsemé de points sombres et de petites épines, une barre sombre sous les yeux et une autre à l'arrière de la tête. Le pédoncule caudal présente une ou deux épines, les nageoires sont couvertes de taches brunes.

Diodon holocanthus, le porc-épic ballon, a le dos et les flancs parsemés de taches noires de forme irrégulière. De larges marbrures marron parfois bordées d'un liseré noir recouvrent le dos, pouvant former jusqu'à 4 selles. Les yeux sont bleutés avec des reflets jaunes et recouverts d'une large barre marron.

Diodon hystrix, le poisson grand porc-épic, ressemble beaucoup à Diodon holocanthus, mais il est plus grand, mesurant en moyenne 65 cm de long. Sa couleur varie du gris au brun-jaune voire brune avec de petits points noirs. Ses nageoires sont recouvertes de taches.

Diodon eydouxii, le porc-épic bleu, n'est pas présent en mer Rouge ni sur les côtes ouest de l'Afrique. Le dos est bleu foncé et recouvert de taches noires allongées. Les nageoires sont recouvertes de petites taches. Une bande sombre est présente sous la gorge.

Cyclichthys orbicularis, le poisson porc-épic orbiculaire, ne dépasse pas les 15 cm de long. Sa livrée montre des taches noires regroupées et des épines bien dressées.

Lophodiodon calori est une espèce peu commune distribuée dans tout l'Indo-Pacifique. Les juvéniles, pélagiques, ont le corps couvert de petites taches noires. Les adultes, benthiques*, ont la bouche noire, une barre noire sous l'oeil, deux ou trois taches foncées sur les flancs, une grande tache blanche à l'avant de la pectorale. Pas de taches sur les nageoires.

Alimentation

Le poisson-hérisson à points jaunes se nourrit d'échinodermes, de gastéropodes et de bivalves ainsi que de crevettes, crabes et de vers. Sa puissante mâchoire et ses dents soudées lui permettent de briser aisément les coquilles de ses proies.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés. Les femelles libèrent les ovules* en pleine eau qui sont fécondés par les mâles. Les œufs ainsi que les larves* sont pélagiques*. Les juvéniles possèdent des tentacules charnus à la base des épines.

Divers biologie

La nageoire dorsale possède 11 à 13 rayons mous, l'anale 10 à 12, la pectorale 20 à 22 et la caudale 9 rayons mous.

Un spécimen mesurant 465 mm de longueur totale a été observé en Méditerranée.

Informations complémentaires

Ce poisson peut présenter quelques dangers pour l'homme, sa mâchoire puissante pouvant infliger de sévères morsures. De plus, il peut être contaminé par la ciguatera* et ses organes concentrent la tétrodotoxine, poison violent pour l'homme.

Les différentes observations de cette espèce en Méditerranée indiquent une tendance à son déplacement vers le nord favorisée par les courants marins. L'absence d'observations de juvéniles semble indiquer que l'espèce ne se reproduit pas en Méditerranée et que sa présence n'est due qu'aux migrations d'adultes par le canal de Suez.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-hérisson à points jaunes évoquant les épines de la peau et les taches jaunes recouvrant les flancs.

Origine du nom scientifique

Cyclichthys : du grec [kyklos] = cycle, tour, rond, et du grec [ichthys] = poisson, évoquant la forme de ce poisson lorsqu'il est gonflé.

spilostylus : du grec [spilos] = tache, tare, défaut, et du grec [stylus] = stylet, objet fin et pointu, en référence aux taches et aux épines recouvrant son corps

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes.
Sous-ordre Tetraodontoidei Tétraodontoïdes Mâchoires et dents transformées en "bec de perroquet".
Famille Diodontidae Diodontidés
Genre Cyclichthys
Espèce spilostylus

Nos partenaires