Corallimorphaire jongleur

Corynactis caribbeorum | (den Hartog, 1980)

N° 1260

Atlantique tropical Ouest et Est subtropical, présence à confirmer dans l'Indo-Pacifique

Clé d'identification

Gros polype solitaire
Pied épais, ridé verticalement et horizontalement
De nuit : tentacules transparents terminés par des sphères colorées (souvent orange vif)

Noms

Autres noms communs français

Corallimorphaire à boules, anémone-bijou des Caraïbes

Noms communs internationaux

Orange ball corallimorph, red ball anemone (GB), Kugel-Korallenanemone (D), Coralimorfo de bolas (E), Balletjes-koraalanemon (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pseudocorynactis caribbeorum den Hartog, 1980 (combinaison originale).

Distribution géographique

Atlantique tropical Ouest et Est subtropical, présence à confirmer dans l'Indo-Pacifique

Zones DORIS : Caraïbes

L'espèce est présente mais peu abondante dans tout l’arc Caraïbe, le golfe du Mexique, les îles Canaries, les îles du Cap Vert.
Elle est signalée dans le Pacifique Est (Indonésie, Nouvelle-Zélande) et probablement présente dans l'océan Indien.

Biotope

Le corallimorphaire jongleur est peu commun, mais surtout difficile à repérer de jour car les tentacules caractéristiques sont rétractés.
Il vit dans les récifs et les zones sableuses avoisinantes où il étend ses tentacules hors des failles ou du sable la nuit.
On peut le trouver de près de la surface (grottes, surplombs) à une cinquantaine de mètres. On en a exceptionnellement récolté à plus de 100 m.

Description

Le corallimorphaire jongleur se présente comme un polype solitaire, ou parfois en petits groupes de 2 ou 3 individus reliés par la base (pour des spécimens observés aux Canaries).
Le diamètre du pied est d'environ 4 cm. Il présente une paroi épaisse, assez rigide, couverte d’un motif en réseau formé par l’entrecroisement de bourrelets longitudinaux et de sillons transversaux. Sa couleur varie entre le jaune, l'orange, le rouge brun à violet avec parfois des marques opaques blanchâtres.
Une démarcation nette sépare la colonne et une collerette ou scapulus* en haut du pied. Cette collerette a une paroi plus mince, lisse et souvent d’une teinte différente de la base du pied. De jour lorsque les tentacules* sont rétractés, on voit ce scapulus comme un monticule proéminent en haut de la colonne, de couleur contrastant avec la base du pied.

Le pied est surmonté d'une couronne tentaculaire entourant le disque oral, blanc ou translucide. Au centre du disque on remarque un hypostome* conique bien marqué (la bouche s’ouvre au sommet d’une élévation conique au centre du disque).

Les 125 à 200 tentacules, déployés uniquement de nuit, sont translucides, terminés par une boule de couleur contrastante : l’acrosphère*, structure contenant une forte densité de cellules urticantes. La couleur de l'acrosphère est généralement orangée, mais aussi jaune, rosée ou blanche voire verte ou bleue. Avec les tentacules déployés, le diamètre peut atteindre une dizaine de centimètres.

Espèces ressemblantes

Dans l'Atlantique Ouest, la confusion est possible avec Corynactis parvula Duchassaing & Michelotti, 1860 : celle-ci présente également des tentacules translucides ou verdâtres, terminés par une acrosphère sphérique et volumineuse rouge-orange. Mais Corynactis parvula se trouve sous les pierres, dans les récifs, en zone peu profonde et zone subtidale*, et elle pousse en plaques de plusieurs individus (clones). Elle est plus petite : le diamètre du disque excède rarement 1 centimètre.



Au Cap-Vert, une espèce très ressemblante a été décrite : Pseudocorynactis caboverdensis Den Hartog, Ocaña & Brito, 1993, à colonne marron et acrosphères rosâtres. Toutefois cette espèce, décrite à partir d'un unique spécimen immature, attend d'être mieux documentée et validée.



Plusieurs signalements dans l'Indo-Pacifique, mais sans description complète, pourraient en fait correspondre à une ou plusieurs espèces non encore nommées.

Alimentation

Le corallimorphaire jongleur se nourrit de zooplancton* qu’il capture la nuit avec ses tentacules.
Il est capable de détecter de faibles déplacements d'eau à proximité de ses tentacules, et de faire des mouvements de capture avant même que les tentacules ne soient ne soient touchés par une proie potentielle. Les tentacules sont extrêmement collants et peuvent immobiliser rapidement de petits crabes ou de petits poissons.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée.
L'animal est capable de régénération après lacération de la colonne. Ce mode de multiplication, toutefois, ne semble pas avoir lieu spontanément, sauf accident.

Divers biologie

C'est une espèce discrète et peu commune.

Dérangé ou éclairé, le polype est capable de rétracter complètement ses tentacules à l’intérieur de la colonne : la collerette (scapulus*) apparaît alors comme une protubérance plus ou moins conique au sommet de la colonne.

Origine des noms

Origine du nom français

Corallimorphaire, faute de mieux, est repris du nom de l'ordre.
Jongleur du fait des balles orangées au bout de ses tentacules.

Origine du nom scientifique

Corynactis : du grec [koryn] = bâton à gros bout, massue; et [aktis] = rayon, tentacule. Ce qui signifie anémones à tentacules en massue.



caribbeorum (latin) signifie "des Caraïbes", indiquant ainsi son aire de répartition principale.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Corallimorpharia Corallimorphaires Hexacoralliaires solitaires ressemblant aux madréporaires (d'où leur nom), mais sans exosquelette calcaire. Souvent en forme d'assiette avec de petits tentacules abritant le plus souvent des zooxanthelles.
Famille Corallimorphidae Corallimorphidés Tentacules simples dont l'extrémité est renflée (acrosphère*).
Genre Corynactis
Espèce caribbeorum

Nos partenaires