Columbelle rustique

Columbella rustica | (Linnaeus, 1758)

N° 3458

Atlantique Nord-Est, Méditerranée, mer Rouge

Clé d'identification

Petite coquille spiralée, brillante et lisse
Dessins variables blancs et roux
Spire courte et apex pointu, tours peu distincts
Ouverture étroite et sinueuse
Bord interne denté sur sa longueur et renflé dans sa partie moyenne
Columelle dentée à sa base
Siphon et tentacules oculaires bruns à taches blanches
Pied crème à taches beiges
Opercule corné très petit

Noms

Autres noms communs français

Noyau d'olive, colombelle étoilée

Noms communs internationaux

Rustic dove shell (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Il existe de nombreux synonymes de cette espèce :
Voluta rustica Linnaeus, 1758
Voluta tringa Linnaeus, 1758
Voluta punctata Allan, 1818
Columbella reticulata Lamarck, 1822
Columbella gualteriana Risso, 1826
Columbella guifordia Risso, 1826
Columbella punctulata Risso, 1826
Columbella striata Menke, 1829
Columbella spongiarum Duclos, 1840
Columbella striata Duclos, 1840
Columbella subulata Duclos, 1840
Columbella tumida Duclos 1840
Columbella xiphitella Duclos, 1840
Columbella ambigua Kiener, 1841
Columbella nucleus Kiener, 1841
Columbella barbadensis d'Orbigny, 1845
Columbella simpronia Duclos, 1846
Columbella vestalia Duclos, 1846
Columbella zulmis Duclos, 1848
Columbella procera Locard, 1886
Nassarina atella longicauda Cossmann, 1901

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est, Méditerranée, mer Rouge

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce est très commune dans son aire de répartition. On la rencontre en Méditerranée et le long des côtes de l'Atlantique Est, du Gabon jusqu'au Portugal, y compris aux Açores, aux Canaries et à Madère.
On peut la trouver également en mer Rouge.

Biotope

Ce gastéropode vit dans les eaux peu profondes (3 à 12 m). C'est une espèce caractéristique de la biocénose* de l'étage infralittoral*, sur ou sous les rochers, parmi les zostères et les posidonies.
C'est un animal benthique* et sédentaire.

Description

La coquille de la columbelle rustique mesure de 15 à 30 mm. Elle est spiralée, lisse et brillante. Elle porte des dessins blancs et roux, flammules et taches, très variables d'un individu à l'autre. Au sud de la Méditerranée, ces couleurs tendent souvent vers le jaune orangé, uniformément réparti.
Les coquilles sont parfois recouvertes par un périostracum* jaune et peu épais.
La spire* mesure le tiers de la hauteur totale ; l'apex* est pointu. L'ouverture est longue et étroite, aussi haute que la largeur de la coquille, pointue vers le haut et creusée vers le bas avec un court canal siphonal*. Le rebord externe du labre* est épais et sinueux ; le rebord interne est convexe et finement denté ; il s'élargit légèrement vers le canal siphonal. A l'intérieur de la coquille, on note une ligne médiane claire. La columelle* est dentée à la base.
Le siphon et les tentacules* oculaires sont bruns tachetés de blanc. Le pied* est crème taché de beige. L'opercule* est petit, long et corné. Il ne referme pas complètement la coquille.

Espèces ressemblantes

La variété elongata, présente aux Baléares, à une coquille plus allongée.

Alimentation

Les Néogastéropodes sont des carnivores. Cependant, la columbelle rustique semble être un microphage* herbivore. Elle râperait les algues du substrat* rocheux à l'aide de sa radula* très particulière. Cette information reste cependant en attente d'une confirmation scientifique fiable.

Reproduction - Multiplication

La période de reproduction s'étend d'octobre à mai. Les sexes sont séparés. Les femelles déposent leurs œufs dans des capsules ovigères* qui adhèrent directement au substrat et sont réunies par groupe de 5 à 30 capsules ou qui sont distinctes et se fixent individuellement aux algues ou aux posidonies.

Vie associée

La columbelle rustique est un hôte intermédiaire d'un trématode Opecoeloides columbellae, parasite digestif de certains poissons en Méditerranée occidentale. Il s'y développe certains stades larvaires (Jousson & Bartoli, 2000).

Divers biologie

La respiration est branchiale.
Le siphon palléal* est muni d'organes sensoriels qui sentent le substrat pendant les déplacements.
L'ouverture étroite de son épaisse coquille lui permet de résister aux prédateurs tels que les crabes.

Informations complémentaires

De nombreux restes de cette espèce ont été retrouvés sur les côtes méditerranéennes, en particulier dans la région de Nice.
Des perles de columbelle rustique ont été retrouvées sur certains sites et dans des sépultures de l'âge de bronze (ciste des Puades, sud de la France, Grèce, Chypre, Maroc). Ce coquillage était utilisé pour les parures dans le bronze ancien (1800-1500 av J.-C.).

Origine des noms

Origine du nom français

Columbelle rustique : traduction du nom scientifique.
A l'origine, le nom français donné à ces espèces était "colombelle".

Origine du nom scientifique

Columbella : deux origines sont possibles sans que nous sachions les départager :
- du latin [columella] = petite colonne, en référence à la columelle, l'axe creux autour duquel s'enroule la coquille des mollusques (espèce placée par Lamarck dans la famille des Columellaires), ou
- du latin [columbella] = petite colombe, dans ce cas, nous ne connaissons pas l'explication.



rustica : du latin [rusticus] = rustique.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Ordre Neogastropoda Néogastéropodes Coquille avec canal siphonal bien développé. Un repli du manteau forme un tube extensible : le siphon. La plupart sont des prédateurs ou nécrophages. Tous marins sauf le genre Clea.
Famille Columbellidae Columbellidés

Coquille entre 10 et 50 mm de haut, de forme extrêmement variable, lisse ou sculptée, souvent à motifs remarquables. ouverture étroite, généralement en pointe vers le haut et ouverte en bas (canal siphonal). Labre et columelle la plupart du temps dentelés. Animaux actifs se nourrissant d'algues et de détritus d'origine animale. Lindner 2011:103-104.

Genre Columbella
Espèce rustica

Nos partenaires