Voleuse d'huîtres

Colpomenia peregrina | Sauvageau, 1927

N° 1885

Cosmopolite des mers tempérées (présence sur tous les littoraux européens)

Clé d'identification

Thalle creux, grossièrement sphérique, parfois déformé, lisse et fragile
Couleur vert-olive à brune, mouchetée de petits points foncés
Surface lisse, non gélatineuse, paroi fine
Diamètre variant de 1 à 7 centimètres, rarement plus

Noms

Autres noms communs français

Algue voleuse d’huîtres, algue voyageuse, colpomenie voyageuse, colpomenie voleuse d’huîtres

Noms communs internationaux

Oyster thief [désigne aussi les codiums], sea potato (GB), Oesterdief (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Colpomenia sinuosa var. peregrina Sauvageau, 1927
Colpomenia peregrina
(Sauvageau) Hamel, 1937

Distribution géographique

Cosmopolite des mers tempérées (présence sur tous les littoraux européens)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Colpomenia peregrina a été introduite dans les eaux Bretonnes et Normandes dans les années 60 à 70 avec l'importation de l'huître japonaise pour l'ostréiculture (plus d'informations ici). L'algue serait originaire de la côte ouest d'Amérique du Nord. Elle a d'abord connu un développement spectaculaire dans les parcs ostréicoles français et s'est aujourd'hui insérée dans la flore locale. Cette introduction lui a permis de coloniser l'ensemble des littoraux européens. On considère désormais Colpomenia peregrina comme une espèce cosmopolite des mers tempérées. On la retrouve donc sur tous les littoraux européens mais aussi sur les côtes d'Amériques du Nord et centrale. Elle se développe également sur les pourtours de la mer du Japon et les côtes australiennes et néo-zélandaises.

Biotope

On retrouve généralement Colpomenia peregrina dans les stations abritées entre l'étage médiolittoral* et l'étage infralittoral*. De manière générale les algues voleuses d'huîtres se développent en épiphytes* sur d'autres algues bien que dans les stations abritées le substrat puisse varier.

Description

Colpomenia peregrina est une algue brune annuelle aisément identifiable. Elle se caractérise par un thalle* brun olive qui se présente toujours sous la forme d'une vésicule sphérique creuse plus ou moins irrégulière. La paroi de la vésicule est mince et lisse et elle se rompt facilement. Au microscope on peut voir que cette vésicule se compose de plusieurs couches de cellules et que seules les couches externes de la vésicule sont colorées par les pigments photosynthétiques.
Ces vésicules peuvent être de taille variable et sont, soit remplies d'eau, soit remplies d'air, ce qui peut faire varier l'intensité de leur coloration. L'existence d'algues voleuses d'huîtres atteignant 30 cm de diamètre a déjà été rapporté, mais dans nos eaux européennes elles excèdent rarement 7-8 cm.
Grâce aux rhizoïdes* qu'elles développent à leur base, ces algues peuvent se fixer sur tout les types de substrats* possibles, qu'ils soient animal, végétal ou minéral. Il est fréquent de ne pas pouvoir observer les rhizoïdes chez les sujets âgés car ils sont cachés par les replis du thalle.

Espèces ressemblantes

Il existe d'autres algues au thalle sphérique avec lesquelles Colpomenia peregrina peut être confondue. Un examen simple permettra d'éviter toute confusion :

Leathesia marina (anciennement Leathesia difformis) est une algue très similaire mais que l'on peut distinguer sur deux critères. Premièrement comparons leurs aspects : Leathesia marina présente une couleur plus ocre et plus claire que Colpomenia peregrina et son thalle forme généralement de très nombreuses circonvolutions. L'autre critère, moins subjectif, est l'épaisseur et la consistance du thalle, un thalle épais et gélatineux appartiendra à Leathesia marina alors qu'un thalle lisse et fin appartiendra à Colpomenia peregrina. Enfin, si l'on broie l'algue entre ses doigts et qu'elle se désagrège en petits filaments c'est qu'il s'agit de Leathesia marina mais si ce n'est pas le cas il peut alors s'agir soit de Leathesia marina, soit de Colpomenia peregrina.

Codium bursa : algue verte, souvent recouverte d'un feutrage duveteux, et pouvant atteindre une taille beaucoup plus importante (jusqu'à 35 cm).

Citons aussi les valonies (Valonia utricularis et Valonia macrophysa) : ici la paroi est encore bien plus fine, translucide et brillante. Il s'agit également d'algues vertes.

Colpomenia sinuosa : est une espèce proche, mais qui ne vit qu'en Méditerranée. Le thalle est fendu, et recouvert d'un feutrage fin.

Le néophyte en algologie pourra également confondre Colpomenia peregrina avec les jeunes cupules végétatives des Hymanthales (Himanthalia elongata). Cependant, on les différencie aisément car la paroi du thalle de la voleuse d'huîtres est plus fin et fragile que celle des Hymanthales.

Alimentation

Comme toutes les algues, Colpomenia peregrina est une espèce autotrophe*. Cela signifie qu'elle est capable de synthétiser elle-même la matière organique qui la constitue et cela grâce à la photosynthèse* (utilisation de l'énergie lumineuse captée grâce aux molécules de chlorophylle*). Elle trouve les éléments essentiels à la synthèse de sa matière organique directement dissous dans l'eau de mer qui l'entoure (dioxyde de carbone, nitrates, minéraux…).

Reproduction - Multiplication

Colpomenia peregrina est une espèce annuelle. Comme de nombreuses algues brunes, son cycle est digénétique*. Cette espèce étant dioïque*, il existe des individus mâles et des individus femelles qui vont chacun produire des gamètes* mâles ou femelles à la fin de l'hiver. Les gamètes femelles étant plus gros que les gamètes mâles on parle d'anisogamie*. La fusion des deux gamètes va produire une nouvelle cellule qui va se multiplier pour former un sporophyte* filamenteux (microscopique). Ce sporophyte va produire des spores qui une fois libérés dans l'eau vont se disséminer pour aller former de nouvelles voleuses d'huîtres.

Origine des noms

Origine du nom français

Lorsque cette algue a été introduite, elle a fait des ravages dans les cultures d'huîtres. En effet, après son arrivée sur nos littoraux, l'algue s'est rapidement développée en grand nombre sur tous les substrats* disponibles, y compris sur les huîtres des parcs ostréicoles. A marée basse, il arrive que la vésicule se perce et se vide de son eau. Lorsque la marée remonte, l'algue remplie d'air ne se vide pas forcément et flotte entraînant son support avec elle, c'est-à-dire l'huître.

Origine du nom scientifique

Colpomenia : du grec désignant "quelque chose qui demeure creux",
peregrina : du latin signifiant "étrangère/voyageuse".

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Ochrophyta Ochrophytes ou Hétérokontes, ou Straménopiles: présence d'un stade unicellulaire à 2 flagelles, un lisse et un à poils tubulaires.
Classe Phaeophyceae Phéophycées Algues brunes.
Ordre Ectocarpales Ectocarpales
Famille Scytosiphonaceae Scytosiphonacées Thalle constitué par plusieurs couches de cellules. Division cellulaire uniquement à l’extérieur, les cellules intérieures augmentent de taille et se séparent pour donner un thalle creux. Sporanges en 1 ou 2 rangées.
Genre Colpomenia
Espèce peregrina

Nos partenaires