Coffre zinga

Lactophrys bicaudalis | (Linnaeus, 1758)

N° 1457

Atlantique tropical ouest, île Ascension

Clé d'identification

Corps blanc couvert de points noirs
Deux épines dirigées vers l'arrière

Noms

Autres noms communs français
Poisson-coffre zinga
Noms communs internationaux
Spotted trunkfish (GB), Chapín pintado (E), Baiacu caixão (P)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Ostracion bicaudalis Linnaeus, 1758, combinaison originale
Rhinesomus bicaudalis (Linnaeus, 1758)

Distribution géographique

Atlantique tropical ouest, île Ascension

Zones DORIS : Caraïbes

Lactophrys bicaudalis est présent de la Floride au sud du Brésil ainsi qu'aux Bermudes, aux Bahamas, dans le golfe du Mexique, dans la Caraïbe et à l'île d'Ascension (entre Afrique et Amérique).

Biotope

Le coffre zinga est un solitaire qui se rencontre sur le récif près du fond, à proximité d'abris (trous, saillies), à des profondeurs variant entre 5 et 20 mètres.

Description

Ce poisson a une taille d'environ 20 cm mais peut atteindre parfois 45 cm. Son corps est entièrement protégé par une carapace formée de plaques osseuses hexagonales soudées entre elles, et qui ne laissent de passage que pour la bouche, l'anus, les narines, les ouvertures branchiales et les nageoires.  
Son corps est blanc couvert de points noirs y compris sur la nageoire caudale. Le pourtour du museau est blanc.
Les plus grands spécimens possèdent de gros points blancs en arrière de l'œil. La base des nageoires dorsale, anale et pectorales est noirâtre. L’ouverture branchiale est réduite à une simple fente oblique à la base des pectorales.
Le coffre zinga est doté de deux épines dirigées vers l'arrière en avant de la nageoire anale. Il n'a pas de corne sur le front comme certains membres de la famille des Ostraciidés.

Espèces ressemblantes

Il ressemble au coffre mouton, Lactophrys triqueter, présent dans les mêmes zones, mais qui est noir avec des points blancs, plus petit et n’a ni épine anale, ni de "cassure" au niveau des yeux.

Alimentation

Assez opportuniste, le coffre zinga se nourrit de tout ce qu'il trouve : holothuries, oursins, étoiles de mer, ophiures, mollusques, crustacés, ascidies et même algues et phanérogames.

Reproduction - Multiplication

Les poissons-coffres sont hermaphrodites successifs protogynes*. Ils sont territoriaux et les mâles s'entourent de plusieurs femelles. Le frai a lieu au crépuscule. Lors des parades nuptiales, les partenaires se tournent autour puis s’élèvent parfois jusqu’à la surface avant d’émettre simultanément le sperme et les ovules. Les œufs fécondés se dispersent ensuite en pleine eau.  Les larves pélagiques se transforment en post-larves de quelques millimètres et d’une forme presque cubique qui leur vaut à ce stade le surnom de poissons-dés. Celles-ci rejoindront ensuite le récif pour continuer leur croissance.

Divers biologie

Outre la protection de leur armature osseuse, certains poissons-coffres sont connus pour avoir un épiderme couvert d'un mucus toxique (ostracitoxine) qui dissuade les prédateurs. Lactophrys bicaudalis fait partie de ceux là.
Des glandes cutanées, réparties essentiellement autour de la bouche, sont spécialisées dans la production de cette toxine, notamment en situation de stress. Cette toxine peut provoquer chez l’homme des troubles nerveux semblables à ceux qui accompagnent l’ivresse éthylique.
En milieu confiné (aquarium) cette toxine peut être mortelle pour les autres poissons mais aussi pour lui-même.

Informations complémentaires

Lactophrys bicaudalis  est un poisson craintif, prompt à se réfugier dans un abri du récif. Mais, sa curiosité permettra au plongeur patient de l'observer quand même, à l'entrée de sa cachette.

Origine des noms

Origine du nom français

Coffre : du fait de sa forme et de sa carapace « blindée ».
zinga : Ce mot créole vient peut-être du Swahili (Afrique de l'est) et  peut se traduire par « tourner en décrivant un cercle ». Ce qui décrit bien sa façon de tourner sur lui-même grâce à ses nageoires dorsale et anale.

Origine du nom scientifique

Lactophrys : du latin [lactus] = lait et du grec [ophrys] = sourcil, donc "aux sourcils blancs"
bicaudalis : du latin [bis] =  deux et [cauda] = queue. L'implantation en arrière et au même niveau des nageoires dorsale et anale donne l'impression que ce poisson a deux queues

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes.
Famille Ostraciidae Ostraciidés Poissons-coffres.
Genre Lactophrys
Espèce bicaudalis

Nos partenaires