Bernard-l'ermite à chaussettes annelées

Ciliopagurus strigatus | (Herbst, 1804)

N° 4014

Mer Rouge, Indo-Pacifique

Clé d'identification

Petit bernard-l'ermite de 8 cm au maximum
Céphalothorax blanc
Pattes et pinces rouges annelées de jaune orangé
Pattes terminées par une petite griffe noire
Yeux et pédoncules oculaires rouges
Pinces droite et gauche de même grosseur
Habitant exclusivement des coquilles de cône

Noms

Autres noms communs français

Bernard-l'ermite halloween, pagure strié, pagure des cônes, bernard-l'ermite rayé, bernard-l'ermite à pattes orange

Noms communs internationaux

Halloween hermit crab, red banded hermit crab, red striped hermit crab, cone shel hermit crab (GB), Paguro eremita striato, paguro di Halloween (I), Cangrejo ermitaño de Halloween (E), Ringelsocken-Einsiedlerkrebs, Gestreifter Einsiedlerkrebs (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cancer strigatus Herbst, 1804
Aniculus strigatus (Herbst, 1804)
Pagurus strigatus (Herbst, 1804)
Trizopagurus strigatus (Herbst, 1804)
Pagurus annulipes H. Milne Edwards, 1848

Distribution géographique

Mer Rouge, Indo-Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

La distribution géographique de cette espèce va de la mer Rouge à la Polynésie française dans le Pacifique en passant par l'océan Indien.
Dans les eaux françaises, ce bernard-l'ermite est présent à Mayotte, à La Réunion, en Nouvelle-Calédonie, à Wallis et Futuna et en Polynésie française.

Biotope

Ciliopagurus strigatus se rencontre dans les récifs coralliens, les zones rocheuses et les zones de débris coralliens de la surface à 90 m de profondeur. Il est cependant plus abondant dans les 15 premiers mètres.

Description

Ciliopagurus strigatus est un petit bernard-l'ermite de 8 cm au maximum.
Le céphalothorax* est blanc avec souvent 4 points rouges au centre, alors que les pattes et les pinces sont rouges, annelées de jaune orangé. Les pattes se terminent par une petite griffe noire. Les yeux ainsi que les pédoncules* oculaires sont rouges, ces derniers sont cylindriques et très allongés. Enfin, l'abdomen*, normalement non visible puisqu'à l'intérieur d'une coquille, est lui aussi rouge, avec des marbrures jaune orangé.
Des soies, plus ou moins développées, sont présentes sur les marges des pattes et des pinces et au niveau des articulations.
Contrairement à la plupart des espèces de la famille des Diogénidés qui ont une pince gauche nettement plus grosse que la droite, chez C. strigatus les deux pinces sont à peu près de même grosseur.

Espèces ressemblantes

Ciliopagurus tricolor a été très longtemps confondu avec C. strigatus. Ce n'est qu'en 1995 que C. tricolor a obtenu son statut d'espèce à part entière. Il a des pattes et pinces orange mais les rayures sont bleutées bordées de rouge et surtout, l'extrémité des pattes est dépourvue de rayures. C'est une espèce de l'océan Indien uniquement.

Il existe une vingtaine d'autres espèces dans le genre Ciliopagurus, toutes dans les mêmes tons et avec des rayures. Elles se différencient de C. strigatus soit par l'extrémité des pattes non rayée, ou par des rayures de couleur légèrement différentes, par la couleur du céphalothorax et par leur distribution géographique et bathymétrique. Parmi ces espèces, 4 sont extrêmement semblables (C. strigatus, C. tricolor, C. vakovako, C. galzini) et l'on parle alors de complexe strigatus.

Les bernard-l'ermite appartenant aux autres genres ne présentent pas la livrée rayée typique des Ciliopagurus.

Alimentation

Le bernard-l'ermite à chaussettes annelées se nourrit d'algues ainsi que de cadavres.

Reproduction - Multiplication

C'est une espèce gonochorique*. Les œufs sont retenus par les pléopodes* des femelles sur l'abdomen, à l'abri de la coquille. Après éclosion, les larves*, de type zoé*, ont une vie planctonique* jusqu'à la métamorphose* en petit bernard-l'ermite qui commencera alors une vie benthique*.

Vie associée

Ce bernard-l'ermite occupe uniquement des coquilles abandonnées de cônes.
Ses prédateurs sont des poissons, notamment des balistes, des poissons-ballons (diodons, arothrons) et des labres.

Ce pagure est parasité par un bopyre du genre Athelges lui-même hyperparasité par un isopode du genre Cabirops. Il est également associé à des copépodes harpacticoïdes.

Divers biologie

Comme les autres crustacés, ce bernard-l'ermite grandit par paliers, au moment de sa mue. En effet, sa cuticule* externe étant rigide, elle n'est pas extensible. A l'intérieur de cette cuticule, ses tissus continuent eux de grandir et c'est au moment de la mue, quand l'animal se débarrasse de sa vieille cuticule, que le corps se distend et gagne quelques millimètres ou centimètres, avant que sa nouvelle cuticule ne se solidifie au contact de l'eau. Puis le phénomène recommence jusqu'à la prochaine mue. Les mues sont de plus en plus espacées au cours de la vie.

Les quatrième et cinquième paires de pattes sont très réduites et le plus souvent à l'intérieur de la coquille. A l'extrémité de l'abdomen*, se sont les uropodes* en forme de crochet qui agrippent la coquille.

Informations complémentaires

Ce bernard-l'ermite utilise uniquement des coquilles abandonnées de cônes. Chez ces gastéropodes, l'ouverture de la coquille est très étroite et Ciliopagurus strigatus s'est adapté par un céphalothorax* très aplati.
L'espèce est parfois présente en aquariologie marine tropicale.

Origine des noms

Origine du nom français

Bernard-l'ermite dérive de l'occitan languedocien "Bernat l'ermito" utilisé dès le XVIe siècle. Bernat provient du nom propre Bernard et était utilisé comme sobriquet pour désigner certains animaux. L'adjectif bernat signifiait autrefois sot, niais, nigaud. Ermito signifie qui s'introduit dans un logis vide, pour y vivre comme un ermite.

A chaussettes annelées fait référence à la couleur de ses pattes. En effet, on dirait qu'il a enfilé des guêtres colorées.

Origine du nom scientifique

Ciliopagurus : du latin [cilium] = cil, poil pour les différencier du genre Pagurus : du grec [pagos] = objet fiché, durci, et [oura] = queue. Les pagures ont une partie postérieure molle, l’abdomen, qui est contenue dans la coquille qui l'héberge.

strigatus : du latin [strigatus] = sillonné en longueur, strié, ce qui rappelle le motif sur les pattes.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Super classe Multicrustacea
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Pleocyemata Pléocyémates

Incubation des œufs sous l'abdomen.

Famille Diogenidae Diogénidés Dissymétrie générale, une pince plus grosse que l'autre. L’abdomen n’est pas protégé par l’exosquelette.
Genre Ciliopagurus
Espèce strigatus

Nos partenaires