Grondin morrude

Chelidonichthys obscurus | (Walbaum, 1792)

N° 1410

Méditerranée, Atlantique Est

Clé d'identification

Tête relativement courte au rostre frontal peu échancré
Forte épine operculaire au-dessus de la base des pectorales
Deuxième rayon épineux de la première nageoire dorsale très prolongé
Pectorales plus allongées que chez les autres espèces
Revers des pectorales vert sombre bordé de bleu fluorescent

Noms

Autres noms communs français

Grondin sombre

Noms communs internationaux

Longfin gurnard, long-finned gurnard, shining gurnard (GB), Luserna, gallinella, gavotta (I), Arete aleton (E), Fahnrich-Knurrhahn, Langflossen-Knurrhahn (D), Kokot barjaktar (Croatie), Dunkel knurhane (Danemark), Koukoc, kanovi (Grèce), Kurec sinopletwi (Pologne), Cabra-de-bandeira (Portugal), Silverbandad knot (Suède)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Trigla lucerna (Linnaeus, 1758)
Trigla obscura (Bloch & Schneider, 1801)
Aspitrigla obscura (Bloch & Schneider, 1801)
Chelidonichthys obscura(Bloch & Schneider, 1801)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Atlantique Est, depuis les côtes sud des îles Britanniques jusqu'à la Mauritanie, y compris Madère, les Canaries et les Açores ; Méditerranée, à l'exception du nord de la mer Egée et de la mer Noire.

Biotope

Le grondin morrude vit sur les fonds sablonneux et sédimentaires du plateau continental jusqu'à environ 160 mètres. Il s'aventure parfois à des profondeurs inférieures à 20 mètres en saison chaude, aux abords des plages et des fonds mixtes parsemés de grandes étendues sablonneuses où il lui arrive de s'enfouir.

Description

Poisson de fond dont la taille moyenne adulte est de 30 cm (maximum 40 cm).
Le corps est allongé et légèrement comprimé latéralement. Les écailles, absentes sur la poitrine et la partie antérieure du ventre, sont cténoïdes* et celles qui couvrent la ligne latérale ne sont pas épineuses.
La tête est relativement courte avec une partie frontale abrupte. Son aspect cuirassé est dû aux plaques osseuses saillantes et aux épines qu'elle porte sur et en bordure des opercules, la plus forte épine se situant au-dessus de la base des pectorales. Les yeux sont haut placés et proéminents. La bouche forme un petit bec à la base d'un rostre frontal peu échancré.
La première nageoire dorsale est constituée de 10 à 11 rayons épineux, le second étant nettement prolongé et caractéristique. La deuxième dorsale et l'anale comptent 16 à 20 rayons mous. Les pectorales, plus allongées que chez les autres espèces, sont composées de 11 rayons mous et 3 rayons digitiformes libres.
Le corps et les nageoires sont beiges ou rougeâtres, légèrement marbrés de brun clair. Le ventre est blanc.
Pendant la nage, les nageoires pectorales sont déployées et retournées, exhibant alors leur face inférieure (le revers), vert sombre, bordée de bleu fluorescent.

Espèces ressemblantes

Eutrigla gurnardus (Linnaeus, 1758) : grondin gris
Ligne latérale blanchâtre, couverte de grandes écailles (ou scutelles) épineuses. Tache noire sur la première dorsale.

Chelidonichthys lastoviza
(Bonnaterre, 1788) : grondin strié
Corps marqué de stries légèrement obliques et bariolé de plaques sombres, claires et rougeâtres. Pectorales ponctuées et bordées de bleu fluo.

Chelidonichthys
lucerna (Linnaeus, 1758) : grondin perlon
Large museau arrondi. Pectorales bordées de bleu fluo, marquées de noir et de bleu fluo à leur base chez les jeunes individus.

Trigla
lyra Linnaeus, 1758 : grondin-lyre
Museau plat, rostre frontal échancré. Grande épine operculaire. Bande médiane sombre sur la nageoire caudale.

Chelidonichthys
cuculus (Linnaeus, 1758) : grondin rouge
Le corps et les nageoires sont rouges à rouge orangé. Les pectorales sont assez courtes.

Alimentation

Les grondins se nourrissent de petits crustacés et de mollusques qu'ils détectent dans le substrat à l'aide des rayons digitiformes de leurs pectorales, riches en organes sensoriels. Mais les grondins sont aussi d'excellents nageurs, capables d'aller saisir quelques petits poissons en pleine eau.

Reproduction - Multiplication

La reproduction se déroule au printemps sur les côtes françaises et plus globalement de février à août selon les zones géographiques. Chelidonichthys obscurus atteint sa maturité sexuelle entre 3 et 4 ans.

Divers biologie

La capacité des grondins à émettre des sons provient de contractions musculaires agissant sur leur vessie natatoire qui, remplie de gaz, amplifie ces sons à la manière d'une caisse de résonance.

L'activité des grondins est essentiellement diurne. Ce sont des poissons benthiques (qui vivent sur le fond) qui se déplacent à l'aide de leurs rayons pectoraux libres, donnant l'impression de « marcher ». Légèrement dérangés, ils déploient leurs larges pectorales pour planer gracieusement au-dessus du fond. Sous la menace d'un danger, ils s'enfuient d'une nage active, propulsés par leur caudale triangulaire.

Informations complémentaires

Il peut arriver, en plongée nocturne, d'observer des grondins partiellement enfouis dans le sable. Le jour, peu farouches, les grondins se laissent approcher par les plongeurs respectueux et se laissent suivre en nageant calmement, pectorales déployées pour le plaisir des yeux.

Le grondin morrude se rapproche des côtes en été, alors que l'hiver, il migre vers le large.

C'est un poisson comestible, qui est pêché de façon semi-industrielle ou artisanale et ce, principalement en Méditerranée orientale, dans l'Adriatique, la mer Tyrrhénienne et au Maroc.

Origine des noms

Origine du nom français

Grondin : le nom de grondin provient du fait que ces poissons ont la faculté physiologique d'émettre des sons évoquant des grondements.
Morrude : du provençal "morrude" (grondin), probablement lui-même issu de "mourre" (museau).

Origine du nom scientifique

Chelidonichthys : du grec [chelidon] = hirondelle et [ichthys] = poisson. Les larges nageoires pectorales de ce poisson évoquent les ailes d'un oiseau.
obscurus : du latin [obscurus] = sombre.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Scorpaeniformes Scorpéniformes Poissons scorpions.
Sous-ordre Scorpaenoidei Scorpénoïdes
Famille Triglidae Triglidés Tête massive, avec un museau prononcé, et aplatie par-dessous, munie de plaques osseuses formant une cuirasse. Epines au niveau des pièces operculaires. Corps diminuant de taille régulièrement jusqu’à la queue. 3 premiers rayons libres à la pectorale.
Genre Chelidonichthys
Espèce obscurus

Nos partenaires