Bernache cravant

Branta bernicla | (Linnaeus, 1758)

N° 1569

Circumpolaire

Clé d'identification

Petite oie
Taille de 55 à 66 cm, envergure de 10 à 120 cm
Poitrine, tête et cou noirs
Petite tache blanche de chaque côté du cou
Dessous gris-brun foncé, avec reflets blanchâtres sur le ventre
Bec et pattes palmées noirs

Noms

Autres noms communs français

Culs blancs
Particularités normandes : oiseau-vase, ouette, bernaque, canerot, bénèque

Noms communs internationaux

Brant, brant goose, brent goose (GB), Oca colombaccio (I), Barnacla carinegra, ganso de collar (E), Ringelgans (D), Rotgans (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Anas bernicla Linnaeus, 1758

Distribution géographique

Circumpolaire

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Eau douce d'Europe, Atlantique Nord-Ouest

C'est l'espèce de bernache que l'on rencontre le plus au nord des continents.
C'est une bernache des toundras côtières arctiques, du nord de l'Amérique, de l'Asie et de l'Europe.

En Europe, elle niche sur les îlots et les côtes du nord de la Russie, et hiverne sur les côtes du Danemark, de l'Allemagne, de la Hollande, de la Belgique, de l'Angleterre, de l'Irlande et de la France. Dès la fin du printemps, elle retourne sur ses lieux d'origine pour pondre.

En France, les principaux sites d'hivernage sont : le littoral normand, le golfe du Morbihan, et le bassin d'Arcachon.

Au Québec : deux régions sont particulièrement importantes pour cette espèce. Il s'agit des côtes de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent, surtout à l'est de Kamouraska, où la population s'arrête lors de la migration printanière, et la côte de la baie James, site d'intérêt lors des migrations du printemps et de l'automne.

Biotope

C'est une espèce que l'on rencontre presque exclusivement sur le littoral maritime et pratiquement pas dans l'intérieur des terres ou sur les plans d'eau douce.

En été dès début juin, pour la reproduction, elle niche dans la toundra côtière parsemée de mares et de lagunes.
En hiver, pendant l'hivernage, elle affectionne les étendues de vase proches des rivages, mais également les baies protégées et les estuaires sablonneux.

Description

La bernache cravant est une oie de petite taille comparable à celle des oiseaux aquatiques du genre anas (canards, sarcelles). C'est un oiseau marin de taille modeste qui mesure de 55 à 66 cm pour une envergure de 110 à 120 cm et un poids de 1 100 à 1 700 g. Les mâles sont généralement plus grands que les femelles. L'adulte a un plumage foncé, la poitrine, la tête et le coup sont gris très foncé pratiquement noirs, on remarque une petite tache blanche irrégulière de chaque côté du cou. Le dessous est gris brun foncé avec des reflets blanchâtres sur le ventre. Le bec et les pattes palmées sont noirs, le dessous de la queue est blanc, les rémiges* et les couvertures sus-caudales (situées au-dessus de la queue) sont noires. Les couvertures sous-caudales et les rectrices* sont blanches, avec les plumes caudales les plus externes noires. Les yeux sont noirs. Il n'y a pas de diphormisme* sexuel. Les juvéniles n'ont pas encore de tache blanche de chaque côté du cou et la couleur générale est plus terne, les parties noires sont plutôt marron foncé. C'est à l'âge de 2 ou 3 ans qu'ils adopteront les couleurs définitives des adultes.

Espèces ressemblantes

Sous espèces :

- Branta bernicla hrota : Atlantique Nord, du Groenland au Spitzberg, plumage plus brun sur le dos, avec les flancs brun clair et presque blanchâtres.
- Branta bernicla nigricans : nord et centre du Canada, jusqu'à l'extrême nord-est de la Sibérie. La tonalité générale est plus sombre, avec l’abdomen et la partie antérieure des flancs très sombres. Les plumes des flancs présentent des bordures blanches assez larges contrastant avec l’abdomen sombre. Les taches blanches du cou se rejoignent souvent sur le devant et forment presqu’un collier.
- Branta bernicla orientalis : nord-est de la Sibérie. Souvent confondu dans l'espèce nigricans.

Espèces ressemblantes
: de toute les bernaches, c'est la bernache cravant qui possède le plumage le plus foncé.

- Branta leucopsis ou bernache nonette : Atlantique Nord, du Groenland au Spitzberg, légèrement plus grande que la bernache cravant, mais la robe est plus grise, la tête est blanche avec la calotte et le cou gris foncé, il n'y a pas de collier ou de tache blanche sous la tête.

- Branta canadensis ou bernache du Canada : Canada et Amérique du Nord, 1/3 plus grande que la bernache cravant, à dominance marron légèrement plus clair.

Alimentation

Ces oiseaux se nourrissent exclusivement d'algues, de mousses et de lichens. À marée basse, les bernaches cravants se regroupent dans les herbiers afin de brouter leur met favori la zostère marine. Elles se nourrissent également dans l'eau en basculant leur corps comme les canards pour atteindre la végétation. Elles ne laissent alors apparaître que la partie arrière de leur corps.

L'importance de cette plante pour l'alimentation de la bernache cravant fut découverte dans les années 1930 au Québec, alors qu'une perturbation des herbiers de zostère de la zone atlantique faillit causer son extinction.
Elle se nourrit aussi des végétaux suivants :
- en été : salicornes, algues vertes, semis de céréales dans les champs côtiers,
- en hiver : algues diverses et plantes aquatiques.

Reproduction - Multiplication

Elle niche une fois par an pendant la période climatique la plus favorable en fonction du lieu géographique. Souvent en solitaire ou en colonie quand il faut se protéger des prédateurs comme le renard ou les goélands qui prennent les œufs ou les poussins. Les parades nuptiales se composent de postures rituelles très élaborées avant l'accouplement qui a lieu en général dans l'eau. En France, c'est en juin que le nid est construit à même le sol, il est garni de duvet, la femelle pond de 3 à 5 œufs qui sont couvés pendant une période de 24 à 26 jours. Les oisillons désertent le nid dès qu'ils sont capables de se mouvoir de façon autonome soit dès les premiers jours.

Vie associée

La bernache cravant ne se mêle pas aux autres oies. En hiver elle est présente dans les vasières littorales ou elle est souvent associée au canard siffleur Anas americana.

Divers biologie

C'est un oiseau marin qui vit et évolue en colonies plus ou moins importantes, il n'est pas rare de comptabiliser entre 50 et 100 individus par groupe et quelques fois des rassemblements encore plus importants. Cette espèce est en augmentation constante dans ses quartiers d'hiver.

Le vol est puissant et plus rapide que celui des autres oies. En vol groupé, elles sont rarement en V mais plus souvent en formation irrégulière qui ondule au gré du vent. On les entend jacasser de loin car elles sont très bavardes.

Leur activité est aussi bien nocturne que diurne.

Le cri émis en vol et en groupe ressemble à des sons gutturaux que l'on peut résumer par "rrok-rrok-keukk-keuk-rrout".

Informations complémentaires

Espèce très nombreuse jusqu'au milieu du XIXeme siècle où l'on comptait certainement plus d'un million d'individus.
En 1870, plusieurs milliers étaient livrés en un seul jour au marché aux volailles de Londres. La population a régressé pour 2 causes principales :

1°) Humaine, la chasse qui n'a été interdite qu'en 1951 en Hollande et 1962 en France.
2°) Naturelle, à partir de 1931, la maladie des zostères a privée les bernaches cravants d'une de leurs principales sources de nourriture.

D'après Yeatman en 1971 :
- Au Spitzberg : en 1800 : 250 000 individus, en 1900 : 50 000, en 1971 : 3 000.
- En Sibérie : en 1900 : 200 000 individus, en 1930 : 100 000, en 1971 : 20 000.
- Au Canada, il ne restait plus en 1971 que 6 000 individus.

Aujourd'hui, la population mondiale est estimée à 245 000 oiseaux avec une tendance au déclin.

10 000 individus ont été recensés en 1971 en France. En 2006 selon l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage on estimait la population hivernante à plus de 147 000 individus ce qui représenterait environ 58 % de la population mondiale.

Réglementation

En France l'espèce est protégée par l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire (J.O. 19/05/1981) modifié par l'arrêté du 03/05/2007 (J.O. 16/05/2007). Sont interdits sur tout le territoire métropolitain et en tout temps, la destruction ou l'enlèvement des œufs et des nids, la mutilation, la capture ou l'enlèvement, la naturalisation des oiseaux d'espèces non domestiques suivantes ou, qu'ils soient vivants ou morts, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur mise en vente, leur vente ou leur achat.

L'espèce est listée en annexe II (2) de la Directive Oiseaux, signifiant que la bernache peut être chassée seulement dans les Etats membres pour lesquels elle est mentionnée (Allemagne, Danemark).

La chasse de cette espèce au Schleswig-Holstein (Allemagne) est interdite depuis 2002 et n'est pas autorisée au Danemark. Des autorisations de tir sont délivrées en Angleterre pour prévenir les dommages importants aux cultures (article 9 de la Directive).

L'espèce est listée en annexe III de la Convention de Berne et en annexe II de la Convention de Bonn.

L'espèce est listée en catégorie B2b dans l'Accord sur les Oiseaux migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA), signifiant que cette population compte plus d'une centaine de milliers d'individus et est considérée comme nécessitant une attention particulière en raison de sa dépendance à un type d'habitat gravement menacé.

Canada :
Les règlements de chasse aux oiseaux migrateurs considérés comme gibier au Canada sont révisés tous les ans par Environnement Canada, avec l'apport des provinces et des territoires ainsi que de divers autres intervenants intéressés. Les règlements identifient les quotas de chasse en fonction des relevés annuels de population.

Origine des noms

Origine du nom français

Origine controversée.
Bernache : bernache, bernicla 2 mots qui viendraient de bernique, faisant allusion à la légende qui voulait que la bernique ou l'anatife, soient les œufs de cet oiseau.
cravant : cela pourrait venir de cravate en rapport avec les taches blanches de son cou qui rappellent une cravate. Autre version, ce nom dériverait de "kraganno" mot d'origine gauloise venant de l'ancien latin "cragagus" qui était le nom vulgaire de l'anatife lui-même dérivant de "anas" canard et de "fere" porter, produire. On revient toujours à cette légende de la naissance de ces oies à partir d'un coquillage ou d'un anatife (longtemps consideré comme un mollusque).

Origine du nom scientifique

Branta : vient du vieux verbe anglo saxon "brennan" qui signifie brûler, de couleur sombre.
bernicla : (voir explication de bernache ci-dessus).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Aves Oiseaux Vertébrés à plumes, ovipares. Les membres antérieurs sont transformés en ailes.
Ordre Anseriformes Anseriformes
Famille Anatidae Anatidés
Genre Branta
Espèce bernicla

Nos partenaires