Axinelle étoilée

Axinella dissimilis | (Bowerbank, 1866)

N° 251

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est

Clé d'identification

Forme ramifiée
Oscules en forme d’étoiles
Couleur jaune
Non gluante au toucher

Noms

Noms communs internationaux

Yellow antlers sponge (GB), Axinella amarilla (E), Gelber Geweihschwamm (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Isodictya dissimilis Bowerbank, 1866
Halichondria distorta Bowerbank, 1866
Axinella distorta (Bowerbank, 1866)
Chalinissa dissimilis (Bowerbank, 1866)
Tragosia polypoides sensu Stephens, 1917
Pseudaxinella alleni Borley, 1931

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On trouve Axinella dissimilis des côtes écossaises au nord de la Grande-Bretagne jusqu’aux côtes espagnole du golfe de Gascogne.

Biotope

Cette axinelle vit sur les fonds rocheux de l’infralittoral, de préférence dans des eaux calmes et claires.

Description

Cette éponge, de forme arbustive, présente des aspects très variables. Les rameaux, épais, sont parfois aplatis se réunissant en lames ou alignés dans le même plan donnant ainsi une forme d’éventail ; ils peuvent être également de section ovale et ramifiés. Les oscules*, à peine visibles, sont entourés de fins canaux en forme d’étoiles. Les rameaux sont fermes, peu contractiles, finement veloutés et non gluants au toucher. La couleur peut aller du jaune d’or à l’orange pâle. Sa taille varie entre 10 et 20 cm.

Espèces ressemblantes

Axinella damicornis : les rameaux sont plus courts et plus aplatis.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs planctonophages* suspensivores* qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant en général pas 3 microns. Le courant d’eau nécessaire est créé par le mouvement de cellules ciliées spécifiques des éponges : les choanocytes*.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.
- Sexuée : par œufs et spermatozoïdes, aboutissant à la naissance d’une larve* ciliée nageuse qui se fixe rapidement pour donner une nouvelle éponge. Les éponges sont généralement hermaphrodites*, l’émission des gamètes* mâles et femelles est parfois spectaculaire, mais rarement observée.
- Asexuée : par bourgeonnement ou bouturage de fragments qui se détachent de l’éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Bien qu’existante, cette reproduction est relativement secondaire.
Les éponges ont une énorme capacité de régénération.

Vie associée

D’autres éponges, comme les Sycon spp., peuvent se fixer sur ses branches.

Divers biologie

Les spicules* mégasclères* sont des styles* (220/360 µm) et des oxes* (180/200 µm), les microsclères* sont des trichodragmates*.

Origine des noms

Origine du nom français

Axinelle : traduction littérale du mom scientifique.
étoilée : les oscules son en forme d’étoiles.

Origine du nom scientifique

Axinella : du latin = petite hache, lui-même d’origine grecque [axine] = hache en grec.
dissimilis : mot latin = dissemblable, différent, en référence à la variabilité de la forme des rameaux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Sous-classe Heteroscleromorpha Hétéroscléromorphes
Ordre Axinellida Axinellides
Famille Axinellidae Axinellidés Squelette axial formé de grands spicules monaxones : oxes, strongyles ou styles.
Genre Axinella
Espèce dissimilis

Nos partenaires