Holothurie à fourrure

Astichopus multifidus | (Sluiter, 1910)

N° 1265

Caraïbes

Clé d'identification

Couleur blanc sale à brunâtre, avec des taches brunes ou grises
Papilles pointues de plus d’un centimètre sur le dos
Le toucher rappelle celui d’une fourrure

Noms

Noms communs internationaux

Furry sea-cucumber, fissured sea cucumber (GB), Pepino de mar peludo (E), Pelzseegurke (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Stichopus multifidus Sluiter, 1910

Distribution géographique

Caraïbes

Zones DORIS : Caraïbes

Tout l’arc antillais, de la Floride aux Bahamas au nord, jusqu’au Venezuela au sud.

Biotope

On la trouve sur le sable bordant le récif tropical de 4 à 35 m, mais elle vit aussi dans les herbiers d’herbe à tortue : Thalassia testudinum et d'herbe à lamantin : Syringodium filiforme.

Description

Grande holothurie pouvant atteindre une cinquantaine de centimètres quand elle s’étire (déplacement), largeur de 7 à 9 cm. Sa couleur de fond est blanc sale, grisâtre, avec des taches grises ou brun chocolat. Des papilles pointues de plus d’un centimètre parsèment son dos et ses flancs. Sa face ventrale blanche, aplatie, présente de nombreux podia* (ou pieds ambulacraires*) utilisés pour le déplacement.
Son déplacement est un des plus rapides chez les holothuries, jusqu'à 2 mètres à la minute ! Elle peut se contorsionner pour obtenir un déplacement latéral, et on l'a signalée "nageant" au-dessus du fond par des mouvements ondulatoires de tout le corps.
Contrairement à la plupart des holothuries qui se contractent et deviennent rigides quand on les dérange, l'holothurie à fourrure reste "molle". Son tégument est moelleux au toucher comme celui d’une fourrure.

Espèces ressemblantes

Pas de confusion possible avec les autres holothuries sauf l’holothurie à cinq dents, Actinopyga agassizii, mais celle-ci a un aspect rigide et un contact rugueux.

Alimentation

Comme toutes les holothuries vivant sur le sable, elle absorbe celui-ci et digère les éléments organiques qu’il contient : foraminifères, bryozoaires, petits bivalves. Un chapelet d’excréments témoigne de son passage.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés et les gamètes* émis en même temps vont se rencontrer en pleine eau. La larve est d'abord nageuse et se déposera ensuite sur le sable où elle donnera une petite holothurie.

Vie associée

Une petite crevette-bourdon (Gnathophyllum americanum) est souvent observée sur cette holothurie. Elle profite apparemment de l'abri que cette dernière procure, et peut-être aussi de débris de nourriture.
Elle peut aussi héberger un petit crabe (Porcellana sayana) qui se nourrit de débris collectés sur l'épiderme et dans les fèces.

L'holothurie à fourrure est souvent parasitée par une mélanelle (Melanella intermedia), petit gastéropode prosobranche de 5 mm à 1 cm de long.

Enfin, elle peut être "habitée" par un petit poisson qui vit à l'intérieur de son intestin : Carapus bermudensis.

Les holothuries sont régulièrement la proie de Gastéropodes carnassiers : casques, tritons par exemple.

Divers biologie

On ne voit que rarement des spécimens juvéniles ou très petits. Comme pour beaucoup d’holothuries, cette période se passe probablement cachée sous des cailloux.

Chez cette espèce, le plongeur curieux et patient pourra facilement observer les mouvements respiratoires au niveau de l'anus. Celui-ci se dilate ou se contracte régulièrement pour permettre le renouvellement de l'eau dans de grands sacs (les poumons). Ceux-ci débouchent dans l'ampoule rectale et permettent les échanges respiratoires à travers leur paroi.

Informations complémentaires

L'holothurie à fourrure fait partie des espèces qui ont fait l'objet d'une pêche intensive sur la côte du Panama en 1997 (pour les besoins du commerce de "bêche-de-mer" sur les marchés asiatiques). La surexploitation a mené à une quasi-disparition de cette espèce sur les zones de pêche.

Origine des noms

Origine du nom français

Holothurie à fourrure : le nom est dû au toucher caractéristique, évoquant celui qui est ressenti au contact d'une fourrure.

Origine du nom scientifique

Astichopus : du grec [sticho-] = rangée, ligne, et [pous] = pied, précédé du préfixe privatif [a-] : dont les pieds ne sont pas alignés. Beaucoup de noms de genres d’holothuries sont basés sur ce caractère d’alignement des podia*.



multifidus : mot construit sur le modèle de bifidus = bifide (fendu en deux), avec substitution du préfixe latin [multi-] = nombreux, beaucoup. Peut-être à cause des "franges" formées par les longues épines molles sur les côtés, donnant l'impression d'une multitude de pieds.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Echinozoa Echinozoaires Echinodermes non étoilés de forme globuleuse ou allongée. Ce groupe renferme les oursins et les concombres de mer.
Classe Holothuroidea Holothuroïdes Echinodermes vermiformes, ouverture buccale à l’extrémité antérieure du corps et entourée d’une couronne de tentacules rétractiles, anus postérieur, une seule gonade : holothuries, concombres de mer.
Endosquelette réduit à de microscopiques ossicules ou plaques, inclus dans la paroi du corps.
Ordre Synallactida

Il n'y a pas de critère extra-génétique pour ce nouvel Ordre (2017) à part le fait que les espèces de ce taxon sont toutes épibenthiques avec la bouche tournée vers le sol.

Famille Stichopodidae Stichopodidés

Corps de section carrée ou trapézoïdale. Pas de tubes de Cuvier.
La gonade forme 2 touffes de chaque côté de la mésenterie dorsale.
Sclérites dominants en forme de bâtonnets branchés ou en forme de C et de S.

Genre Astichopus
Espèce multifidus

Nos partenaires