Poisson-alligator

Aspidophoroides monopterygius | (Bloch, 1786)

N° 1552

Circumboréale

Clé d'identification

Corps très allongé et grêle recouvert de plaques cuirassées
Crochet sur le museau
Une seule nageoire dorsale constituée de 5 à 6 rayons épineux

Noms

Autres noms communs français

Poisson-alligator atlantique, aspidophore à une seule dorsale

Noms communs internationaux

Alligatorfish, sea poacher (GB), Almindelig krokodilleulk (DAN), Alligatorfisch (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cottus (Agonus) monopterygius Bloch, 1786
Cottus indicus Bonnaterre, 1788
Aspidophoroides tranquebar Lacepède, 1801
Aspidophorus monopterygius Cuvier, 1829
Aspidophoroides groenlandicus Valenciennes, 1838
Aspidophoroides borealis Valenciennes, 1841

Distribution géographique

Circumboréale

Zones DORIS : Atlantique Nord-Ouest

La distribution du poisson-alligator est circumboréale* : dans l'Atlantique on le trouve de l'ouest du Groenland et de la côte du Labrador, vers le sud jusqu'au cap Cod, plus rarement jusqu'au New Jersey. Il est commun dans les parties profondes du Saint-Laurent et sur la côte extérieure de la Nouvelle-Écosse. L'espèce se rencontre aux stades larvaires dans la baie de Fundy.

Dans le Pacifique le poisson-alligator se trouve du sud de la mer des Tchouktches au nord de la mer du Japon, sur la côte Pacifique d'Hokkaidō, aux îles Aléoutiennes et dans le golfe d'Alaska.

Biotope

Le poisson-alligator se rencontre sur les fonds rocheux, vaseux et sableux de 18 à 200 m de profondeur (maximum 332 m).

Description

Le poisson-alligator est un poisson très allongé atteignant 18 cm de long mais dont la taille moyenne est d'environ 10 cm. Son corps grêle est de section octogonale en coupe antérieure et hexagonale en coupe postérieure. La tête et le corps sont recouverts d'écailles aplaties en plaques cuirassées. On dénombre plus de 40 plaques disposées en 8 rangées longitudinales sur la ligne latérale bien marquée. La tête est un peu aplatie. La bouche est terminale et petite, les dents sont minuscules. On remarque un crochet à l'extrémité du museau. Le poisson-alligator peut mesurer jusqu'à 18 cm de long mais sa taille moyenne est d'environ 10 cm. La dorsale possède de 5 à 6 rayons épineux, elle est insérée à mi-chemin entre le museau et l'extrémité de la queue. La caudale est modérément grande et arrondie. Les plus grandes nageoires sont les pectorales, elles sont situées à faible distance derrière les branchies. Les pelviennes sont plus petites chez les mâles que les femelles. Le dessus du poisson-alligator atlantique est brun foncé, le dessous plus pâle avec deux bandes transversales entre les pectorales et la caudale. On note la présence de deux ou trois bandes foncées entre la dorsale et la caudale. La dorsale et les pectorales sont marquées de barres transversales foncées.

Espèces ressemblantes

Le poisson-alligator arctique Aspidophoroides olrikii : plus rare, il possède 36 à 38 plaques cuirassées, la tête est plus courte, le corps plus court également (environ 8 cm), en forme de losange. Le dos est gris foncé à verdâtre.

L'agone atlantique Leptagonus decagonus : il se distingue par la présence de deux dorsales, sa tête porte une profusion de barbillons (le poisson-alligator de l'atlantique ne possède pas de barbillons sous son menton), son corps est plus grand (jusqu'à 22 cm) et épineux.

Alimentation

Il se nourrirait de petits invertébrés benthiques, notamment de crustacés.

Reproduction - Multiplication

Les informations sur la reproduction sont très peu documentées. La communauté scientifique canadienne suppose que le frai aurait lieu à la fin de l'automne. Les seules données disponibles sur la fécondité et la taille des œufs pour le poisson-alligator atlantique ont été signalées pour une femelle de taille moyenne qui portait approximativement 600 œufs d'environ 1,25 mm de diamètre (Jensen 1942, Scott et Scott, 1988). La présence de larves a été relevée entre avril et juin dans le golfe du Maine. Les larves dérivent dans le courant jusqu'à une taille de 29 mm en moyenne, au-delà de laquelle elles rejoignent les sols vaseux et sableux.

Vie associée

La morue franche Gadus morhua, les aiglefins et les flétans sont ses principaux prédateurs.

Le poisson-alligator peut être un des nombreux hôtes intermédiaires pour les larves du parasite Pseudoterranova decipiens, un ver nématode anisakidé dont les hôtes définitifs appartiennent à différentes espèces de phoques, notamment le phoque barbu, le phoque gris et le phoque du Groenland.

Divers biologie

Il nage par petits bonds en se servant surtout de ses nageoires pectorales.

Origine des noms

Origine du nom français

Sa tête vue de profil ressemble à celle d'un jeune alligator, cette ressemblance est à l'origine de son nom.

Origine du nom scientifique

Aspidophoroides : du grec [aspidos] = bouclier et du grec [phoro] = porter
monopterygius : du grec [mono] = un seul et [pterygion] = nageoire. Il ne possède effectivement qu'une seule dorsale.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Ordre Scorpaeniformes Scorpéniformes Poissons scorpions.
Famille Agonidae Agonidés
Genre Aspidophoroides
Espèce monopterygius

Nos partenaires