Eponge-corde rouge sang

Amphimedon compressa | Duchassaing & Michelotti, 1864

N° 1205

Atlantique tropical Ouest

Clé d'identification

Eponge érigée en branches cylindriques
Couleur rouge brillant ou brune
Nombreux oscules dispersés

Noms

Autres noms communs français
Eponge corde érigée
Noms communs internationaux
Erect rope sponge, red finger sponge (GB)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Spongia rubens Pallas, 1766
Amphimedon rubens (Pallas, 1766)
Spongia arborescens Lamarck, 1814
Amphimedon arborescens (Lamarck 1814)
Axinella nanaspiculata Hartman, 1955

Distribution géographique

Atlantique tropical Ouest

Zones DORIS : Caraïbes

Elle est très commune en Floride, dans le golfe du Mexique, dans les grandes Antilles : Cuba, Hispaniola, la Jamaïque et Porto Rico, les îles Vierges, les petites Antilles dont la Guadeloupe, la Martinique, Saint Martin, Bonaire, sur les côtes du Venezuela, Belize, les côtes de Colombie.

Biotope

Cette éponge pousse au-dessus du substrat, sur le sommet des récifs coralliens, occasionnellement sur le tombant récifal entre 5 et 20 mètres. Elle se rencontre plus rarement dans la mangrove*. Elle a une préférence pour les eaux peu agitées (mais claires).

Description

Cette éponge en forme de corde est le plus souvent érigée verticalement à partir d’une masse basale. Sa taille peut dépasser 50 cm de hauteur. Elle forme le plus souvent une seule branche, parfois plusieurs, cylindriques ou légèrement aplaties. La face d’une branche est quelquefois excavée ou bien un peu bombée et peut présenter une côte saillante. Leur diamètre est en moyenne de 2 à 4 cm, il peut atteindre 7 cm.
Quand elle est fixée sur un tombant, elle prend une forme plus tordue ou ramifiée ou encore en forme d’éventail (flabelliforme*) mais toujours dirigée vers la surface. A faible profondeur et dans les zones battues, la forme peut aussi être massive, plus ou moins lobée, plus rarement, elle est encroûtante en couche épaisse. La couleur est rouge brillant, bordeaux ou brun-rouge, plus rarement orange.
Sa surface est bosselée et poreuse, d'aspect légèrement rugueux, avec des orifices exhalants nombreux : les oscules*. Bien ronds, de 1 à 4 mm de diamètre, ils sont cloisonnés et légèrement surélevés. Ils sont dispersés le long des branches, assez uniformément mais sans alignement. Il n’y a pas d’ouverture en haut des branches.
La consistance est ferme, élastique, souple et résistante.

Espèces ressemblantes

Amphimedon complanata, Duchassaing 1850. De couleur rougeâtre ou marron foncé voire noire, la base est massive et se prolonge par des expansions en doigt de gant, la surface est criblée de nombreux petits oscules. La consistance est très molle, compressible, mais plus élastique que celle d' Amphimedon compressa.

On peut confondre aussi avec d'autres éponges-corde, en particulier Aplysina fulva ou Aplysina cauliformis, surtout en l'absence d'éclairage. Cependant l'examen attentif des oscules permet de faire la différence : chez les Aplysina, beaucoup plus ramifiées, les oscules sont bordés d'une petite margelle claire, et souvent alignés régulièrement le long des branches comme les trous d'une flûte.

Alimentation

Comme la majorité des éponges, elle se nourrit en filtrant les particules microscopiques contenues dans l’eau.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu toute l'année, mais c'est à la saison chaude (entre mai et octobre aux Antilles) que la plus grande activité est observée.
La fertilisation des gamètes* a lieu à l'intérieur de l’éponge. Les larves sont incubées jusqu'à une taille de 0,5 mm environ, puis elles sont libérées dans l'eau et mènent une courte vie pélagique* avant de se fixer.

Amphimedon compressa a aussi la possibilité de se multiplier de façon asexuée, par "bouturage" de fragments arrachés par exemple lors d'un ouragan.

Vie associée

On trouve parfois des ophiures enroulées sur les branches de l’éponge.

Divers biologie

La longévité semble être d'au moins 10 ans, d'après des études faites sur les dimensions et vitesse de croissance observées.

Comme beaucoup d'autres éponges, Amphimedon compressa a été testée pour la présence possible de substances biologiquement actives. On a ainsi isolé un précurseur d’un alcaloïde manzamine ayant des activités antibactériennes puissantes.
L'effet répulsif pour les poissons (et donc protecteur pour l'éponge) de ces alcaloïdes a été vérifiée.

Informations complémentaires

Le squelette est constitué d’un réseau abondant de fibres irrégulières de spongine avec de grands spicules* réguliers (oxes*), disposés par groupes étroitement inclus dans la spongine*.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom est inspiré par la forme érigée et sa couleur rouge brillant.

Origine du nom scientifique

Amphimedon (nom tiré de la mythologie) est le fils de Melaneus et l’un des prétendants de Pénélope.

compressa (latin) veut dire comprimé, aplati.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymella.

Ordre Haplosclerida Haplosclérides « Eponges à spicules simples ». Squelette formé de spicules* qui s’arrangent en formant un réseau de mailles polygonales, parfois renforcé par de la spongine. Mégasclères* de type oxes*, parfois des microsclères* (sigmas*, toxes*).
Famille Niphatidae Niphatidés
Genre Amphimedon
Espèce compressa

Nos partenaires