Laminaire rugueuse

Laminaria hyperborea | (Gunnerus) Foslie

N° 1295

Manche, Atlantique

Clé d'identification

Thalle bien différencié en crampon épais et stipe* long et cylindrique
Fronde découpée en lanières
Présence de nombreux épiphytes* sur le stipe
Espèce de l’infralittoral en mode battu

Noms

Autres noms communs français
Anguillier, baudrée, goémon d’avril (Bretagne), mantelet (Normandie), bezhin avel, bezhin ebren et bien d'autres noms en breton
Noms communs internationaux
Tangle, cuvy (GB), Laminaria rugosa (E), Palmentang (D), Scothach (Irl), Ruwgesteeld vingerwier (NL), Laminària rugosa (P), Stortare, troll tare (N)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Laminaria flexicaulis Le Jolis
Laminaria cloustoni Edmonston

Distribution géographique

Manche, Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Atlantique Nord-Est (du Spitzberg au sud de la Bretagne), Atlantique Nord-Ouest.

Biotope

Cette laminaire est une espèce de l’infralittoral*, en mode battu à moyennement battu.
Elle se situe au-dessous du niveau des plus basses mers de vive-eau et forme une ceinture au-dessous de Laminaria digitata.
Plus la profondeur augmente, plus les populations sont clairsemées. Elle disparaît à une profondeur variable selon la turbidité de l’eau. Elle peut descendre jusqu’à 40 mètres dans des eaux très claires.

Description

Cette grande algue brune peut atteindre 2 mètres de long. Elle est composée de 3 parties : la fronde, lame découpée en lanières ou digitée en forme de cœur, le stipe* rigide, cylindrique, rugueux et cassant portant de nombreux épiphytes* et les haptères* ou crampons, nombreux et épais, rangés en verticilles* superposés, base de la fixation.

Espèces ressemblantes

Laminaria ochroleuca : stipe lisse, rigide, et assez long ; zone stipo-frondale jaune.
Laminaria digitata : stipe rigide et lisse, conique, absence d’épiphytes sur le stipe.
Saccorhiza polyschides : en cas de doute, il suffit simplement d'observer le crampon et la base du stipe, très différents et caractéristiques.

Alimentation

Espèce autotrophe*. Elle pratique la photosynthèse à partir du dioxyde de carbone, de l’eau et des minéraux dissous grâce à la lumière émise par le soleil et captée par la chlorophylle. De là elle fabrique les substances organiques nécessaires à son maintien et à sa croissance.

Reproduction - Multiplication

L'algue présente une alternance de phases : une forme macroscopique, le sporophyte*, et une phase microscopique filamenteuse, le gamétophyte*. La macroalgue observée en plongée dans l'infralittoral est le sporophyte. Les zones fertiles sont observées sur la fronde sous forme de larges taches brunes s’étendant depuis les lanières jusqu’à la base de la lame. Les sores* de sporocystes libéreront des spores. Ces spores se développeront en gamétophytes mâles ou femelles microscopiques. Le cycle de vie est digénétique (2 générations) et hétéromorphe (gamétophyte et sporophyte non semblables morphologiquement).

Vie associée

On décrit de nombreuses algues épiphytes sur le stipe de Laminaria hyperborea. Parmi les plus fréquentes : Palmaria palmata, Rhodymenia pseudopalmata, Phyllophora crispa, Kallymenia reniformis, Callophyllis laciniata, Cryptopleura ramosa, Membranoptera alata, Phycodrys rubens.
On y trouve également de nombreuses espèces animales aussi bien sur le stipe (éponges encroûtantes comme Halichondria panicea ou bryozoaires comme Bugula spp.) que parmi les crampons (ascidies : didemnidés, botryllidés et souvent Distomus variolosus).

Divers biologie

Algue pérenne dont la durée de vie va de 10 à 15 ans. On peut estimer l’âge de l’algue en comptant, sur une coupe transversale, les stries d’accroissement (alternance de zones claires et sombres).
La croissance a lieu au printemps, la zone de croissance est stipo-frondale. La nouvelle fronde se forme au-dessus de cette zone. L’ancienne fronde finit par se détacher au niveau de l’étranglement et forme le « mantelet » ou « fleurs de mai ». Ces échouages sont abondants en avril-mai.

Informations complémentaires

Sa récolte est mécanisée à l'aide d'un bateau goémonier. Le système de récolte est une sorte de « peigne » qui retient les stipes de laminaire entre ses dents.
La récolte saisonnière est autorisée 6 mois par an.
Profession nécessitant une licence ; en 2005, 51 bateaux ont récolté 2 723 tonnes fraîches.
Ces algues sont utilisées pour l'extraction des alginates sous code additif alimentaire E400-E401-E402-E403-E404-E405.
La fronde a des propriétés épaississantes, et le stipe une tendance gélifiante.
Jadis, les vieux stipes, échoués sur les plages, étaient récoltés et utilisés comme combustible (îles de Sein et d’Ouessant).

Réglementation

La récolte est réglementée (voir  §  Informations complémentaires)

Origine des noms

Origine du nom français

Laminaire rugueuse : le stipe est rugueux et permet la fixation d’autres végétaux ou d’animaux.

Origine du nom scientifique

Laminaria : du latin [lamina] = lame,
hyperborea : du latin [hyperboreus] = septentrional.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Ochrophyta Ochrophytes ou Hétérokontes, ou Straménopiles: présence d'un stade unicellulaire à 2 flagelles, un lisse et un à poils tubulaires.
Classe Phaeophyceae Phéophycées Algues brunes.
Ordre Laminariales Laminariales Thalle en forme de lame.
Famille Laminariaceae Laminariacées
Genre Laminaria
Espèce hyperborea

Nos partenaires