Grande crevette rose

Palaemon serratus | (Pennant, 1777)

N° 159

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Crevette nageuse transparente de 5 à 11 cm
Rostre long et recourbé vers le haut, avec 6 à 7 dents dorsales, et 4 à 5 ventrales
Bandes brun rougeâtre et points jaunes sur la carapace
Nage en général près d'algues ou de rochers

Noms

Autres noms communs français

Bouquet, chevrette
Salicoque (Fécamp)
Saltarelle (Port Vendres)

Noms communs internationaux

Common prawn, glass prawn (GB), Quisquilla, camoron, calaron (E), Sägegarnele, Steingarnele, große Felsgarnele (D), Steurgarnaal, steurkrab (NL), Camarao (P), Strandreke (N)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Leander serratus
Astacus serratus
Pennant, 1777
Melicerta triliana Risso, 1816
Cancer captivus Nardo, 1847
Leander latreillianus Czerniavsky, 1884
Palaemon rostratus Gimenez, 1922
Palemon oratelli Monod, 1931

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Mer du Nord, Manche, Atlantique et Méditerranée.

Biotope

On trouve cette espèce de la surface dans les endroits ombragés jusqu'à 40 m de profondeur, sur des fonds rocheux, sablo-vaseux ou dans les herbiers, principalement en zones infralittorale* et circalittorale*.

Description

Crevette nageuse de 5 à 11 cm, son corps est transparent avec des bandes transversales et des lignes sombres sur les segments abdominaux, et des stries longitudinales et obliques sur la carapace, lignée de brun rougeâtre ou de jaune. Le rostre* est long et légèrement recourbé vers le haut dans sa partie distale, surtout chez les plus grands individus.

Espèces ressemblantes

Palaemon elegans, Palaemon adspersus, Palaemonetes varians, Palaemon longirostris. Distinguer ces espèces est affaire de spécialistes !! Une approche par habitats permet cependant un début de distinction :

Palaemon elegans est une espèce plus petite, commune dans les cuvettes de l'estran* rocheux avec varech et goëmons. C'est elle que les enfants attrapent le plus souvent à basse mer avec leur petite épuisette. On peut la confondre avec des juvéniles de Palaemon serratus. La différence se fait par l'observation du rostre (voir photo 9) : Chez Palaemon serratus le rostre est plus long, et l'espace entre la première et la deuxième épine du rostre est plus long que l'espace situé entre le deuxième et la troisième épine. Chez Palaemon elegans, ces deux espaces sont identiques.

Palaemonetes varians est assez petite et très transparente; elle ne se rencontre que dans les eaux sans mouvement ou presque, et à salinité variable, par exemple dans des fossés entourant les marais salants, les zones herbeuses et broussailleuses des estuaires des très petites rivières, les lagunes de très petite taille. En conséquence, il y a bien peu de chance de rencontrer cette crevette en plongée.

Palaemon adspersus peut être de grande taille et présente une coloration très homogène (sans rayures) et pouvant être sombre ; elle se rencontre soit dans l'eau courante de moyennes rivières se jetant en mer sur lit de galets, soit dans des lagunes littorales de très faible profondeur. En conséquence, il y a également bien peu de chance de rencontrer cette crevette en plongée.

Palaemon longirostris est très transparente ; c'est la "crevette blanche". Elle est assez spécifique des grands estuaires sablo-vaseux (Seine, Loire, Gironde) et des ports associés. Sauf à plonger sous les pétroliers et les transatlantiques, il y a peu de chances de voir cette espèce en plongée. On peut la confondre avec une nouvelle venue asiatique en Europe : Palaemon macrodactylus.

Alimentation

La crevette bouquet est omnivore, elle se nourrit principalement d'algues, de petits crustacés et même parfois de petits gastéropodes et de vers polychètes.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés, la fécondation a lieu pendant la ponte, les femelles les plus âgées pondent deux fois, les éclosions ont lieu en été et au printemps, les femelles les plus grandes pondent de 1000 à 5000 œufs ; l'éclosion a lieu à un stade larvaire* planctonique*.

Vie associée

Palaemon serratus peut être parasité par un isopode de la famille des Bopyridés, au niveau de la cavité branchiale. Cela peut provoquer un gonflement latéral du thorax.

Le nématomorphe Nectonema agile parasite de nombreuses espèces de décapodes, dont Palaemon serratus, avec une spécificité parasitaire très faible.

"De nombreux arthropodes et en particulier les Crustacés Décapodes, peuvent être infectés par un sporozoaire du genre Thelohania ou un genre voisin. La prévalence varie généralement (ordre de grandeur) entre 1/1000 à 1/5000. La conséquence est qu'il faut voir un grand nombre d'individus pour en observer un parasité ; d'ailleurs, ça ne se voit bien que sur les espèces un peu transparentes. Pour les autres, il faut autopsier !

Les prédateurs (poissons, oiseaux...) repèrent facilement ces individus et les éliminent de préférence aux autres à couleur plus classique.

Palaemon serratus peut être la victime d'infections "lourdes", l'espérance de vie du spécimen pouvant n'être que de quelques jours ; le parasite se met entre autres dans les muscles (spores) qu'il a tendance à "liquéfier" ; l'animal est aussi plus ou moins asphyxié. Chez les Palaemon le parasite est le Thelohania octospora (Henneguy, 1892) qu'il convient d'appeler maintenant Inodosporus octosporus (Henneguy, 1892)."

(Information de Pierre NOËL au sujet d'un individu dont la photographie est jointe ici).

Informations complémentaires

Les bouquets ou crevettes roses consommées appartiennent en fait à un autre genre. L'intérêt économique de Palaemon serratus est faible.

Origine des noms

Origine du nom français

"Crevette rose" vient de la couleur que prend l'animal après la cuisson.

Origine du nom scientifique

Palaemon : fils d'Athamas et de Leucothoe, changé en dieu marin (protecteur des ports),
serratus : du latin [serratus] = dentelé, pour le rostre en forme de scie dentelée.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Caridea Caridés Les Caridés sont caractérisés par des pléopodes natatoires. C'est à ce groupe qu'appartiennent une grande partie des espèces de crevettes.
Famille Palaemonidae Palaémonidés Pinces de la seconde paire de pattes beaucoup plus fortes que la première ; carpopodite de la seconde paire de pattes non divisé en articles ; rostre généralement moyennement long avec dents sur le bord dorsal et ventral. Espèces marines littorales ou d'eaux saumâtres.
Genre Palaemon
Espèce serratus

Nos partenaires