Xanthorie

Xanthoria parietina | (L.) Th. Fr. 1860

N° 1991

Quasi cosmopolite

Clé d'identification

Thalle encroûtant, arrondi, rugueux, fin et foliacé, surface de 1 dm²
Couleur jaune, tirant vers le vert (à l'ombre) et l'orange (au soleil)
Thalle recouvert en son centre de petites coupes, les apothécies
Bords foliacés lobés, fragiles, se décrochant facilement avec un ongle

Noms

Autres noms communs français

Xanthorie des murailles, xanthorie maritime, parmélie des murailles, lichen encroûtant jaune

Noms communs internationaux

Common orange lichen, yellow scale, maritime sunburst lichen, shore lichen (GB), Liquen encostrante amarillo (E), Wandflechte, gelbe Krustenflechte (D), Groot dooiermos, gele korstmos (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Physcia parietina (L.) De Not.
Teloschistes parietinus (L.) Norman
Lichen parietinus L. 1753
Parmelia parietina var. ectanea Ach. 1810
Blasteniospora parietina (L.) Trevis. 1853
Xanthoria ectanea (Ach.) Räsänen ex Filson 1969

Distribution géographique

Quasi cosmopolite

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Eau douce d'Europe, Atlantique Nord-Ouest

La distribution de cette espèce est quasi mondiale : on la trouve dans le nord-ouest de l'Europe, en Afrique, en Asie, en Australie et en Amérique du Nord (de l'Indiana à la Californie, Québec, Nouveau Brunswick, Nouvelle Ecosse, Labrador, St-Pierre et Miquelon).
En France, on l'observera sur les côtes de la mer du Nord, de la Manche et de l'océan Atlantique.
La distribution de ce lichen n'est pas cantonnée au littoral, on le trouvera en abondance à l'intérieur des terres.

Biotope

La xanthorie est une des espèces de lichen les plus communes sur notre littoral comme à l'intérieur des terres. Elle se développe sur des substrats très variés : troncs ou branches d'arbres, vivants ou morts, rochers (acides ou calcaires), pierres, toits des maisons, murs, depuis l'étage supra-littoral* jusqu'au bas de l'étage montagnard.
Elle affectionne particulièrement les substrats riches en azote, l'espèce est dite nitrophile. Elle se développe notamment sur certains sols qui jouxtent les installations agricoles et fermières.
Sur l'estran rocheux, on l'observera en zone supra-littorale, juste au dessus du niveau supérieur des marées de vive eau.

Description

Le thalle de la xanthorie se présente sous la forme d'une fine plaque foliacée et circulaire, dont la surface représente environ un décimètre carré. On observe généralement une confluence de nombreux thalles, la xanthorie pouvant ainsi recouvrir des surfaces très importantes. Sa texture est rugueuse au toucher, sa couleur est presque toujours jaune ; elle tend vers le vert lorsqu'elle est à l'ombre et vers l'orange lorsqu'elle est exposée en plein soleil. A la surface du thalle, et en son centre, s'élèvent de nombreuses petites coupes dont le diamètre varie de un à quatre millimètres. Ces coupes, ou apothécies*, sont les organes reproducteurs du lichen. L'intérieur des apothécies est toujours plus foncé que le thalle. Les bords de la xanthorie sont nettement foliacés et forment des lobes fragiles qui se brisent facilement.

Espèces ressemblantes

Il existe sur l'estran plusieurs autres espèces de lichens. La confusion existe mais peut être facilement évitée. Caloplaca marina, le lichen encroûtant orange, ressemble fortement à la xanthorie. Mais sa couleur est toujours orange voire roussâtre et le thalle est bien plus fin, plus coriace. Il est davantage incrusté et plus solidement ancré sur la roche. Alors que la xanthorie se décroche facilement avec un ongle, les bords du thalle du lichen encroûtant orange ne présentent pas de lobes foliacés et il est impossible de le détacher.
De plus, alors que les apothécies de la xanthorie sont regroupées au centre du thalle, celles du lichen encroûtant orange sont disséminées de manière plus aléatoire et sont bien plus petites (1 mm).

Alimentation

Un lichen est une symbiose, une association entre un champignon (hétérotrophe*) et une algue (autotrophe*), parfois une cyanobactérie. La proportion d'algues dans cette association ne dépasse jamais les 10%. Dans le cas de la xanthorie, elle est de 7%.
Les hyphes* du champignon absorbent l'eau et les sels minéraux du substrat (bois, roche). L'algue fait la photosynthèse* : à partir des éléments précédents, fournis par le champignon, de CO2 atmosphérique et d'énergie lumineuse, elle synthétise de la matière organique dont bénéficie en retour le champignon, notamment quand le lichen se développe sur substrat minéral.

Reproduction - Multiplication

Les lichens se reproduisent de manière sexuée ou asexuée.



Sexuée : lorsque deux thalles de Xanthoria parietina entrent en contact, les hyphes* fusionnent. Il se forme alors des petits organes reproducteurs, les apothécies*, au creux desquels le champignon fabrique des spores. Celles-ci sont disséminées par l'eau et le vent. Si les conditions le permettent, les spores seront à l'origine de nouveaux champignons, dont les tissus seront colonisés secondairement par les algues.



Asexuée : une simple fragmentation du thalle peut engendrer de nouveaux organismes, génétiquement identiques.
Il est à noter que deux acariens, Trhypochtonius tectorum et Trichoribates trimaculatus, qui se nourrissent de la xanthorie, rejettent dans leurs fèces des spores et des algues intactes (non digérées). Ils participent ainsi à la reproduction et à la dissémination de l'espèce.

Vie associée

L'algue endosymbiotique, hébergée dans les tissus mycéliens, appartient au genre Trebouxia. Dans le cas de Xanthoria parietina, on en dénombre deux espèces : Trebouxia arboricola, et Trebouxia irregularis.

Divers biologie

L'association symbiotique entre les deux organismes (champignon et algue) permet au lichen d'acquérir de nouvelles propriétés : il a la capacité de résister aux conditions extrêmes de l'étage supra-littoral* : résistance à la salinité, à de grandes variations de température et résistance à la dessiccation provoquée par l'exposition au vent et au soleil.

Le lichen est en outre capable de retenir une quantité d'eau équivalente à 35 fois son poids !

Les lichens sont très résistants aux variations des conditions environnementales et notamment à la pollution. La xanthorie résiste par exemple à des taux élevés de métaux lourds. Capables d'emmagasiner et de stocker divers polluants atmosphériques, ils permettent une purification de l'air et constituent de véritables marqueurs (ou bio-indicateurs), témoins de la qualité d'un biotope.

Capable de coloniser la roche nue, la xanthorie a un rôle pionnier. Elle participe de manière importante à la décomposition du bois et à l'érosion des roches.

La couleur du thalle est due à un pigment jaune, la pariétine, déposée sous forme de petits cristaux à sa surface.

Sa croissance est très lente (moins de 1 mm par an).

Informations complémentaires

Jadis, on utilisait les xanthories en guise de remède contre la diarrhée, contre la fièvre et contre la jaunisse.



La xanthorie broyée, mélangée à de l'urine macérée, permettait autrefois de teindre la laine.



Aujourd'hui, les propriétés antivirales de la xanthorie sont avérées, notamment contre les virus de type influenza, qui provoquent certaines grippes.

Origine des noms

Origine du nom français

- Xanthorie est la francisation du nom de genre scientifique Xanthoria ;
- lichen encroûtant car le thalle est fin et adhère au substrat, jaune à cause de sa couleur habituelle,
des murailles, car cette espèce est abondante sur les vieux murs ;
- parmélie : du latin [parma] = bouclier. Parmélie est un synonyme de xanthorie.

Origine du nom scientifique

Xanthoria : du grec [xanth] = jaune,
parietina : du latin [paries] = mur.
La xanthorie est un lichen jaune qui se développe sur les murs.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Ascomycota Ascomycètes Champignons dont le thalle se reproduit grâce à des spores contenues dans des asques.
Classe Lecanoromycetes Lécanoromycètes Les spores sont libérées par déhiscence des asques. La grande majorité des champignons lichénisés appartiennent à cette classe.
Ordre Lecanorales Lécanorales Apothécies ouvertes, discoïdes.
Sous-ordre Teloschistineae Téloschistinées
Famille Teloschistaceae Téloschistacées
Genre Xanthoria
Espèce parietina

Nos partenaires