Thuridille de Möbius

Thuridilla moebii | (Bergh, 1888)

N° 2554

Indo-Pacifique Ouest et central

Clé d'identification

Animal long et fin (max. 20 mm)
Deux parapodies latérales commençant derrière la tête et courant jusqu'à la queue
Couleur générale blanchâtre translucide à bleu-vert et même parfois bleue
Bande sinueuse longitudinale marginale sombre, orange brûlé à noire, mouchetée de points blancs
Deux rhinophores orientés vers l'avant et portant les mêmes couleurs que la bande sombre mouchetée

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Plakobranchus moebii Bergh, 1888
Elysia moebii (Bergh, 1888)

Distribution géographique

Indo-Pacifique Ouest et central

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Océan indien, depuis les côtes africaines (espèce présente à Mayotte et dans toutes les Comores, à La Réunion, à Maurice, en Afrique du Sud) jusqu'à l'Australie occidentale.

Biotope

On trouve cette espèce de thuridille dans des zones peu profondes, sablo-détritiques, rocailleuses ou coralliennes clairsemées, avec présence fréquente de gazon algal.

Description

Ce mollusque de 20 mm maximum a un corps long, fin et lisse. Il possède, de chaque côté du corps, des parapodies* (ou parapodes), extensions latérales unies à l'arrière, venant se replier sur les flancs et se rejoindre librement sur le dos de l'animal. Concernant l'aspect général de cette espèce, les parapodies de la thuridille forment un fourreau allongé d'où émerge la tête à l'avant.
La couleur de sa robe est blanchâtre translucide, avec le plus souvent de fortes nuances bleu-vert, quand elle n'est pas carrément bleue. L'espèce présente toujours une bande longitudinale sinueuse sombre en bordure haute des parapodies. Cette bande est généralement orange brûlé en haut (couleur parfois absente) et noire en dessous. Cette bordure sombre est semée de petits points blancs et elle est très homogène d'un bout à l'autre de l'animal.

En avant des parapodies, la tête est de même nuance que le corps et porte deux rhinophores* qui ont l'exacte couleur et les mouchetures de la bande sombre dorsale, avec la même densité de points blancs. Ces rhinophores sont assez longs, robustes et larges. Ils sont enroulés sur eux-mêmes et plutôt portés vers l'avant. A la base, le petit point noir difficile à voir est la tache oculaire.
La base antérieure du pied montre également la même couleur orangée à brune, mouchetée de blanc que la bande des parapodies et des rhinophores.

Espèces ressemblantes

Il n'y a pas dans la zone indo-pacifique, d'autres Elysiidés présentant cette bande submarginale chantournée brune, constellée de points blancs réguliers.

Alimentation

Comme toutes les thuridilles, T. moebii est végétarienne et se nourrit de petites algues vertes des substrats* peu profonds. Son régime précis n'est pas connu quant aux espèces ingérées, même si des observateurs de La Réunion indiquent l'avoir souvent vue auprès de Bornetella sphaerica.

Reproduction - Multiplication

L'espèce est hermaphrodite* simultanée et deux individus sont nécessaires à l'accouplement. Le rapport est proximal et les couples procréant sont rencontrés enlacés deux à deux dans une posture tête-bêche très explicite. Il est possible qu'une sorte de parade nuptiale soit un préalable au rapport.
Le pénis translucide bleuté en forme de bulbe est exsertile* et n'a pas d'épines péniennes. Il débouche sur le côté droit de l'animal, quasiment à la base arrière du rhinophore droit. C'est ce qui implique ce contact tête contre tête des partenaires (même si les corps s'entremêlent largement et brouillent un peu la figure tête-bêche géométrique décrite supra).
La ponte sera disposée en une large spirale, sans relief, dans le sens antihoraire. Il s'agit d'un fin ruban orange, fixé au substrat.

Divers biologie

A l'instar d'autres Mollusques Opisthobranches, les Sacoglosses, ordre d'appartenance de Thuridilla moebii, possèdent une radula*, sorte de bande dure, râpeuse et mobile, située au fond de la cavité buccale, dont ils se servent pour râper ou perforer leur proie. La forme, la disposition et l'organisation des dents qui composent cette radula est un élément de taxonomie important. Dans ce groupe des Sacoglosses, la radula est en général unisériée*, avec des dents crénelées latéralement. Ces dents se renouvellent et quand elles sont usées, tombent dans un sac buccal dédié.
Plus précisément pour T. moebii, la radula de l'individu examiné dans la redescription de 1995 portait 23 dents sur une seule ligne et cela pourrait se traduire par la formule* radulaire 23 x 0.1.0. Les dents sont pointues et flanquées de nombreux (15 à 20) denticules grossiers de chaque côté.

Informations complémentaires

L'individu examiné par T. Gosliner dans sa redescription de 1995 provient d'Afrique du Sud. Il n'y avait alors que quatre spécimens enregistrés : outre celui d'Afrique du Sud, les autres provenaient de l'île de La Réunion, de l'île Maurice et d'une île (Houtman Abrolhos) sur la côte ouest-australienne.

Il a été remarqué que les individus rencontrés dans les eaux françaises de l'océan indien, à Mayotte ou à La Réunion, n'affichaient pas forcément, sur la bande sombre mouchetée, la couleur "orange brûlé" de la description mais pouvaient ne montrer que du brun très sombre à noir.
Il est probable que la nuance du corps, entre le blanc translucide et le bleu-vert, soit influencée par l'alimentation mais cela reste à démontrer.

Origine des noms

Origine du nom français

Thuridille de Möbius : francisation du nom scientifique de l'espèce.

Origine du nom scientifique

Thuridilla : on peut suggérer que ce nom (1872) provient d'une des mêmes sources que plusieurs des autres noms de genres créés par Bergh : les grands écrits épiques islandais. Citons notamment la saga nordique : "The Story of Burnt Njal" (Njal's Saga), qui évoque la vie en Islande au Xème siècle. Originellement rédigé vers le XIIIème siècle en islandais, le texte présente un personnage se nommant Thurida. C'est probablement de ce nom que provient Thuridilla. Notons que l'on côtoie également dans cet ouvrage, et dans d'autres écrits du même style, Hallgerda et Jorunn Bjarnadottir dont on est fondé à penser qu'ils sont sources d'autres noms de genres d'Opistobranches (Halgerda et Jorunna), également créés par Bergh. Hypothèse à confirmer.

moebii : espèce dédiée à Karl August Möbius (7 février 1825 - 26 avril 1908), zoologiste et écologue allemand. Il est entre autres choses l'inventeur du terme biocénose*, a fondé le premier aquarium d'eau de mer en 1863 à Hambourg et, en 1881, le musée zoologique de Kiel, dans le nord de l'Allemagne.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Ordre Sacoglossa Sacoglosses Coquille à paroi fine et en forme d’œuf ou de 2 valves, ou absente. Les espèces sans coquille sont pourvues de parapodies ou de cérates. 2 paires ou pas de tentacules sur la tête (rhinophores en tube).
Famille Elysiidae Elysiidés Pas de coquille. Une paire de tentacules auriculés. Pas de voile tentaculiforme. Pied parfois divisé transversalement par un sillon. Parapodies dressées ou étalées.
Genre Thuridilla
Espèce moebii

Nos partenaires