Thon rouge

Thunnus thynnus | (Linnaeus, 1758)

N° 821

Eaux subtropicales et tempérées de l'Atlantique

Clé d'identification

Corps trapu, en forme de torpille
Bleu nuit sur le dos, bleuté sur les flancs et blanc argenté sur le ventre
2 dorsales, assez rapprochées : la première jaune ou bleutée ; la seconde plus haute et rouge-brun
Caudale puissante, symétrique, en croissant, jaunâtre et bordée de noir
8 à 10 pinnules dorsales et 7 à 9 pinnules anales, triangulaires, brun jaunâtre, à bords foncés

Noms

Autres noms communs français

Thon rouge de l'Atlantique, vrai thon, toun rhû (Bretagne), toun ou thoun (Languedoc, Nice), tonnu (Corse), ton france (Martinique)

Noms communs internationaux

Atlantic bluefin tuna, northern bluefin tuna, bluefin tunny (GB), Tonno rosso, barilaro, scampiru, tunina (I), Atún rojo, atún común, atún aleta azul (E), Roter Thun, Atlantischer Thunfisch, Thune (D), Atum, mochama (P), Tonijn (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Scomber thynnus Linnaeus, 1758
Albacora thynnus (Linnaeus, 1758)
Orcynus thynnus (Linnaeus, 1758)
Thunnus thynnus thynnus (Linnaeus, 1758)
Thunnus thynus (Linnaeus, 1758)
Thynnus thynnus (Linnaeus, 1758)
Thynnus mediterraneus Risso, 1827
Thynnus vulgaris Cuvier, 1832
Thunnus vulgaris (Cuvier, 1832)
Thynnus secundodorsalis Storer, 1855
Orcynus secondidorsalis (Storer, 1855)
Thunnus secundodorsalis (Storer, 1855)
Thynnus linnei Malm, 1877

Distribution géographique

Eaux subtropicales et tempérées de l'Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

Le thon rouge vit dans les eaux subtropicales et tempérées de l'océan Atlantique.
En Atlantique Est, on le retrouve de la Norvège jusqu'aux îles du Cap Vert, en passant par les îles Britanniques, la Méditerranée et le sud de la mer Noire. Notons que les conditions environnementales de ce dernier site se sont énormément dégradées depuis les années 1940 et que depuis, cette espèce est très rarement rencontrée. Enfin, une population est répertoriée au large de la Namibie mais aucune donnée sur son importance n'est disponible.
En Atlantique Ouest, il est présent depuis le Canada et Terre-Neuve jusqu'au nord du Brésil, ce qui englobe le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes. Il faut préciser que cette espèce n'a plus été repérée sur les côtes brésiliennes depuis une trentaine d'années.

Biotope

C'est un poisson pélagique*, grégaire, qui peut effectuer de grandes migrations en latitude comme en longitude. Il vit jusqu'à 200 m de profondeur en eaux tempérées, voire 500 m en eaux plus chaudes.
Il devient rare en eaux froides, inférieures à 10 °C en surface.
Il lui arrive de se rapprocher des côtes, notamment en Méditerranée entre avril et fin juillet.
Il n'accepte pas les eaux très salées (au-dessus de 38 ‰) mais s'adapte aux milieux dont la salinité est inférieure à 35 ‰.

Description

La taille du thon rouge varie entre 2 et 3 m de longueur (et même 5 m dans des cas exceptionnels). Il pèse en moyenne 300 kg (record : 684 kg).
Son corps, en forme de "torpille", est trapu, de section circulaire. De couleur bleu nuit sur le dos, il est bleuté sur les flancs et blanc argenté sur le ventre, parfois marbré ou taché de marques ovales. Cette répartition sombre - clair est caractéristique des poissons de pleine eau.
Il possède 2 nageoires dorsales, assez rapprochées : la première est jaune ou bleutée ; la seconde est nettement plus haute et de couleur rouge-brun. Les nageoires pectorales sont très courtes et n'atteignent pas l'extrémité de la première dorsale. La nageoire caudale est puissante, symétrique, en croissant. Elle est jaunâtre, bordée de noir. Les "petites" nageoires, pectorales et pelviennes, sont jaunes, bordées de noir. En avant de la nageoire caudale, il porte 8 à 10 pinnules* dorsales et 7 à 9 pinnules anales. Elles sont triangulaires, brun jaunâtre et à bords foncés.

Espèces ressemblantes

D'autres poissons de pleine eau, en particulier d'autres espèces de thons, sont d'autant plus ressemblants que leur rencontre, pour un plongeur, est généralement fugace. C'est donc dans la silhouette générale du poisson qu'il faut repérer des signes distinctifs :
Le thon albacore, Thunnus albacares (Bonnaterre, 1788), espèce tropicale : la deuxième nageoire dorsale et la nageoire anale, jaune vif pour les adultes, ont une forme en faucille bien marquée. Les pinnules sont jaunes, bordées d'une fine ligne noire. De même, une tache jaune marque le haut de l'opercule.
Le thon blanc ou thon germon, Thunnus alalunga (Bonnaterre, 1788) est plus petit que le thon rouge. Il a de très longues nageoires pectorales, qui dépassent la 2ème dorsale et sa nageoire caudale est bordée de clair. Son dos, de même que ses pinnules, sont noires.
Le thon obèse, Thunnus obesus (Lowe, 1839), espèce méridionale : ses nageoires pectorales sont très longues et ses pinnules dorsales et anales sont jaune vif à bord noir.
De moindre taille mais toujours en pleine eau, d'autres espèces présentent la même silhouette hydrodynamique :
- L'auxide, Auxis thazard (Lacépède, 1800), trapue, a deux nageoires dorsales éloignées l'une de l'autre. Il porte de fines lignes sombres et obliques sur le haut du dos.
- La bonite à dos rayé, Sarda sarda (Bloch, 1793) a un corps plus allongé. Elle est marquée par des lignes sombres et obliques sur le haut du corps.
- Enfin, la bonite à ventre rayé, Katsuwonus pelamis (Linnaeus, 1758), plus rare, présente une première nageoire dorsale en pointe. Son ventre clair est marqué de lignes sombres, horizontales.

Alimentation

Le thon rouge chasse en haute mer, en banc, depuis la surface jusqu'à 100 m de profondeur, où il capture des petits poissons (maquereaux, sardines, chinchards, ...) au milieu de grands bancs. Il se nourrit également de calmars et de crustacés.
Plus jeune, il s'attaque à de plus petites proies comme des crustacés ou des céphalopodes.

Reproduction - Multiplication

Le thon rouge atteint sa maturité sexuelle à 4 ans en Atlantique Est et à 8 ans en Atlantique Ouest.
L'espèce est gonochorique* et ovipare*. Les périodes de reproduction varient selon le lieu géographique (en Méditerranée, de juin à août, par exemple, dans le triangle Italie - Sicile - Sardaigne) et la température de l'eau. La reproduction a lieu à proximité des côtes et de la surface.
Les œufs possèdent une réservoir d'huile. Ils sont planctoniques* comme les larves* qui en sortent 2 jours après la ponte. Le stade larvaire dure un mois environ.
La croissance des juvéniles est plutôt rapide, ce qui est d'ailleurs une caractéristique de toutes les espèces de thons.

Vie associée

Les bancs, qui regroupent des individus de taille similaire, peuvent rassembler d'autres espèces de thons.
Le thon rouge est une proie pour les orques, les requins mako et les globicéphales noirs.

Divers biologie

C'est un nageur rapide (jusqu'à 90 km/h).
La constitution des nageoires se présente ainsi : dorsale : XII-XIV rayons épineux, 13-15 rayons souples et anale : 13-16 rayons souples.
Sa longévité est estimée entre 20 et 50 ans.
Un marquage de certains thons rouges a confirmé l'existence de grandes migrations, par exemple depuis la Floride jusqu'au golfe de Gascogne ou depuis Cap Cod jusqu'aux côtes norvégiennes.

Informations complémentaires

Il est admis, depuis 1999, que Thunnus orientalis, le thon bleu du Pacifique, est une espèce distincte.

Le thon rouge est l'espèce pélagique dont le nombre d'individus a subi la plus forte baisse ces dernières années (- 46 % depuis 1960).
L'homme pêche ce poisson depuis le Néolithique. Il est devenu une ressource à haute valeur marchande, exploitée par de nombreux pays, en particulier depuis le développement du marché des sushis-sashimis.

Réglementation

Cette espèce est classée "en danger" (EN : Endangered) par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

Depuis 1982, la pêche professionnelle du thon rouge est réglementée par une saison et des quotas de prises maximum par pays, en Atlantique Nord-Est et en Méditerranée occidentale. Le poids minimum pour un thon pêché est de 30 kg ; la longueur minimale est 1,15 m. Un pourcentage d'erreur de 5 % est cependant toléré.
Le TAC (Total Admissible de Capture) était de 32,4 t en 2006. Le plan de rétablissement de l'espèce a revu ce quota à la baisse jusqu'à 13,4 t en 2014 pour le remonter à 15,8 t en 2015, la Commission Internationale ayant évalué une hausse notable du stock reproducteur. Ce poids est largement distribué entre l'Italie, l'Espagne et la France, les autres pays concernés n'ayant droit qu'à un faible tonnage. La majorité des prises est réalisée autour de Malte et des Baléares.

La pêche de loisir est réglementée par arrêté ministériel annuel. Celui du 23 février 2016 indique que chaque couple pêcheur - bateau devra demander une autorisation préfectorale. L'ouverture de cette pêche est prévue du 11 juillet au 31 août 2016 et, éventuellement, selon le total atteint des prises, du 12 au 29 septembre 2016. Les thons pêchés devront être bagués. La pêche "no kill" est autorisée en 2016 du 4 juillet au 30 octobre 2016.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom de thon rouge vient de la couleur rouge de sa chair.

Origine du nom scientifique

Thunnus et thynnus : du grec [thynnos] = thon.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Scombrinae Scombrinés
Famille Scombridae Scombridés
Genre Thunnus
Espèce thynnus

Nos partenaires