Poisson-lézard rayé

Synodus saurus | (Linnaeus, 1758)

N° 1988

Caraïbes, Atlantique Nord-Est subtropical, Méditerranée

Clé d'identification

Tête aplatie et triangulaire
Bouche large s'étirant très en arrière des yeux
Dents fines et pointues bien visibles
Lignes horizontales bleues ou blanches sur le corps
Nageoire dorsale petite et triangulaire

Noms

Autres noms communs français

Lambert, poisson-lézard de l'Atlantique

Noms communs internationaux

Atlantic lizardfish, bluestripe lizardfish (GB), Pesce lucertola, sazzaluga di mari (I), Pez de San Francisco (E), Grüner Eidechsenfisch (D) Lagarto da costa (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Osmerus saurus (Linnaeus, 1758)
Salmo saurus Linnaeus, 1758
Saurus saurus (Linnaeus, 1758)
Alpismaris risso (Rafinesque, 1810)
Osmerus fasciatus Risso, 1810
Saurus fasciatus (Risso, 1810)
Stolephorus risso Rafinesque, 1810
Tirus marmoratus Rafinesque, 1810
Saurus vulgaris Cloquet, 1827
Laurida mediterranea Swainson, 1838
Saurus griseus Lowe, 1838
Saurus trivirgatus Valenciennes, 1839
Synodus cinereus Hildebrand, 1948

Distribution géographique

Caraïbes, Atlantique Nord-Est subtropical, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes

Synodus saurus se rencontre en Atlantique Est, du Maroc au Cap Vert et aux Açores, en Atlantique Ouest des Bermudes et Bahamas aux petites Antilles et dans toute la Méditerranée.

Biotope

Cette espèce se rencontre sur les fonds de sable, de quelques mètres sous la surface à une vingtaine de mètres de profondeur (max 400 m).

Description

Le poisson-lézard rayé est un poisson au corps allongé cylindrique, pouvant atteindre 40 cm. La tête est aplatie et de forme triangulaire. La bouche, munie de nombreuses dents fines et pointues souvent bien visibles, est large et s'étire très en arrière des yeux. Ces derniers sont de couleur verte entourés d'un anneau orange et situés sur la partie supérieure de la tête. Le corps est clair, plus foncé sur le dos avec des lignes horizontales bleues ou blanches. Des taches sombres plus ou moins marquées descendent du dos pouvant former des barres verticales. La coloration peut être plus ou moins foncée suivant celle du substrat sur lequel il se trouve. La nageoire dorsale est petite et triangulaire et en arrière se trouve une petite nageoire adipeuse.

Espèces ressemblantes

Il existe plusieurs autres espèces de poissons-lézards dans la même zone géographique qui pourraient être confondues avec Synodus saurus :

Synodus synodus (Atlantique Est tropical jusqu'aux Canaries au nord) a une coloration plus rouge, avec des bandes verticales larges et sombres, un point noir sur le museau. Il n'y a pas de lignes longitudinales bleues ou blanches.

Synodus intermedius (Caraïbes) ressemble beaucoup à S. saurus mais a une tache noire sur l'opercule.

Synodus foetens (Caraïbes) n'a pas de bandes transversales ni de lignes latérales, mais a quelques taches dorsales.

En Méditerranée orientale, il est possible de rencontrer d'autres espèces de poissons-lézards, originaires de mer Rouge ayant voyagé à travers le canal de Suez.
Enfin, les vives (Trachinus sp) se rencontrent dans le même biotope, mais ont une tête plus ronde et une deuxième nageoire dorsale courant sur la moitié du corps.

Alimentation

Le poisson-lézard rayé chasse à l'affût, enfoui dans le sable, laissant seulement dépasser ses yeux disposés sur la partie supérieure du crâne. Il attrape alors les proies qui passent à portée de sa bouche, principalement des poissons, mais aussi des céphalopodes et des crustacés. Cet important prédateur n'hésitera pas non plus à s'élancer comme une flèche sur un poisson passant à proximité, quitte à faire des bonds jusqu’à plusieurs mètres au dessus du fond. C'est notamment un prédateur des post-larves de la bécune à bouche jaune (Sphyraena viridensis).

Reproduction - Multiplication

Synodus saurus est une espèce gonochorique* (les sexes sont séparés). La reproduction a lieu au printemps et en été. La fécondation est externe. Une étude menée aux Açores montre qu’il y a également une importante compétition entre les mâles en période de reproduction.

Vie associée

Comme de nombreux poissons, le poisson-lézard rayé peut être parasité, notamment par des crustacés (copépodes, isopodes ...).

Divers biologie

Le poisson-lézard rayé, comme la plupart des poissons benthiques, n'a pas de vessie natatoire.

Informations complémentaires

Craintif, le poisson-lézard rayé s'enfuit rapidement pour aller s'enterrer quelques mètres plus loin.

Sa chair blanche est comestible.

Depuis quelques années, les observations de S. saurus dans le nord de la Méditerranée sont de plus en plus fréquentes, probablement liées au réchauffement de la planète.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-lézard : car sa tête ressemble à celle d'un lézard.

rayé : du fait de la présence de lignes bleutées longitudinales sur le corps.

Origine du nom scientifique

Synodus : du grec [syn] = ensemble, serré et [odous] = dent ; donc qui a les dents serrées et comme soudées.

saurus : du grec [sauros] = lézard.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Cyclosquamata Cyclosquamates
Ordre Aulopiformes Aulopiformes
Sous-ordre Synodontoidei Synodontoides
Famille Synodontidae Synodontidés
Genre Synodus
Espèce saurus

Nos partenaires