Crénilabre cendré

Symphodus cinereus | (Bonnaterre, 1788)

N° 626

Méditerranée, Atlantique de Gibraltar au bassin d'Arcachon

Clé d'identification

Coloration gris–beige cendré
Une nageoire dorsale
Une tache noire à la base du pédoncule caudal (pas toujours visible)
Parfois jaunâtre à vert ou avec 2 lignes longitudinales
Marbrures sur le corps des mâles protégeant leur nid

Noms

Autres noms communs français

Crénilabre gris

Noms communs internationaux

Grey wrasse (GB), Tordo grigio (I), Bodión (E), Grauer lippfisch (D), Grijze lipvis (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Crenilabrus cinereus (Bonnaterre, 1788)
Crenilabrus staitii Nordmann, 1840
Crenilabrus griseus (Gmelin, 1789)
Labrus cinereus Bonnaterre, 1788
Labrus griseus Gmelin, 1789

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique de Gibraltar au bassin d'Arcachon

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'espèce se rencontre en Méditerranée (y compris la mer Noire) et en Atlantique le long de la côte du Portugal, de la Galice, jusqu'au bassin d'Arcachon.

Biotope

Ce poisson vit sur le sable, à la lisière des herbiers de posidonie et de la roche entre 5 et 20 m de profondeur. Il préfère les zones plutôt calmes.

Description

Ce petit crénilabre (8 - 15 cm) a une coloration générale gris cendré à beige, voire jaunâtre à vert clair, plus ou moins pommelée, avec une tache noire, plus ou moins marquée suivant la saison, à la base du pédoncule caudal, sous la ligne latérale.
Comme beaucoup de crénilabres, Symphodus cinereus peut se présenter sous différentes livrées. L'une d'elles présente deux lignes foncées longitudinales. La livrée terminale des mâles montre une tache noire au niveau la base des premiers rayons de la nageoire dorsale, et des lignes bleues sous l'œil. Lors de la protection du nid, le mâle présente des marbrures.

Espèces ressemblantes

Symphodus cinereus peut être confondu avec des femelles et jeunes d'autres crénilabres à livrée claire.

Alimentation

Symphodus cinereus se nourrit de petits invertébrés qu'il trouve dans le sable (crustacés, vers, mollusques). On le rencontre parfois avec d'autres poissons fouisseurs qu'il accompagne pour glaner quelques proies.

Reproduction - Multiplication

Les individus sont hermaphrodites* protogynes*, c'est-à-dire qu'ils sont d'abord femelles puis mâles. La maturation sexuelle des femelles se fait vers 1 an, quand elles atteignent 4 cm. La transformation sexuelle en mâle se fait environ un an plus tard, vers 7 cm. La reproduction a lieu au printemps et jusqu'en été en mer Noire.
Tous les mâles de crénilabres (à l'exception de Centrolabrus melanocercus) construisent un nid plus ou moins élaboré qu'ils défendent farouchement. Les Symphodus cinereus mâles construisent un nid de ponte, dans une petite dépression dans le sable, constitué d'algues, de sable et de coquillages, pour attirer les femelles qui vont y déposer leurs ovocytes*. Les femelles, à cette période, ont leur papille génitale noire bien visible (incolore chez les mâles). La défense agressive des nids pour contrer l'intrusion d'autres mâles consiste en des mouvements d'affrontements, des changements de couleurs, et des attitudes de soumission des vaincus. Après la fécondation, les mâles, qui ont pris une livrée marbrée, gardent les œufs jusqu'à l'éclosion.
Comme la plupart des espèces construisant des nids, certains crénilabres dont Symphodus cinereus, manifestent des comportements sociaux de reproduction mettant en jeu trois formes de mâles. Les mâles "territoriaux dominants", de grande taille, assurent l'essentiel des fécondations, alors que des mâles "satellites" et des "sneakers"*, de petite taille, participent aux fécondations par des "vols de fécondation" suite à des éjaculations éclairs au dessus du nid. Les mâles « sneakers » adoptent une livrée qui imite celle des femelles pour ne pas être reconnus comme des rivaux par les mâles territoriaux.

Vie associée

Symphodus cinereus peut accessoirement pratiquer le nettoyage d'autres poissons, les débris récupérés sur leur hôte permettant alors de compléter leur alimentation.

Divers biologie

Le crénilabre cendré peut vivre 5 à 6 ans.
Nageoire dorsale avec 12 à 15 épines et 8 à 11 rayons mous. Nageoire anale avec 3 épines et 7 à 10 rayons mous.

Informations complémentaires

Il existe une sous espèce, Symphodus cinereus staiti, appelée "variété des étangs" qui fréquente les eaux saumâtres et se rencontre en mer Noire et dans les étangs littoraux (étang de Berre, étang de Thau).

Réglementation

Cette espèce est évaluée et classée dans la liste rouge 2010 UICN sous le statut LC (Least Concern), soit "préoccupation mineure".

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom crénilabre provient directement de son ancien nom scientifique : Crenilabrus du latin crena = crénelé, en référence à la forme de l'opercule des crénilabres, et labrum en référence aux grosses lèvres de ces poissons.
Cendré, en référence à sa couleur.

Origine du nom scientifique

Symphodus : du grec [symphysis] = jonction naturelle, ensemble et [odont] = dent. Dents fusionnées à chaque mâchoire.

cinereus : du latin [cineraceus] = cendré.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Symphodus
Espèce cinereus

Nos partenaires