Méduse à croix blanche

Staurostoma mertensii | (Brandt, 1834)

N° 3056

Arctique-boréal circumpolaire

Clé d'identification

Méduse aplatie, transparente parfois teintée de bleu
Grande croix gastrique blanche, parfois rose
Nombreux tentacules marginaux courts et fins

Noms

Noms communs internationaux

White-cross jellyfish, white-cross hydromedusa, cross jelly (GB), korsmanet (NOR)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Staurophora mertensii Brandt, 1838
Staurostoma mertensi (Brandt, 1838)
Staurophora laciniata L. Agassiz, 1849
Oceania multicirrata M. Sars, 1851
Cuspidella humilis Hincks, 1866

Distribution géographique

Arctique-boréal circumpolaire

Zones DORIS : Atlantique Nord-Ouest

La méduse à croix blanche est présente depuis l'Arctique jusqu'au cap Cod (presqu'île sur la côte Est des États-Unis). On la retrouve également au nord et au sud de la mer du Nord (archipels norvégiens au-delà du cercle polaire arctique : Lofoten et Vesteralen), dans la région des îles Féroé et dans les eaux côtières de Norfolk.

L'espèce est également présente au sud de l'Alaska, ainsi qu'au nord du Japon dans l'océan Pacifique.

Biotope

C'est une espèce pélagique* que l'on peut rencontrer entre 0 et 150 m de profondeur l'ombrelle presque fermée de nuit, et à plus grande profondeur de jour. On peut également l'observer entre deux eaux à la dérive en zone portuaire.

Description

Cette méduse de forme aplatie possède une ombrelle transparente, épaisse parfois teintée de bleu. Elle mesure en moyenne de 20 cm à 30 cm de diamètre et 4,5 cm de haut. L'estomac, la bouche et les quatre canaux radiaires recouverts par des gonades* très minces se combinent pour former une grande croix gastrique blanche voire parfois rose. Les gonades laissent une partie distale* libre. Elle possède de nombreux tentacules* marginaux courts et fins. Ils sont de couleur blanche à rose et dotés chacun d'une tache oculaire brune située sur les bulbes qui portent les tentacules. Le manubrium* n'est pas visible.

Espèces ressemblantes

L'aurélie Aurelia aurita, également transparente mais qui se distingue par ses 4 gonades en forme de fer à cheval.

Alimentation

Elle est carnivore et se nourrit entre autres de méduses et de petits crustacés.

Reproduction - Multiplication

La période de reproduction et les détails du cycle de vie sont ne sont pas connus hormis le fait que ce cycle passe par une phase polype* très petite et difficilement observable en plongée ainsi que par une phase larvaire* (planula*) comme toutes les hydroméduses.

Divers biologie

Elles forment souvent des populations importantes. En fin de vie elles peuvent être consommées par d'autres cnidaires tels que l'anémone plumeuse Metridium dianthus ou l'anémone rouge du Nord Urticina felina.

Origine des noms

Origine du nom français

Elle doit son nom à la croix blanche formée par les 4 canaux radiaires recouverts de gonades.

Origine du nom scientifique

stauro : du grec [stauros] = croix et de [stoma] = bouche en raison de sa croix radiaire

mertensii : en l'honneur du Dr. Karl Heinrich Mertens (1796-1830), naturaliste allemand qui prit part à un voyage naturaliste autour du monde, commandité par le Tsar Nicolas 1er, sur la corvette Séniavine. Il mourut du typhus peu après le retour du bateau.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Hydrozoa Hydrozoaires Cnidaires dont le cycle de vie est alterné, mais de façon inconstante, par deux phases différentes : le polype et la méduse. Présence d’un velum dans la méduse (dite craspédote), gonades ectodermiques, perte des septes, perte des cnidocytes endodermiques. Coloniaux ou solitaires. Quelques espèces d’eau douce.
Sous-classe Hydroidolina Hydroïdes Hydrozoaires dont le cycle de vie présente toujours une phase polype.
Ordre Leptothecata / Leptomedusa Leptothécates / Leptoméduses Hydroïdes coloniaux dont les polypes sont protégés par une enveloppe chitineuse, la thèque. Méduses (quand elles existent) aplaties, parfois de grande taille, portant des statocystes sur le bord de l’ombrelle, et des gonades sur les canaux radiaires.
Sous-ordre Conica Coniques Les hydranthes ont un hypostome conique, sans cavité buccale distincte de la cavité gastrique.
Famille Laodiceidae Laodicéidés
Genre Staurostoma
Espèce mertensii

Nos partenaires