Spondyle pied-d'âne

Spondylus gaederopus | Linnaeus, 1758

N° 2712

Méditerranée, Atlantique proche

Clé d'identification

Coquille inéquivalve
Forme ovalaire
Douze côtes radiales sur la valve supérieure
Épines calcaires irrégulières
Valve inférieure soudée au substrat
Couleur pourpre à violette
Intérieur des valves d’un blanc pur
Deux fortes dents sur la charnière de chaque valve
Muscle adducteur unique

Noms

Autres noms communs français

Jardon, spondyle européen, huître épineuse, huître à charnière, huître rouge, huître de fond, spondyle gaideron

Noms communs internationaux

European thorny oyster, european spiny oyster, spinous scallop (GB), Spondilo, cernieruolo (I), Ostra roja, ostra vermella (E), Stachelauster, Lazarusklapper (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Spondylus mediterraneus Hermann, 1781
Spondylus fulvus
Schreibers, 1793
Spondylus contrarius
Anton, 1838
Spondylus cevikeri
Lamprell, Stanisic & Clarkson, 2001

Cette espèce étant extrêmement variable de forme et de couleur, des auteurs souvent collectionneurs ont donné des noms de variétés pour différencier des spécimens particuliers ; on peut en citer quelques-uns :
Spondylus gaederopus var. albinus
Monterosato, 1875 = valve supérieure blanche,
var. coralinus
Monterosato, 1875 = épines orange sur valve blanchâtre,
var. foliosus
Monterosato, 1875 = épines très foliacées,
var. inermis
Monterosato, 1875 = valves sans épines,
var. spinosa
Pallary, 1904 = aux longues épines très nombreuses et qu’il ne faut pas confondre avec Spondylus spinosus Schreibers, 1793, originaire de mer Rouge, et que l’on trouve dorénavant sur les côtes israéliennes et turques (espèce lessepsienne*).

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Ce bivalve, commun, est présent dans toute la Méditerranée ainsi que dans les archipels des îles Canaries et de Madère.

Biotope

Cette espèce benthique* vit fixée solidement par sa valve inférieure sur des fonds rocheux (tombants, rochers), sur des épaves, parfois sur les valves de grands mollusques comme la grande nacre Pinna nobilis. On peut la rencontrer à partir de quelques mètres jusqu’à une cinquantaine de mètres de profondeur environ dans des sites exposés à des courants réguliers.

Description

Le spondyle pied-d’âne possède une coquille inéquivalve*, épaisse et lourde de forme ovalaire. Sa taille moyenne varie entre 60 et 125 mm. Cependant des individus mesurant 135 mm de longueur ont déjà été observés.
Son aspect général est très variable, dépendant de plusieurs facteurs exogènes : position sur la roche, force du courant, etc. En général, la valve supérieure (ou gauche), sorte de couvercle mobile, est ornée d’une douzaine de côtes radiales sur lesquelles se dressent des épines calcaires plus ou moins longues aux formes irrégulières : pointues, épaisses, en forme de spatules ou tubulaires. De nombreux picots s’amoncellent dans les interstices de la coquille donnant à celle-ci un aspect rugueux.
La valve inférieure (ou droite), creuse et plus volumineuse, soudée solidement au substrat*, peut porter également des épines concentrées seulement sur les bords. Les spécimens dépourvus d’épines ne sont pas rares.
La valve supérieure est toujours de couleur pourpre, rouge violacé ou violette, rarement orange. Celle inférieure est le plus souvent blanche avec parfois des taches rouge violacé ou orange. L’intérieur des valves est d’un blanc pur. La charnière porte 2 fortes dents ou boutons sur chaque valve et un ligament robuste entre celles-ci. Les 2 dents de la valve supérieure se logent parfaitement dans les fossettes de la valve inférieure et vice-versa. Un unique muscle adducteur positionné de façon presque centrale laisse une empreinte circulaire à l’intérieur de la coquille.

Espèces ressemblantes

Il n'y a pas de confusion possible dans sa zone de distribution, Spondylus gaederopus étant le seul spondylidé de nos côtes métropolitaines. Cependant les individus jeunes ou de petite taille peuvent être confondus avec la petite huître épineuse Chama gryphoides de taille moindre (3 cm) et dont les épines courtes sont disposées en rangées concentriques.

Alimentation

Cette espèce a un régime microphage* suspensivore* : elle se nourrit exclusivement de matière organique et de plancton* en suspension dans l'eau de mer qu'elle filtre grâce à ses branchies.

Reproduction - Multiplication

Spondylus gaederopus est comme tous les bivalves pectinidés une espèce hermaphrodite*. Les gonades libèrent dans la colonne d’eau œufs et sperme. La fécondation est externe. Quelques jours plus tard, les œufs donnent naissance à des larves* trochophores* planctoniques*. Ces dernières vont se métamorphoser en quelques jours (en fonction de la température de l'eau et de la nourriture disponible) en larves véligères*. A l'issue de cette phase larvaire les jeunes, en tous points identiques aux adultes, se déposeront sur le fond et subiront une série de transformations jusqu'au stade de juvéniles.

Vie associée

La valve supérieure de la coquille du spondyle pied-d’âne est la plupart du temps colonisée par de nombreux organismes invertébrés qui lui assurent un camouflage et une relative protection. C’est l’éponge encroûtante orange-rouge Crambe crambe qui la recouvre le plus souvent et il est difficile de distinguer la coquille du bivalve dans ce cas.

Divers biologie

Dans les années 80 puis dans les années 2008-2009, le long des côtes méditerranéennes, on a observé des épisodes de forte mortalité chez Spondylus gaederopus. Que ce soit sur les côtes françaises ou sur les côtes ouest de l'Italie, a constaté un taux de mortalité de plus de 90 % durant les étés de 1981, 1982 et 1983. Toutes les tranches bathymétriques* de l’étage infralittoral* (0 à 30 m), jeunes et adultes, petite ou grande taille, ont été touchées. Les causes, bien qu’aucune analyse n’ait été établie sur des individus sur le point de mourir, semblent dues à une épidémie virale, bactérienne ou fongique. La rapidité et l’étendue du phénomène semblent corroborer cette hypothèse. Ces constatations anormales ont de nouveau été signalées en 2008 et 2009. On notera que durant ces deux périodes d’autres mollusques bivalves sont également morts en grande quantité : Arca noae (arche de Noé), Barbatia barbata (arche barbue) et Lima lima (lime écailleuse).

Informations complémentaires

Bien que comestible, la chair du spondyle est plus ou moins appréciée du fait de sa saveur amère. Sa pêche est occasionnelle et artisanale : chaluts de fond, dragues. Les prises en plongée sous-marine sont rares. Consommé frais il n’apparaît que très rarement sur les marchés des pays riverains de la mer Adriatique (Italie, Croatie) ; en Corse il n’est ramassé et consommé que par quelques initiés.

Cette espèce fait l’objet également de récolte pour les collectionneurs. Cet attrait n’est pas nouveau puisque que l’on a retrouvé dans des fouilles archéologiques en Grèce des restes de valves supérieures seules

Des fouilles archéologiques sur les côtes méditerranéennes (mer Egée notamment) ont permis de montrer que des coquilles fossiles de Spondylus gaederopus avaient, durant la période du Néolithique soit il y a 5 000 ans environ, été utilisées pour faire des ornements, des bracelets ou des boucles de ceintures.

Origine des noms

Origine du nom français

Spondyle est la francisation du nom scientifique Spondylus.

pied-d’âne : le pied de cet équidé en forme de U, étroit, plus long que large rappelle la coquille du spondyle.

Origine du nom scientifique

Spondylus : du grec [spondylos] = vertèbre, nom donné par analogie à une charnière parfaitement bien articulée comme les vertèbres des animaux.

gaederopus : du grec [gáderos] latinisé en [gaederos] = âne et du latin [pēs] = pied. En rapport avec la ressemblance de cette coquille avec la corne du pied de l’âne que les grecs appelaient Gaideron.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Pteriomorphia Ptériomorphes Muscle adducteur postérieur développé, antérieur réduit.
Ordre Pectinida Pectinides
Famille Spondylidae Spondylidés
Genre Spondylus
Espèce gaederopus

Nos partenaires