Serpule triangulaire

Spirobranchus triqueter / lamarcki | (Linnaeus, 1758) / (Quatrefages, 1866)

N° 2775

Toutes les côtes européennes

Clé d'identification

Tube calcaire blanc crayeux, lisse, de section triangulaire de 3 mm de côté
Tube calcaire s'amincissant régulièrement pour finir en pointe
Crête axiale terminée en dent saillante sur le sommet de l'ouverture
Deux crêtes latérales supplémentaires pour Spirobranchus lamarcki
2 panaches branchiaux
Opercule en forme de poire

Noms

Autres noms communs français

Ver tubicole triangulaire

Noms communs internationaux

Keelworm, three-face tubeworm (GB), Gusano incrustrante (E), Dreikantwurm, Dreikantröhrenwurm (D), Driekantige kalkkokerrworm, Driekantige kokeworm (NL), Trekantmakk (NO), Sérpula triangular (PO), Cuqueta de closca (Catalan)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pour Spirobranchus triqueter (Linnaeus, 1758) :
Serpula triquetra Linnaeus, 1758
Conchoserpula triquetra (Linnaeus, 1758)
Pomatoceros triqueter (Linnaeus, 1758)
Pomatoceros triquetroides (delle Chiaje, 1822)
Potamoceras triquetroides (delle Chiaje, 1822)

Pour Spirobranchus lamarcki (Quatrefages, 1866) :
Pomatoceros lamarcki (Quatrefages, 1866)

Distribution géographique

Toutes les côtes européennes

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Atlantique Est : de l'Arctique jusqu'à l'Espagne, mer du Nord, Manche et Méditerranée, Adriatique et mer Noire.

Biotope

On trouve les serpules triangulaires jusqu'à 70 m de profondeur, sur toutes sortes de substrats durs comme les fonds rocheux, les grosses coquilles vides, et parfois sur les carapaces* des crabes ou des homards. Il s'agit d'espèces pionnières qui envahissent les nouvelles surfaces disponibles (coques de bateaux, pontons, bouées, ...). Ces vers sont fermement collés à leur support.

Spirobranchus triqueter, qui possède une seule carène médiodorsale sur le tube, est une espèce de l'infralittoral* et du circalittoral* (jusqu'à 70 m). C'est donc ce ver que les plongeurs voient le plus souvent.

Spirobranchus lamarcki, qui possède trois carènes* sur le tube, est une espèce côtière visible dans l'étage médiolittoral* inférieur et en infralittoral. C'est donc ce ver qui est observée principalement en pêche à pied. C'est une espèce sciaphile* (qui aime l'ombre) et qui se rencontre sous les pierres en bas de l'estran*.

Description

Longtemps Spirobranchus (ex Pomatoceros) triqueter et Spirobranchus (ex Pomatoceros) lamarcki ont été confondus en une même espèce, ce n'est que récemment qu'ils ont été considérés comme 2 espèces distinctes. Chez ces deux espèces, la section extérieure du tube calcaire robuste est triangulaire, la section intérieure ronde, et l'ouverture du tube possède souvent une dent blanche dorsale bien visible. Le diamètre de ces petits tubes longs de 15 à 40 mm diminue très régulièrement pour finir en pointe à l'extrémité postérieure. Les tubes propres sont d'un blanc crayeux.

Spirobranchus triqueter, encore très souvent trouvé sous son ancien nom de Pomatoceros triqueter est un petit ver grégaire* sédentaire qui vit dans un tube calcaire et lisse de 15 à 25 mm de longueur. A l'extérieur, 2 crêtes dorsales latérales et 1 axiale sur le sommet qui se termine en dent saillante en haut de l'ouverture lui confèrent un aspect triangulaire de 3 mm de côté. L'un des côtés est en contact avec le support, il est fortement collé à celui-ci sur toute sa longueur. Le tube n'est jamais droit, sur sa longueur, il fait au moins un angle plus ou moins courbé.

Le corps de l'animal est composé de 3 parties :
- une section thoracique de 7 segments, le 1er et le 2ème forment la tête, le 2ème, le péristomium*, porte une bouche transversale avec 2 grandes lèvres, et 2 panaches branchiaux composés chacun de 18 à 20 radioles* (filaments qui composent le panache des vers tubicoles) courtes, assez grosses et réunies à leur base. Ces radioles peuvent être rétractées complètement à l'intérieur avant fermeture du tube par un opercule* en forme de vessie membraneuse conique inversée. Cet opercule est surmonté d'une plaque calcaire, plane ou bombée, avec 2 ou 3 petites dents plus ou moins développées. Il n'y a pas d'yeux.
- une section abdominale de 70 à 90 segments, le nombre de segments augmente avec l'âge.
- le pygidium*, partie terminale de l'animal non segmentée, qui porte l'anus et 2 lobes arrondis de petite taille.

Tous les segments de ce ver portent des soies* (structures en forme de poils longiformes et effilés) ou des uncini* (soies courtes et dentelées en forme de trapèze).

L'animal présente des couleurs lumineuses, verdâtres, rouges ou brunes, les radioles sont de couleurs différentes du corps : blanches, bleues, rouges ou jaunes.

Spirobranchus lamarcki est très peu différent. Il est légèrement plus grand : jusqu'à 4 cm de longueur, avec une seule différence sur le tube ; en effet celui de Spirobranchus lamarcki comporte 2 arêtes latérales de part et d'autre de la médiane. On peut aussi noter que les 2 panaches branchiaux sont un peu moins fournis, ils comportent entre 12 et 16 radioles chacun.

Espèces ressemblantes

Il ne faut pas confondre les tubes des Spirobranchus spp. avec celui d'autres espèces de vers (Hydroides spp., jeune Ficopomatus sp., ...), en particulier avec celui de la serpule Serpula vermicularis dont les tubes sont bien ronds, plus longs (70 mm) et décollés du substrat pour leur extrémité antérieure. Il est aussi possible de confondre le tube calcaire rigide des Spirobranchus sp. avec celui de la protule (Protula sp.) qui est bien plus long (150 mm). Effectivement, les tubes de Spirobranchus sp. présentent une longueur et un diamètre bien plus petits. De plus, et c'est un caractère très visible, les protules ne possèdent pas d'opercule venant obstruer le tube lorsque le panache branchial est rentré.

Vermetus triquetrus, le petit vermet, est un mollusque gastéropode fixé dont le tube forme une spirale sur un seul plan en général. Sa taille est un peu plus importante (40 mm) et son diamètre légèrement supérieur (4 à 6 mm). Les risques d'erreurs d'identification viennent de la section extérieure du tube calcaire, plus ou moins triangulaire, et de la présence d'une dent médiane qui peuvent le faire confondre avec Spirobranchus triqueter. Notez que, une fois rétractées dans leurs tubes calcaires, les protules (sans opercule) et les serpules (avec opercule partiellement enfoncé) laissent "vide" en apparence la première partie de l'orifice d'entrée, alors que le pied et l'opercule marron taché de crème du petit vermet reste toujours bien visible à l'entrée du tube.

Alimentation

Comme tous les annélides polychètes sessiles* (attachés directement au support sans être portés par un pédoncule*), il ne quitte jamais son tube. Comme les autres espèces de ce groupe, c'est un animal filtreur qui capte sa nourriture, principalement planctonique*, avec ses radioles garnies de cils vibratiles. Ceux-ci créent un courant d'eau lui permettant de collecter les particules alimentaires microscopiques en suspension dans l'eau, et de les acheminer vers la bouche.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut avoir lieu à tout moment de l'année. La maturité sexuelle est atteinte à l'âge de 4 mois. Ce sont des espèces hermaphrodites* (les cellules sexuelles mâles et femelles sont portées par un même individu), protandres* (d'abord mâles, puis qui changent de sexe à un moment de son existence). La fécondation est externe, les larves* sont planctoniques pendant 2 à 3 semaines l'été et près de 2 mois l'hiver avant de tomber sur le fond pour commencer à construire un tube. Celui-ci est d'abord transparent, il sera ensuite calcifié avec le temps.

Divers biologie

S'ils sont sortis de leur tube, ces vers ne peuvent pas le reconstituer et ils dépérissent très rapidement.

Informations complémentaires

Sur une surface donnée, il y a généralement dix fois plus de mâles que de femelles.
Ces espèces sont opportunistes et colonisent tous les supports assez rapidement : bouées, pontons ou autres animaux.
La durée de vie de ces vers est de 3 à 4 ans.

Origine des noms

Origine du nom français

"Serpule" dérive directement du nom de la famille de ce ver ; Serpula : du latin [serpula, ae] = petit serpent.
"Triangulaire" est en rapport avec la section extérieure de son tube : il est à 3 côtés.

Origine du nom scientifique

Spirobranchus : du latin [spira] = en spirale et [branchia] = branchies, soit branchies en spirale.
triqueter : du latin [triquetrus] qui a trois angles, en rapport avec la forme triangulaire du tube.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chez les espèces non tubicoles, chaque anneau, hormis la tête et la queue, porte des excroissances locomotrices (les parapodes) munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres, galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Sedentaria - Canalipalpata Annélides polychètes sédentaires - Canalipalpata

Annélides polychètes sédentaires vivant dans des tubes ou des terriers semi-permanents, avec une paire de palpes creusés d'un sillon longitudinal cilié.

Ordre Sabellida Sabellides

Métamérie très altérée, corps divisé en deux régions distinctes, une thoracique à segments peu nombreux et une abdominale à segments très nombreux. Prostomium indistinct et peristomium faisant une collerette plus ou moins développée, entière ou divisée en lobes, branchies volumineuses (2 lobes semi-circulaires ou spiralés portant de nombreux filaments ou rayons garnis de barbules ciliées) en panache terminal disposé en entonnoir entourant la bouche.

Famille Serpulidae Serpulidés

Tube calcaire blanc, non enroulé en spirale, attaché au substrat. Panache de 30-40 appendices tentaculaires (radioles) dont quelques-uns sont transformés en un opercule. Parfois en groupes.

Genre Spirobranchus
Espèce triqueter / lamarcki

Nos partenaires