Éponge encroûtante orange

Spirastrella cunctatrix | Schmidt, 1868

N° 3416

Méditerranée, Atlantique proche

Clé d'identification

Espèce revêtante
Couleur rouge orangé à rose terne
Oscules ronds et surélevés
Canaux aquifères convergents bien visibles
Aspect de surface granuleux

Noms

Autres noms communs français

Eponge veineuse rouge, éponge cratère

Noms communs internationaux

Orange encrusting sponge (GB), Spugna incrostante arancia, spugna rossa, spirastrella (I), Esponja encrostante anaranjada (E), Orangefarbener Krustenschwamm, Orangefarbener Strahlenschwamm (D), Oranjerode korstspons (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Hymeniadidon angulata Bowerbank, 1872
Spirastrella angulata (Bowerbank, 1872)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Spirastrella cunctatrix est présente dans toute la Méditerranée, en Atlantique Est tropical où l'on peut la rencontrer dans tous les archipels de Macaronésie (Canaries, Açores, Madère) ainsi que dans le golfe de Guinée.

Biotope

Cette éponge sciaphile* se rencontre exclusivement sous les surplombs ou dans les grottes dès les premiers mètres sous la surface et jusqu'à une soixantaine de mètres de profondeur.

Description

Cette espèce revêtante forme des croûtes minces plus ou moins mamelonnées de 1 à 5 mm d'épaisseur. Sa couleur est rouge orangé à rose terne. Elle couvre des surfaces de quelques dm², les plaques les plus importantes s'étendent même jusqu'à 1 m². Les oscules*, légèrement surélevés, sont ronds et grands. Ils sont au centre de canaux aquifères* convergents souvent bien visibles et en relief.
Son aspect finement granuleux est dû à la présence de spicules* dans le cortex*.

Espèces ressemblantes

Crambe crambe : espèce très semblable en forme et en couleur mais photophile* (exposée à la lumière).

Crambe tailliezi : sa couleur est jaune orangé.

Diplastrella stellata : sa couleur est blanc jaunâtre, son aspect velouté et elle a la particularité de se déliter facilement. Diplastrella stellata est bien moins massive que Spirastrella cunctatrix, plus encroûtante et présente des systèmes veineux de plus petites tailles.

Dans tous les cas, seule une observation au microscope permettra une identification correcte.

Alimentation

Comme toutes les autres éponges, cette Spirastrella se nourrit et capte l'oxygène en créant dans ses chambres internes un courant d'eau. Celui-ci est engendré par le battement des flagelles* de certaines cellules spécifiques aux spongiaires : les choanocytes*. La nourriture de ce filtreur* suspensivore* se compose de plancton* (en particulier d'organismes dinoflagellés*) et de particules organiques détritiques* en suspension dans l’eau. L'ensemble pénètre avec le courant d'eau via de tout petits trous, les ostioles* puis est capté par les choanocytes.
La digestion est intracellulaire, les déchets non métabolisables sont évacués par des orifices exhalants : les oscules.

Reproduction - Multiplication

Chez la plupart des éponges, la reproduction peut être sexuée ou asexuée.

  • Sexuée : les gamètes* de cette éponge ovipare*, après fécondation, donnent naissance à un œuf qui se divisera pour donner à son tour une larve* ciliée* nageuse de type « parenchymella* ». Cette dernière, après une durée de vie très courte (quelques heures), se fixe sur le fond pour se métamorphoser et donner une nouvelle éponge. Les éponges sont hermaphrodites*, les gamètes mâles et femelles d'une même éponge ne sont pas expulsés au même moment.
  • Asexuée : par bourgeonnement* ou bouturage de fragments qui se détachent de l'éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Bien qu'existante, cette reproduction est relativement secondaire.
Les éponges ont une forte capacité de régénération.

Divers biologie

Description microscopique :
Les spicules mégasclères* sont des tylostyles*, longues aiguilles pointues à une extrémité, en tête d'allumette à l'autre, de 480 x 5 µm. Les microsclères* sont des spirasters*, petites masses siliceuses plus ou moins allongées à épines obtuses. Ces derniers sont de deux tailles : 10-25 µm de longueur pour les plus petits, 28-50 µm pour les plus grands.

Origine des noms

Origine du nom français

Éponge encroûtante orange, car elle forme des croûtes de couleur orangée.

Origine du nom scientifique

Spirastrella : du grec [speira] = enroulement en spirale et [astrella] = petite étoile. Cette éponge possède des spirasters, spicules microsclères en forme d'étoiles légèrement spiralées.

cunctatrix : mot latin = rugueux (au toucher).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymula.

Sous-classe Heteroscleromorpha Hétéroscléromorphes
Ordre Clionaida Clionaides
Famille Spirastrellidae Spirastrellidés

Éponges encroûtantes avec des couches en faisceaux de grands spicules spirasters, amphiasters ou diplasters sur toute l’épaisseur de l’éponge.

Genre Spirastrella
Espèce cunctatrix

Nos partenaires