Serpent marin olive

Aipysurus laevis | Lacépède, 1804

N° 1074

Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Calédonie et Australie.

Clé d'identification

Le plus grand serpent marin
Corps et queue aplatis
Couleur uniforme, grise à brun olive à tête marron orangé
Serpent marin à l'attitude très curieuse

Noms

Autres noms communs français
Serpent beige, serpent vert, aipysure lisse
Noms communs internationaux
Olive-brown sea snake, golden sea snake, olive sea snake (GB)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Aipysurus fuliginosus

Distribution géographique

Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Calédonie et Australie.

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Sa zone de répartition est moyennement étendue, elle comprend le sud Indonésien, la Nouvelle-Guinée, la Nouvelle-Calédonie et du nord-est au nord-ouest de l'Australie.
C'est le serpent marin le plus commun dans le nord-est australien (grande barrière).
En Nouvelle-Calédonie, Aipysurus laevis est rencontré dans l'ensemble du lagon où il représente l'espèce à la plus grande taille et celle à l'attitude la plus agressive, au moins en apparence.

Biotope

Il est présent dans tout le récif corallien et les lagons, ainsi que sur la pente externe des récifs. Il fréquente les eaux peu profondes où il chasse ses proies de 5 à 30 m (1-45 m) de fond. Il est par contre absent des petits fonds de la zone d'affleurement corallien où casse la houle du large.
Il se repose sous des massifs coralliens.

Description

Ce serpent marin de grande taille (120-150 cm, maximum en Nouvelle-Calédonie : 172 cm, record toutes zones : 220 cm) possède un corps robuste et aplati sur les 3/4 de sa longueur, seul le quart antérieur est de section à peu près ronde. Il s'agit du plus grand et fort représentant du genre. Sa tête est clairement distincte du corps. Les narines sont sur la face supérieure de la tête et les plaques nasales contiguës. Les narines sont équipées de valves permettant la plongée. Il sort régulièrement sa langue munie de capteurs olfactifs, via une petite encoche de la bouche, pour localiser ses proies.
A l'exception du dessus de la tête et du museau maculé de marron orangé, l'ensemble du corps est gris crème uniforme, parfois avec de petites taches plus foncées. Il peut occasionnellement prendre une couleur brun olive suivant l'éclairage. Ce serpent marin possède vingt et une à vingt-cinq séries d’écailles lisses et imbriquées autour du corps. Les jeunes individus arborent des rayures latérales blanches ondulées.
Les yeux ont une taille moyenne et une pupille ronde.
Aipysurus laevis est remarquable par son comportement qui semble menaçant au plongeur. Effectivement ce serpent est attiré par tout ce qui brille ou qui bouge.
C'est une espèce au poison très venimeux, bien que curieux et collant, il n'est pas vraiment agressif, et seule une manipulation volontaire pourra causer une morsure.

Espèces ressemblantes

Aipysurus pooleorum est très proche et donc facilement confondu avec A. laevis. Ce serpent marin est considéré par certains comme une sous-espèce de A. laevis nommée Aipysurus laevis pooleorum H. M. Smith, 1974.

Aipysurus laevis laevis Lacépède, 1804 est une autre sous-espèce proche.

Alimentation

Piscivore (poissons, céphalopodes, crustacés, œufs de poissons).
Le poisson chat Plotosus lineatus constitue une de ses proies favorites.
Il chasse nuit et jour et s'attaque en priorité aux poissons endormis et cachés dans les crevasses du récif, il ne s'attaque pas aux poissons en pleine eau. Il fait des constrictions de son corps pour tenir les proies capturées en même temps qu'il leur injecte son puissant venin. Les enzymes protéolytiques du venin participent à la digestion interne de la proie et la salive à sa digestion externe.

Reproduction - Multiplication

La maturité sexuelle est atteinte de 3 ans (mâle, 68 cm au minimum) à 4/5 ans (femelle, 80 cm au minimum). Les femelles sont plus grandes que les mâles. La période de reproduction a lieu en hiver et les naissances en automne au nord-est de l'Australie où seule la moitié des femelles sont gravidiques chaque année. Ceci suggère que les femelles ne se reproduisent que tous les deux ans.
La copulation a lieu sur le fond après un ballet en pleine eau où le plus souvent plusieurs mâles font la cour à une seule femelle.
C'est une espèce vivipare. La mise bas des jeunes serpents se déroule en pleine eau. Il y a de deux à cinq jeunes par portée et la gestation dure de sept mois à neuf mois. Ils mesurent 35 cm en moyenne à la naissance et la croissance des jeunes est de 0,22 à 0,95 cm par mois.

Vie associée

Ce serpent habituellement propre et lisse est parfois colonisé par de petites algues et des petites balanes.

Divers biologie

Aipysurus laevis peut parcourir 500 m lors d'une même apnée. Son temps d'immersion moyen à été chronométré à 16 mn (maximum constaté 32 mn). Sa vitesse normale de déplacement linéaire est de 2,7 m par minute, il peut être beaucoup plus rapide ponctuellement, particulièrement lors des plongées et remontées (1 m par seconde). Il ne reste que quelques secondes en surface où il pratique de une à trois expirations/inspirations.
La queue est munie de photorécepteurs, ce qui lui permet de détecter les mouvements de lumière lorsqu'il est en train de chasser dans les anfractuosités des récifs coralliens, et donc de surveiller ses arrières.
Cette espèce peut vivre une quinzaine d'années et sa vie est entièrement aquatique, il ne va jamais à terre.

Quinze espèces marines (trois laticauda et douze serpents "vrais") sont recensées en Nouvelle-Calédonie où les serpents de mer abondent, et semblent s'adapter à la pollution minière croissante.

Informations complémentaires

La morsure est mortelle dans 10% des cas mais un antidote existe. Les victimes sont la plupart du temps des pêcheurs locaux nettoyant leurs filets.

Généralités sur les serpents marins :

Les serpents marins appartiennent tous à la famille des Elapidae (anciennement divisée en Hyhiinae et Laticaudinae). Ils ne sont présents que dans la partie tropicale et sub-tropicale des océans Indien et Pacifique et absents dans l'océan Atlantique. Une seule espèce n'est pas marine dans cette famille, il s'agit de Hyhis semperi qui n'est présent que dans un lac d'eau douce aux Philippines. Malgré tout, certaines espèces marines peuvent remonter les rivières, parfois sur plusieurs kilomètres.

Les représentants du genre Laticauda (tricots rayés) sont un peu à part, ce sont les seuls serpents marins amphibies. Ils passent un grande partie de leur vie sur la terre ferme où ils digèrent, se reposent, muent et pondent (ils sont ovipares, contrairement à tous les autres serpents marins qui sont vivipares). Les Laticauda spp. vont dans la mer pour se nourrir.
Tous les autres genres ont une vie totalement aquatique.

Ils sont actifs et présents toute l'année. La majorité possède une petite tête adaptée à leur mode de prédation dans les anfractuosités du corail.

Les serpents marins sont obligés de remonter à la surface pour respirer, ils sont tous munis de poumons. Leurs plongées se déroulent donc en apnée et vont de quelques minutes à plusieurs heures. Ils sont pour la plupart côtiers (lagons, récifs, pentes externes). Une seule espèce est pélagique et quasi circum mondiale, il s'agit de Pelamis platura qui est également le seul serpent marin à chasser en pleine eau.
Leur queue est aplatie verticalement pour leur permettre une nage plus efficace. Le corps est recouvert d'écailles.

Ils se nourrissent de poissons et de crustacés. Une exception, Emydocephalus annulatus, ne mange que des œufs de poissons. Tous venimeux, leurs venins peuvent être extrêmement toxiques. Toute manipulation par le plongeur est à proscrire.

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Aipysurus : le nom de ce genre, établi par Lacépède sur un serpent recueilli à la Nouvelle-Hollande, dérive de deux mots grecs qui signifient queue élevée.
laevis : du latin [laevi] = lisse, agile.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Reptilia Reptiles Groupe paraphylétique incluant les vertébrés tétrapodes "rampants" à la peau sèche et écailleuse : tortues, serpents, crocodiles et lézards.
Ordre Squamata Squamates Reptiles au corps allongé et munis d’une longue queue, revêtus d’écailles cornées : lézards et serpents.
Sous-ordre Serpentes Ophidiens Groupe des serpents.
Famille Elapidae Elapidés Serpents aquatiques.
Genre Aipysurus
Espèce laevis

Nos partenaires