Sépiole de Rondelet

Sepiola rondeletii | Leach, 1817

N° 316

Méditerranée

Clé d'identification

Céphalopode de petite taille (< 6 cm)
Animal à dix tentacules munis de huit ventouses réparties en rangées transversales
Organes luminescents attachés latéralement sur ses poches à encre
Bordure ventrale du manteau et surface externe des tentacules bordées de chromatophores
Animal mimétique changeant de couleur et d'aspect en fonction de son environnement et du contexte
Capable de s'ensevelir

Noms

Autres noms communs français

Sépiole, Anchou, souchon, bougie, glouchou, sepieta, sepion, sepiou, sepioun, supieta, tantena, casseron

Noms communs internationaux

Dwarf bobtail, Rondelet's bobtail (GB), Seppiola, sepolino, zotolina, zotolo, sepietta (I), Globito, sepiola (E), Mittelmer-Sepiole, Zwergsepia (D), Morralet, orellut, sipio, fotesa (Catalan)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sepiola rondeleti (Leach, 1817)
Sepiola vulgaris Grant, 1833
Sepiola grantiana de Férussac, 1834
Sepiola desvigniana Gervais & Van Beneden, 1838

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La sépiole de Rondelet est courante en Méditerranée de mars à novembre.

Biotope

C'est une espèce épibenthique*, que l'on retrouve depuis les eaux de surface jusqu'à de plus grandes profondeurs (45 m). Elle se rencontre essentiellement la nuit. Commune dans les herbiers de posidonies, jusqu'à 35 m en moyenne, elle peut être observée également sur et dans le sable ou encore cachée dans les éboulis d'où elle ne sort que pour chasser.

Description

Animal de petite taille (jusqu'à 6 cm maximum) au corps ovoïde court, en forme de sac.
Les nageoires latérales arrondies n'atteignent jamais l'extrémité postérieure du corps. Elles ne sont donc pas jointives entre elles à l'arrière. De la tête partent huit bras (tentacules) munis de deux rangées de ventouses et deux tentacules préhensiles avec huit (ou moins) rangées de ventouses sur la massue terminale. Le premier tentacule dorsal gauche est hectocotyle*, émoussé, comprimé latéralement et fortement courbé dans ce même sens en boucle. Il porte trois ventouses légèrement plus développées à la base, suivies d'une quatrième, plus large, enflée en bulbe. Les ventouses de la rangée ventrale sont plus larges que celles de la rangée dorsale. Des organes luminescents en forme de haricots sont associés à la poche à encre. La bordure ventrale rudimentaire du manteau est largement garnie de chromatophores* (cellules pigmentaires). La surface externe des tentacules, quant à elle, est très pigmentée par ces mêmes cellules.

Espèces ressemblantes

Sepiola affinis (Naef, 1912)
Animal muni de six rangées de très petites ventouses sur la massue des bras préhensiles.

Sepiola atlantica (d'Orbigny, 1839)
Cette sépiole ressemble à Sepiola rondeletii mais ne peut être source de confusion : elle est pour l'instant considérée comme absente de Méditerranée.

Sepia officinalis (Linnaeus, 1758)
Les juvéniles de la seiche commune pourraient éventuellement être confondus avec la sépiole. Une différence bien visible se trouve au niveau des nageoires latérales. Celles de la seiche s'enracinent tout autour du manteau, y compris sur la zone postérieure du corps. Celles de la sépiole restent latérales et ne se joignent pas à l'arrière.

Alimentation

Cette sépiole est un prédateur carnivore redoutable qui se nourrit de petits crustacés et de petits poissons.
Sa bouche est munie d'un bec puissant.

Reproduction - Multiplication

En période de reproduction, le mâle Sepiola rondeletii vient féconder la femelle par l'intermédiaire du bras hectocotyle.
« La fécondation [dite interne] se déroule différemment de celui de la seiche commune. Le mâle étreint la femelle par le dessous avec ses longs tentacules, de telle sorte qu'ils tiennent tous les deux la tête dans la même direction. Puis le premier tentacule gauche du mâle, l'hectocotyle, est introduit dans la cavité palléale* de sa partenaire pour y déposer les spermatophores ». (Grzimek & Fontaine, 1973). Les mâles sont plus petits que les femelles (25 mm / 40-60 mm). Les œufs de quelques centimètres sont protégés par un cordon gélatineux.
A savoir : toutes les femelles dont le manteau fait 3 cm sont matures.

Divers biologie

Sepiola rondeletii est capable de s'ensevelir très rapidement en cas de danger pour se protéger de ses prédateurs. L'animal utilise pour ce faire plus particulièrement deux de ses tentacules. Cette espèce peut également jeter un petit nuage d'encre pour distraire le prédateur.

Les sépioles peuvent changer rapidement d'aspect grâce à la dilatation de cellules pigmentaires : les chromatophores*. On parle d'homochromie* lorsqu'il s'agit de s'assortir à la couleur de son environnement proche (et d'homotypie* pour imiter son aspect) afin de "disparaître" aux yeux de ses prédateurs -adaptation défensive- ou au contraire se fondre dans le décor pour approcher ses proies sans être vu -adaptation offensive.

Leur propulsion qui peut être très rapide est assurée par un organe : le siphon qui expulse de l'eau. Mais les sépioles se déplacent aussi rapidement grâce aux mouvements de leurs deux nageoires latérales.

La longévité de la sépiole de Rondelet est estimée à un an et demi.

Informations complémentaires

Le changement brutal de couleur est une particularité de l'animal (et des céphalopodes en général) qui adapte en permanence la coloration et la texture de sa peau, soit pour passer inaperçu en se fondant dans l'environnement, soit au contraire pour devenir très voyant. Des cellules colorées, les chromatophores, peuvent s'étaler en surface, couleur sombre, ou se rétracter, couleur claire, et ce, de manière quasi-instantanée. La peau peut également changer d'aspect : lisse ou hérissée d'excroissances molles. Le moindre organe chromatophore comprend en sus de la cellule chromatophore simple, des nerfs, des muscles, des cellules gliales... Trois cadres principaux sont concernés par les changements de couleurs, d'aspect ainsi que les signaux utilisant ces médiums : excitations ou émotions fortes (peur, agressivité..) s'accompagnent d'ondes de signaux colorés le long du corps de l'animal. L'animal peut également utiliser ces modifications pour s'approcher, disparaître, occasionner frayeur et confusion chez ses proies ou ses prédateurs. Ou encore les fait intervenir pour communiquer avec d'autres partenaires, en particulier en période de reproduction.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom vernaculaire de l'espèce correspond à une transcription littérale de la désignation scientifique.
- Sépiole : terme directement traduit du nom de genre scientifique Sepiola.
- de Rondelet : cet animal est dédié à Guillaume de Rondelet, médecin et naturaliste français du XVIe siècle. Ses travaux les plus célèbres concernent les poissons, notamment De piscibus marinis, en 1554, dans lequel il décrit 244 espèces de Méditerranée. Critique face aux textes anciens, il s'est efforcé dans ses travaux d'évacuer ce qui pouvait avoir trait aux fables et légendes. Il a illustré certains de ses écrits par des gravures sur bois.

Origine du nom scientifique

Sepiola : diminutif venant du latin [sepia] = seiche. Sepiola pourrait donc signifier : petite seiche.

rondeletii : dédié à Guillaume de Rondelet (1507-1556), médecin et naturaliste français célèbre pour ses travaux sur les poissons.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Cephalopoda Céphalopodes Yeux complexes, coquille interne, externe cloisonnée ou absente, cavité palléale musclée, siphon musculeux, tentacules ou bras (munis de ventouses), poche à encre.
Sous-classe Coleoidea / Dibranchiata Coléoïdes / Dibranchiaux Ventouses sur les bras, au nombre de 10 au moins. Bras hectocotyle pour le transfert du spermatophore. 2 branchies, 2 néphridies, une coquille interne ou vestigiale, des chromatophores, une poche à encre, un grand cerveau.
Super ordre Decabrachia Décapodiformes 4 paires de bras spécialisés pour la capture des proies et 2 tentacules plus longs. Ventouses pédonculées, mobiles, avec un anneau corné. Une coquille interne.
Ordre Sepiolida Sépiolides Corps globuleux avec une paire de nageoires arrondies ou en forme de reins. L'extrémité postérieure des nageoires est libre et bien séparée de l'extrémité du corps. Queue courte, avec une plume petite, interne, et chitineuse.
Famille Sepiolidae Sépiolidés Nageoires arrondies. 1 ou 2 tentacules supérieurs sont modifiés chez le mâle adulte.
Genre Sepiola
Espèce rondeletii

Nos partenaires