Copépode des sabelles

Sabelliphilus elongatus | Sars M., 1862

N° 4448

Côtes européennes

Clé d'identification

Sur le panache des sabelles et spirographes
Forme classique de copépode
Antennules grêles et courtes
Forme allongée de la région antérieure
La femelle porte deux sacs ovigères

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Lichomolgus sabellae I.C.Thompson, 1888
Sabelliphilus sarsii massiliensis Gourret, 1889

Distribution géographique

Côtes européennes

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Sabelliphilus elongatus s'observe du nord de la Norvège à l’Espagne et sur la côte méditerranéenne française ainsi qu'en Italie (à Naples et en Adriatique).

Biotope

Sabelliphilus elongatus vit sur le panache des sabelles (Spirographe et sabelles comme Sabella pavonina Savigny, 1822).
Ces hôtes se rencontrent jusqu'à 40 m de profondeur sur des fonds durs ou sédimentaires.

Description

Le corps d'un copépode "classique" (du type Cyclops) est formé de deux parties :

  • une région antérieure ou prosome*, longue et renflée formée de 6 segments. En premier, la tête portant 5 paires d'appendices dont les deux premiers sont la paire d'antennules* longues et articulées, puis la paire d'antennes* à 2 rames courtes. Ensuite, il y a 5 segments thoraciques portant ventralement chacun une paire de pattes natatoires à 2 rames.
  • une région postérieure, l'abdomen ou urosome*, formé de 4 segments chez la femelle et de 5 segments chez le mâle, sans appendices sauf le dernier qui porte une furca*.

Cette espèce a un corps cyclopiforme (forme classique des copépodes). Son prosome est étroit et allongé (segment céphalique presque deux fois plus long que les trois segments suivants combinés), les antennules sont courtes, l'abdomen est étroit. La femelle est gris blanchâtre. L'œil nauplien* rouge vif est bien marqué.
La femelle adulte mesure 1,56-1,87 mm de long et le mâle 0,8-0,9 mm. Les sacs ovigères* portés par la femelle sont très allongés, étroits et de forme cylindrique.

Espèces ressemblantes

La seconde espèce du genre Sabelliphilus, S. sarsi est difficilement visible en plongée car les adultes vivent sur le corps (donc dans le tube) du spirographe Sabella spallanzanii (Gmelin, 1791). L'espèce est caractérisée par un prosome* losangique où les 5 segments thoraciques sont nettement séparés les uns des autres par des constrictions visibles ; chez cette espèce l'abdomen est étroit. La femelle mesure 0,9 à 1,17 mm de long et le mâle 0,6 à 0,9 mm. Les sacs ovigères portés par la femelle sont cylindriques et dépassent l'extrémité caudale (il y a trois œufs dans une rangée transversale).

L'adulte semble se nourrir de sécrétions plutôt que des tissus de son hôte puisque l'épithélium*, dans ce cas, ne subit que des dommages très minimes. Adulte, Sabelliphilus sarsi vit sur la face dorsale du spirographe. Toutefois, les stades antérieurs (les stades copépodites*) vivent sur le panache. Les femelles ovigères se fixent exclusivement sur la face dorsale des spirographes : cette préférence biologique ne se manifeste d'ailleurs que tardivement dans le cycle de l'espèce. En effet, les stades naupliens et les tous premiers stades sont planctoniques* (le développement des autres stades copépodites se fait sur le panache branchial de l'hôte). La migration sur le corps du spirographe n'a lieu qu'après la fécondation des copépodites femelles au stade V. Cette espèce peut être présente sur un même hôte par 4 ou 5, voire par dizaines.
Sabelliphilus sarsi est attiré par des sécrétions de l'organisme hôte. Sa distribution est liée à celle de son hôte.

Alimentation

Sabelliphilus elongatus est un ectoparasite*. Cette espèce extrait de l’huile et des graisses par une légère érosion de l’épithélium* pigmentaire de son hôte. Elle consommerait également du mucus dont la sécrétion serait stimulée par le contact des griffes antennaires du parasite.

Reproduction - Multiplication

Comme chez tous les copépodes, les sexes sont séparés. Il y a accouplement. Le mâle est attiré par les phéromones* sécrétées par la femelle. Lors de l'accouplement, le mâle dépose un spermatophore* à proximité de l'orifice génital de la femelle. Après fécondation, les œufs sont conservés dans les sacs ovigères portés par la femelle. Les œufs sont petits, blanchâtres et très nombreux, disposés en 8 ou 10 rangées longitudinales dans chaque sac ovigère*.
Chaque œuf libère une larve* au stade nauplius* dans le plancton*. Chez les copépodes, le développement se fait en 12 stades distincts (6 stades naupliens puis 6 stades cyclopoïdes). Le passage d'un stade à l'autre se fait par une mue, l'animal change de cuticule*. Au dernier stade, la croissance s'arrête. Les nauplius des copépodes sont caractéristiques avec des soies furcales divergentes.

Vie associée

Les Sabelliphilus vivent sur le panache ou le corps des sabelles. Les copépodes de la famille des Sabelliphilidés vivent spécifiquement sur de nombreux hôtes.
Comme de nombreux organismes marins, les copépodes peuvent servir de support à des organismes unicellulaires ou être parasités par des champignons microscopiques ou d'autres organismes unicellulaires.

Divers biologie

Sabelliphilus elongatus vit fixé sur les rayons branchiaux des Sabelles, maintenu fermement par les crochets dont est munie la deuxième paire d'antennes et par les maxillipèdes de la seconde paire. Sa position est toujours la même : le copépode est fermement fixé à l'arrière du rayon branchial, la tête dirigée vers sa base, afin de faciliter son maintien lorsque le panache de l'hôte se rétracte brutalement dans le tube. Jusqu'à 18 individus ont été observés sur un même panache.

Les Sabelliphilus, arrachés à leur hôte, peuvent nager.

Informations complémentaires

Chez les Sabelliphilidés, la moitié des genres connus sont associés avec des holothuries, l'autre moitié étant répartie entre des associations avec des Antipathaires, des Actiniaires, des Polychètes, des Bivalves et des Ascidies.

Origine des noms

Origine du nom français

Les Sabelliphilus vivent sur les sabelles (annélides polychètes).

Origine du nom scientifique

Sabelliphilus du latin [sabellum-] = sable et du grec [phil-] = qui aime ; donc qui aime le sable, mais ici qui aime les sabelles ;
elongatus, du latin [elongatus] = allongé, le corps est allongé ;

sarsi : espèce dédiée à Michael Sars, zoologiste norvégien (1805-1869).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Sous-classe Copepoda Copépodes

Petits crustacés, le plus souvent de quelques mm, aquatiques, libres ou parasites, au corps en deux parties recouvert d'une carapace de chitine, antennes natatoires, un seul oeil médian (œil nauplien), dans de nombreuses espèces les femelles peuvent porter éventuellement 1 ou 2 sacs ovigères latéraux.

Super ordre Podoplea Podopléens

Le corps est divisé en deux parties, la séparation passe en avant du dernier segment thoracique. Le corps postérieur est formé de l'abdomen et d'un segment thoracique et porte une paire d'appendices à la face ventrale.(Rose, 1933)

Ordre Cyclopoida Cyclopoides

Première paire d'antennes plus courtes que la tête et le thorax, la deuxième paire est parfois uniramée.

Famille Sabelliphilidae Sabelliphilidés

Copépodes ectoparasites spécifiques de certains hôtes comme les sabelles.

Genre Sabelliphilus
Espèce elongatus

Nos partenaires