Mouette tridactyle

Rissa tridactyla | (Linnaeus, 1758)

N° 1738

Hémisphère nord

Clé d'identification

Taille : 40 cm
Envergure : de 95 à 120 cm
Oiseau blanc et gris
Bec fin et jaune verdâtre
Pattes courtes et noires
Extrémité des ailes noires « comme trempées dans un encrier »

Noms

Noms communs internationaux

Black-legged Kittiwake (GB), Gabbiano tridattilo (I), Gaviota tridáctila (E), Dreizehenmöwe (D), Drieteenmeeuw (NL), ar c'haraveg (Bretagne)

Distribution géographique

Hémisphère nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

La mouette tridactyle est présente dans les mers et océans arctiques, le nord de l'océan Atlantique, de l'océan Pacifique. La limite méridionale européenne est constituée de colonies nichant en Espagne et au Portugal, l'américaine de colonies nichant dans les Caraïbes.
La population mondiale est estimée entre 6 et 8 millions de couples, dont un quart en Europe.

Biotope

En grande partie pélagique, en dehors de sa période de reproduction, la mouette tridactyle parcourt les mers et océans de l'hémisphère nord. Dans les régions septentrionales, une petite partie des effectifs reste à proximité des ports et des côtes pendant l'hiver.

Description

La mouette tridactyle est un oiseau de petite taille, qui apparaît à l'observateur comme un oiseau aux traits particulièrement fins. Les teintes principales sont le blanc, le gris et le noir. Le blanc recouvre chez l'adulte en été la tête et le cou, la face inférieure du corps et des ailes ainsi que la queue. La face supérieure des ailes est gris perle. Une caractéristique bien visible en vol est l'extrémité des ailes, plus précisément des quatre rémiges externes, dont la noirceur fait penser que ce bel oiseau a trempé l'extrémité de ses ailes dans l'encre ! Les autres primaires sont grises avec leur extrémité blanche. Posée, la mouette tridactyle nous montre de courtes pattes noires. Le bec est mince, de couleur jaune verdâtre, sans la moindre tache de couleur.
En hiver, quelques modifications interviennent dans le plumage : une tache noire se forme en avant de l'œil, le dessus de la tête et les joues sont striées de gris foncé, et la nuque devient grise. Ce plumage adulte n'est obtenu qu'après deux hivers.

Les immatures portent un demi-collier noir sur l'arrière de la nuque, leur bec étant de couleur noire. En vol, une bande noire traverse leurs ailes en forme de zigzag, une barre noire termine leur queue, légèrement fourchue.

Espèces ressemblantes

En mer de Bering, la mouette tridactyle à pattes noire cohabite avec la mouette tridactyle à pattes rouges (Rissa brevirostris).
La mouette tridactyle peut être facilement confondue avec tous les représentants des mouettes et goélands (laridés). Elle se distingue de la plupart des goélands par une taille plus petite, un bec plus fin.
Par rapport au goéland argenté (Larus argentatus), l'absence de tache rouge sur le bec, les pattes noires et non chair, l'extrémité des ailes noire et non blanche sont les trois principales différences.
Il est plus délicat de la distinguer du goéland cendré (Larus canus) dont la taille est voisine, et qui partage avec la mouette tridactyle un bec fin jaune verdâtre. La principale distinction est la couleur des pattes : noire chez la mouette tridactyle, elles sont jaunes chez le goéland cendré.
Immature, la mouette tridactyle peut être confondue avec les immatures de mouettes pygmées (Larus minutus), la distinction se faisant principalement par la taille, la plus grande étant la mouette tridactyle. Ce critère est toutefois hasardeux, tant il est rare de pouvoir comparer côte à côte les deux espèces !

Alimentation

La mouette tridactyle a un régime varié, essentiellement piscivore (principalement Ammodytes marinus en mer du Nord). Elle apprécie aussi les déchets de pêche à proximité des bateaux qu'elle suit en mer, ou dans les ports. Un autre mode d'alimentation consiste à picorer à la surface de l'eau, en vol ou posée, des crustacés planctoniques, mollusques ou vers. Il lui arrive enfin parfois de plonger comme les sternes. En période de reproduction, elle peut parcourir quelques dizaines de kilomètres au large de la colonie pour s'alimenter et recueillir de quoi fournir les trois repas quotidiens de sa progéniture.

Reproduction - Multiplication

La mouette tridactyle niche en colonies bruyantes et compactes contre les falaises abruptes. Ces colonies peuvent également s'installer sur des falaises de plus petite hauteur sur le pourtour d'îles, ainsi que sur des édifices construits en bordure de mer ou dans des ports. Certains nids ont même été observés sur des éclairages publics ! Le nid est constitué d'un amoncellement de végétaux, d'algues et de terre, ces matériaux pouvant être recherchés sur plusieurs kilomètres à l'intérieur des terres. Cet édifice reposant sur un support parfois fort exigu, est renforcé par les fientes des oiseaux. Les couples sont fidèles à leur lieu de nidification, un nid est ainsi utilisé par le même couple plusieurs années de suite. Une raison d'abandon du nid est la présence de tiques qui parasitent autant les adultes nicheurs que les poussins, compromettant alors la réussite de la reproduction.

Matures sexuellement à partir de 4 ans, les mouettes tridactyles rejoignent les lieux de reproduction entre décembre et mars. La ponte, qui compte de 1 à 3 œufs, intervient à partir de fin avril et peut se poursuivre jusqu'à début juin. Les deux parents se relayent pour la couvaison pendant une durée de 4 semaines. Les premières semaines des poussins se déroulent au nid, sans s'en écarter en raison non seulement de l'impossibilité de se déplacer au sein de la colonie, mais aussi en raison de la maladresse des mouettes tridactyles dont les courtes pattes ne sont pas adaptées aux déplacements terrestres.

A l'âge de 6 semaines, soit environ au cours du mois de juillet, les jeunes prennent leur envol. Pendant deux semaines, ces jeunes sont encore nourris par les adultes qu'ils retrouvent sur le nid. Les jeunes ne sont pas capables de reconnaître directement leur nid. Ils se posent donc où ils peuvent, se faisant alors houspiller par leurs congénères, provoquant un concert de cris au milieu desquels ils doivent reconnaître les appels de leurs parents. Les mouettes tridactyles sont en effet très territoriales et ne cessent de repousser par des manifestations bruyantes et des coups de bec leurs voisins ou jeunes intrus.

La période de reproduction s'achève au cours de la seconde quinzaine du mois d'août, date à laquelle les colonies sont désertées par les oiseaux qui regagnent en grande majorité la haute mer.

Vie associée

Selon la hauteur de la zone de reproduction, la mouette tridactyle peut en être l'occupant unique ou bien la partager avec d'autres espèces qui se répartissent en étages successifs. Ainsi, sur les bâtiments et les petites falaises (quelques dizaines de mètres maximum), les colonies peuvent être monospécifiques. Sur les falaises les plus grandes, le cormoran huppé occupera de préférence le rez de chaussée, le guillemot de troïl, le pingouin torda et la mouette tridactyle se partageront les étages intermédiaires, alors que le fulmar boréal et le goéland argenté préféreront les étages les plus élevés, tous ces appartements ayant vue sur la mer afin de faciliter les envols.

Divers biologie

Le cri des mouettes tridactyles, caractéristique pour toute personne ayant observé une colonie, est à l'origine du nom anglais de l'espèce : il s'agit d'une sorte de « kitti-ouèk » sonore.

La prédation se manifeste essentiellement dans les colonies pendant la reproduction. Elle peut être le fait d'oiseaux (grand corbeau, goélands, grand labbe), mais aussi des mustélidés ou des renards qui s'aventurent sur les falaises.

De récents problèmes sont apparus dans des colonies au Royaume-Uni : ceux-ci se manifestent par une forte chute du taux de reproduction ou par la baisse de fréquentation des sites de reproduction. La raison supposée est liée à la surpêche qui entraîne la raréfaction des principales sources de nourriture.

Informations complémentaires

La mouette tridactyle est une espèce très facilement observable sur ses lieux de reproduction. En France, la réserve du Cap Sizun en Bretagne compte la plus grande colonie française. Au Royaume-Uni, les îles Farne, réserve RSPB, offrent des conditions d'observation exceptionnelles.

Réglementation

International :
- Convention de Berne : Annexe III
De portée nationale :
- Oiseaux protégés : Article 5
- Oiseaux protégés : Article 1

Origine des noms

Origine du nom français

Mouette : nom français du XIVème siècle, diminutif de l'ancien français maoue.
Tridactyle : traduction du nom scientifique, qui a trois doigts.

Origine du nom scientifique

tridactyla : du grec [tri-] = trois et [daktulos] = doigt. Vient de la particularité de la mouette tridactyle, dont le pouce est atrophié et dépourvu de griffe.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Aves Oiseaux Vertébrés à plumes, ovipares. Les membres antérieurs sont transformés en ailes.
Ordre Ciconiiformes Ciconiiformes Grands oiseaux échassiers avec de longues pattes et un long cou, vivant en général dans des lieux humides, d'où ils extraient leur nourriture.
Famille Laridae Laridés Mouettes, goélands, et sternes.
Genre Rissa
Espèce tridactyla

Nos partenaires