Oursin vert

Psammechinus miliaris | (P.L.S. Müller, 1771)

N° 133

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique

Clé d'identification

En forme de sphère assez aplatie aux 2 pôles
Test d'un diamètre de 4 cm environ
Piquants courts et épais, verdâtres, sauf extrémité de teinte violette

Noms

Autres noms communs français

Petit oursin vert, oursin des rochers, oursin grimpeur

Noms communs internationaux

Green sea-urchin (GB), Ericillo de mar verde (E), Strandigel (D)

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Il se rencontre de la Scandinavie au Maroc. Absent de méditerranée, sa niche écologique y est occupée par Psammechinus microtuberculatus.

Biotope

Sciaphile*, cet oursin, lorsqu'il vit près de la surface, sera plutôt observé dans les anfractuosité ou sous les pierres. Plus en profondeur, on le rencontrera sur les pierres, les moules et autres substrats durs et parfois aussi dans les herbiers de zostères. Il peut se rencontrer dans des eaux faiblement saumâtres, et n'est pas rare dans certains secteurs portuaires.
Il est capable de se creuser dans la roche une logette, il y revient après s'être déplacé pour se nourrir.
Il vit jusqu'à 100 m de profondeur environ.

Description

L'oursin vert est un oursin régulier en forme de sphère assez aplatie aux deux pôles. Le test, vert, est d'un diamètre de 4 cm environ (maximum : 6 cm), les piquants font 1,5 cm de long au maximum (1/3 du diamètre du test). Ils sont donc relativement courts, mais épais. Ils sont verdâtres, sauf à leur extrémité qui est d'une teinte violette.
Comme chez les autres oursins de ce type, la bouche est ventrale et possède 5 dents. L'anus est dorsal, au sommet de l'animal, dans un secteur dépourvu de piquants.
Il possède, comme d'autres oursins, des pédicellaires* à trois mors.

Espèces ressemblantes

Risque de confusion avec de jeunes Paracentrotus lividus, il faut alors observer la disposition des podia*, ils sont disposés par ensembles de 5 ou 6 chez P. lividus alors qu'ils le sont par ensemble de 3 chez P. miliaris.

Alimentation

Espèce omnivore : cet oursin ronge les divers organismes qui lui tombent sous les dents :

  • invertébrés fixés : balanes, bivalves (huîtres) et cadavres divers...
  • algues et zostères.

Il a un rôle important de décomposeur, notamment envers les laminaires en épaves.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés, la fécondation est externe. La durée de vie des larves planctoniques est de l'ordre de deux semaines. Quand la métamorphose a alors lieu, les jeunes oursins font 2 à 3 mm de diamètre.
En Bretagne, la ponte a lieu principalement en mai, mais des individus peuvent être mûrs de février à novembre.
Au mois de mai, dans un estuaire de la mer du Nord, on a déjà observé la reproduction synchrone de cet oursin et de l'étoile Asterias rubens.

Vie associée

Les populations d'oursins sont régulièrement décimées par des maladies parasitaires dues à des bactéries.
L'oursin vert abrite fréquemment un polychète : Flabelligera affinis, parmi ces piquants.
Il vit parfois au voisinage de l'oursin Paracentrotus lividus.

Divers biologie

Les longs podia munis de ventouses permettent à cet oursin une fixation solide au substrat et lui permettent également de se recouvrir de divers objets, comme c'est le cas aussi pour d'autres espèces d'oursins.
Il est capable de creuser des trous dans les rochers.
Longévité : au moins 4 ans.
Il est la victime d'un certain nombre de poissons, de crustacés et d'étoiles de mer.

Informations complémentaires

Cet oursin est réputé comme étant le plus cher et le plus apprécié des gourmets !

Il est considéré comme un nuisible modéré dans les bancs d'huîtres.

Après la marée noire causée par le naufrage de l' « Erika », il avait complètement disparu des mares de la zone intertidale (zone de balancement des marées). Il s'en est suivi un très important recouvrement des rochers par les algues, principalement par l'ulve (Ulva sp.) et par l'algue rouge Grateloupia doryphora. Par la suite, les populations d'oursins et de gastéropodes brouteurs (la littorine Littorina littorea et les gibbules Gibbula umbilicalis et Gibbula pennantii) ont vu leurs effectifs remonter et la densité des algues est redevenue ce qu'elle était avant l'accident. (Etude sur trois années à Piriac-sur-mer).

La technique de la culture de cet oursin a été maîtrisée.

Origine des noms

Origine du nom français

Cet oursin possède un test* vert et il peut se rencontrer en position élevée sur des rochers ou d'autres promontoires.

Origine du nom scientifique

Psammechinus: du grec [psammos] = sable (sans doute parce que l'on a surtout connu à l'origine les tests échoués sur le sable) et du grec [echinos] = hérisson puis oursin,
miliaris: du latin [miliaris] grain de mil (peut-être parce que les tubercules de son test rappellent des grains de mil).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Echinozoa Echinozoaires Echinodermes non étoilés de forme globuleuse ou allongée. Ce groupe renferme les oursins et les concombres de mer.
Classe Echinoidea Echinides Ce sont les oursins. Forme globuleuse ou hémisphérique, squelette qui porte des piquants mobiles, des pédicellaires et des pieds ambulacraires. Pouvoir de régénération limité.
Sous-classe Euechinoidea Euéchinides Oursins plus ou moins sphériques, dits "oursins réguliers". Plaques ambulacraires composées. Bouche ventrale et anus dorsal. 
Super ordre Echinacea Echinacés

10 plaques péristomiales

Ordre Camarodonta Camarodontes Les épiphyses qui surmontent les demi-pyramides de la lanterne d'Aristote sont hautes et jointives.
Famille Parechinidae Paréchinidés
Genre Psammechinus
Espèce miliaris

Nos partenaires