Crabe bleu de Turquie

Potamon ibericum | (Bieberstein, 1809)

N° 3921

Europe du Sud

Clé d'identification

Crabe d'eau douce de taille moyenne (5 cm max)
Carapace lisse, de forme carrée avec large région frontale
Carène arrondie et finement dentée
Couleur souvent brun foncé
Face ventrale claire
Pinces et base des pattes bleu-violacé

Noms

Autres noms communs français

Crabe d'eau douce, crabe d'eau douce turc, cancre de rivière, crabe du Caucase

Noms communs internationaux

Freshwater crab, river crab (GB), Süßwasserkrabbe (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Potamon (Pontipotamon) ibericum (Bieberstein, 1808)
Cancer ibericum Bieberstein, 1809
Potamon ibericum tauricum (Czerniavsky, 1884)
Thelphusa fluviatilis taurica Czerniavsky, 1884
Potamon ibericum meandris Pretzmann, 1963
Potamon albanicum Starobogatov & Vassilenko, 1979
Potamon (Pontipotamon) ibericum tauricum natio bithyniensis Pretzmann, 1983
Potamon (Pontipotamon) ibericum tauricum natio cappadociensis Pretzmann, 1983
Potamon (Pontipotamon) ibericum tauricum natio troijensis Pretzmann, 1983
Potamon (Pontipotamon) ibericum tauricum natio trojensis Pretzmann, 1983

Distribution géographique

Europe du Sud

Zones DORIS : Eau douce

En France, l’espèce a été introduite de façon indépendante et fortuite dans la partie basse et moyenne de deux fleuves côtiers méditerranéens : l’Hérault et la Cagne. L’origine de ces deux populations françaises distantes de 300 km pourrait s’expliquer par l’introduction accidentelle de quelques crabes avec des écrevisses (Astacus leptodactylus) importées de Turquie, vers la fin des années 1960.
La zone d’origine de cette espèce se situe de part et d'autre du Caucase ; elle se répartit sur différents pays d'Europe et d'Asie, entre la Bulgarie, la Grèce orientale et la mer Caspienne : Grèce et îles du nord de la mer Egée, nord et nord-ouest de la Turquie et autour de la mer Noire. La limite nord de distribution correspond à l'isotherme 0 °C en janvier.

Biotope

En France, ce crabe se rencontre sous les pierres immergées, parmi la végétation aquatique, sous les amas de feuilles mortes, le plus souvent dans les zones d'eau stagnante ou de faible courant. Il peut également s’aventurer sur les berges dans les endroits humides (sous les pierres, parmi le gravier).
Cette espèce est active du printemps à l'automne, principalement la nuit. Elle est enfouie l'hiver sous des galets ou dans des terriers.

A Chypre, l'espèce remonte dans des cours d'eau où la température ne descend pas en dessous de 5 °C. Elle ne descend pas à proximité de la mer où les eaux sont saumâtres et polluées. Elle peut résister à une exondation, pourvu que l'air reste humide dans les terriers où les individus s'abritent. Des individus peuvent se rencontrer en eau stagnante (plans d'eau artificiels) mais dans ce cas il n'y a pas reproduction.

Description

Potamon ibericum est un crabe de taille moyenne : sa carapace fait 5 cm de large au maximum (pour les mâles). Cette carapace est lisse, de forme quadrangulaire, légèrement bombée et granuleuse au niveau des régions branchiales. Elle présente un bord frontal large, avec une échancrure médiane. Elle est bordée extérieurement par une carène arrondie et finement dentée.
La face dorsale du crabe est le plus souvent de couleur brun foncé, et la face ventrale est brune à jaune pâle ; les pinces et la base des pattes sont bleu-violacé. Les jeunes (moins de 15 mm) sont plus pâles.
L’hétérochélie* est marquée, les pinces sont inégales en taille. Les articles des pattes sont finement granuleux. Chez les mâles, l’extrémité des gonopodes (pléopodes* transformés en organe copulateur) est allongée, conique et pointue.

Espèces ressemblantes

En France, aucune confusion n'est possible, il s'agit de la seule espèce de crabe d'eau douce vivant dans notre pays.

Dans le genre Potamon, les espèces sont très semblables et se distinguent sur des caractères ténus comme la forme du stylet copulateur mâle. De plus, il y a eu de nombreux sous-genres, sous-espèces et taxons infra-sub spécifiques décrits, ajoutant à la difficulté et entraînant beaucoup de confusion dans la nomenclature et la délimitation des espèces.
Il existe environ 16 espèces de crabes d'eau douce du genre Potamon sur le pourtour du bassin méditerranéen et dans la zone ponto-caspienne :

  • Potamon algeriense Bott, 1967 en Algérie,
  • Potamon transkaspicum Pretzmann, 1962, Potamon bilobatum Brandis, Storch & Türkay, 2000, Potamon gedrosianum Alcock, 1909, Potamon persicum Pretzmann, 1962, Potamon strouhali Pretzmann, 1962 et Potamon ruttneri Pretzmann, 1962 entre l'Euphrate, la mer Caspienne et le Pakistan - Afghanistan,
  • Potamon bileki Pretzmann, 1971, Potamon rhodium Parisi, 1913, Potamon hueceste Pretzmann, 1962, Potamon magnum Pretzmann, 1962, Potamon potamios (Olivier, 1804) en Turquie et zones voisines,
  • Potamon mesopotamicum Brandis, Storch et Türkay, 1998, en Syrie et zones voisines,
  • Potamon setiger Rathbun M. J., 1904 dans le secteur du Levant méditerranéen,
  • Potamon ibericum (Bieberstein, 1809) dans une large zone ponto-caspienne,
  • Potamon fluviatile (Herbst, 1785) en Italie et zones voisines.

Cette dernière espèce a été introduite d'Italie dans le sud-est de la France, dans la région de Nice, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe, mais l'espèce ne s'y est pas implantée.

Alimentation

C’est un prédateur et un détritivore opportuniste se nourrissant d'algues vertes filamenteuses, feuilles mortes, vers, amphipodes, larves d'insectes, mollusques, têtards, grenouilles, poissons et charognes. Il est actif surtout la nuit et sort de l'eau pour se nourrir. Son agressivité est marquée.

Reproduction - Multiplication

Chez le crabe bleu de Turquie, la maturité sexuelle est atteinte à partir de 20 mm pour les deux sexes. La copulation et la ponte interviennent à partir de fin juin ; les femelles peuvent être ovigères* jusqu'à septembre ou octobre. Les œufs sont gros (2 mm) et peu nombreux (40 à 200 selon la grosseur de la femelle). L’incubation dure 1 mois et demi environ. Le développement est direct, il n'y a pas de stade larvaire*. Juste après l'éclosion, les bébés-crabes restent 5 à 7 jours sous l'abdomen de la femelle; les juvéniles restent ensuite proches de la femelle durant quelques semaines avant leur dispersion.
Les mues sont peu fréquentes chez l’adulte, et sont principalement automnales.

Vie associée

Le hibou grand-duc est un prédateur occasionnel des populations de l’Hérault, de même que la cigogne, la loutre d'Europe (Lutra lutra) et divers poissons.

Divers biologie

Il est possible que le crabe bleu entre en compétition avec l’écrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes). Il représenterait une menace pour cette espèce d’écrevisse autochtone protégée.

Il peut supporter expérimentalement des salinités élevées (30 ppm).

Informations complémentaires

En France, cette espèce limitée dans sa distribution ne semble pas particulièrement envahissante. Depuis son introduction, elle est restée confinée à quelques kilomètres de part et d’autre du lieu d’introduction supposé, région de Saint-Guilhem-le-Désert d’une part et région de Vence de l’autre.

Réglementation

Potamon ibericum est inscrite sur la liste rouge UICN 2008 sous le statut NT (Near Threatened = quasiment menacé). Malgré une répartition géographique assez vaste dans le sud-est de l'Europe et au Proche-Orient, cette espèce présente une distribution fragmentée incluant un certain nombre d'îles où des petites populations peuvent être localement menacées. Les populations en Ukraine sont en déclin depuis le milieu des années 1970 et l'espèce y est classée par l'UICN comme "En Danger". Sur l'île de Chios en Grèce, la pollution des rivières par l'industrie et la diminution du niveau d'eau a conduit à la disparition presque totale de l'espèce en 1988 ; le même problème existe également sur l'île de Lesbos. Les principales menaces sont le recalibrage et l'assèchement des rivières, l'irrigation, la pollution agricole et industrielle et l'anthropisation côtière. Certains crabes sont capturés pour l'alimentation humaine ou la vente pour l’aquariophilie.

Origine des noms

Origine du nom français

Crabe bleu : en raison de la couleur bleu-violacé de ses pinces.

de Turquie : en raison de l'origine probable des deux populations françaises.

Origine du nom scientifique

Potamon : du grec [potamós] = fleuve.

ibericum : du grec [iberes] = en référence à l'Ibérie asiatique des géographes grecs, région du Caucase située entre la mer Noire et la mer Caspienne, la zone d'origine de ce crabe. Cela ne fait en aucun cas référence à la péninsule ibérique (Espagne + Portugal) comme certains pourraient le penser.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Brachyura Brachyoures Les brachyoures ont un abdomen réduit replié sous le céphalothorax. Ils sont représentés par les crabes et les araignées de mer.
Famille Potamidae Potamidés

Crabes d'eau douce à carapace arrondie presque carrée.

Genre Potamon
Espèce ibericum

Nos partenaires