Porelle aplatie

Porella compressa | (J. Sowerby, 1805)

N° 3052

Atlantique Nord-Est

Clé d'identification

Bryozoaire dressé et branchu de 3 à 4 cm de (≤ 10 cm)
Branches cylindriques puis aplaties aux extrémités
Couleur rose orangé clair
Base encroûtante élargie
Espèce habituellement profonde

Noms

Autres noms communs français

Porelle

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Millepora compressa J. Sowerby, 1805

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Comme la dizaine d'espèces du genre Porella présente en Europe, ce bryozoaire se rencontre principalement dans l'Arctique boréal et les régions autour du Pôle Nord. Il est abondant dans le nord des îles Britanniques et en Norvège. Il devient beaucoup plus rare et plus profond dans sa limite sud de distribution, le golfe de Gascogne.

Biotope

Il s'agit d'un bryozoaire du large. Il se développe sur les fonds plats du plateau continental où il est fixé à des roches, de larges débris coquilliers ou des pierres. Il remonte sporadiquement dans la zone des 40 m (exceptionnellement jusqu'à 7 m) où l'hydrodynamisme est particulièrement fort avec des remontées d'eau profonde et donc froide. Le plongeur pourra l'observer essentiellement en Bretagne pour la France et en particulier à Ouessant, aux Glénan, à Roscoff et à Groix.

Description

Porella compressa forme des colonies fortement calcifiées, dressées, rameuses et plus ou moins compactes. Leur couleur est rose-orangé clair. Elles mesurent habituellement 3 à 4 cm de diamètre (≤ 10 cm de ). Elles sont fixées à un substrat* dur par une base élargie. Les branches et les troncs massifs se développent en désordre dans les 3 dimensions de l'espace. Ils sont cylindriques à la base de la colonie et deviennent aplatis aux niveau des extrémités libres.

Espèces ressemblantes

Smittina cervicornis (Pallas, 1766), le bryozoaire bois de cerf présente des rameaux aplatis qui se divisent de façon dichotomique en gardant la même largeur. Il est principalement abondant en Méditerranée et en proche Atlantique. Rare en Bretagne, ce bryozoaire a été signalé aux Glénan ainsi qu'à Ouessant où il atteint sa limite nord de répartition.

Alimentation

Comme les autres bryozoaires, la porelle aplatie filtre activement l'eau de mer afin d'y puiser les particules nutritives et l'oxygène dont elle a besoin pour vivre. Les autozoïdes* disposent d'un système digestif complet. Ils possèdent une couronne de tentacules* ciliés*, le lophophore*, qui crée un courant d'eau dirigé vers la bouche. Ces tentacules ciliés, recouverts de mucus, piègent les particules nutritives (micro-organismes planctoniques et particules organiques) qui sont ensuite amenées jusqu'à la bouche.

Reproduction - Multiplication

Chez les bryozoaires, les deux types de reproduction, sexuée et asexuée, concourent au développement.
Au sein d'une même colonie, des zoïdes* mâles et femelles existent, mais on connaît aussi des zoïdes hermaphrodites*.
La fécondation (reproduction sexuée) conduit à la formation d'œufs incubés dans les ovicelles*. Ces ovicelles sont en grande partie incluses dans la masse zoïdale et placées au-dessus de l'ouverture. Ces œufs se développent et donnent des embryons*. Une fois libérées, les larves* entament une courte vie nageuse. Cela permet la dissémination spatiale de l'espèce. Les larves se fixent peu après leur émission sur un substrat dur et libre et se transforment en zoïdes primaires isolés appelés ancestrules*. Chaque ancestrule forme une nouvelle colonie (reproduction asexuée) par bourgeonnement*, qui assure la croissance de la colonie.

Vie associée

Les grandes colonies sont souvent encroûtées par de nombreuses autres espèces de bryozoaires.

Divers biologie

Description microscopique de Porella compressa :

  • Autozoïdes* en séries régulières alternées dans les zones de croissance puis plus inorganisés vers la base, rectangulaires ou hexagonaux, convexes et séparés par de profonds sillons, taille 0,4-0,6 sur 0,2-0,4 mm.
  • Ouverture semi-circulaire avec large lyrula* et sans épines orales.
  • Aviculaires* ovales allongés juste sous l'ouverture.
  • Péristome* haut englobant et masquant ouverture, lyrula et aviculaire chez les autozoïdes âgés.
  • Ouverture secondaire (en haut du péristome) circulaire avec une petite encoche proximale.
  • Ovicelles* souvent immergées sauf sur les zones récemment construites.

Informations complémentaires

Porella compressa présente une très longue durée de vie présumée. Sa croissance lente et continue donne naissance à de nouvelles branches ramifiées à proximité de la colonie mère à partir de sa base encroûtante large.

Origine des noms

Origine du nom français

Porelle aplatie est la traduction du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Porella : du latin [pore] = poreux, porosité, et du diminutif latin [-ella] = petit. Signifie petit trou, petit orifice. Se réfère probablement à l'ouverture secondaire circulaire masquant l'ouverture primaire des autozoïdes.

compressa : signifie, en latin, aplati.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Flustrina Flustrine
Famille Bryocryptellidae Bryocryptellidés
Genre Porella
Espèce compressa

Nos partenaires