Eponge épineuse blanche

Pleraplysilla spinifera | (Schulze, 1879)

N° 1921

Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Nombreuses projections épineuses élevées, pointues
Consistance très molle
Couleur blanchâtre

Noms

Noms communs internationaux

White prickly sponge (GB), Spugna spinosa bianca (I), Esponja espinosa blanca (E), Weiβer Stachelschwamm (D), Witte stekelspons (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Spongelia spinifera Schulze, 1878

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Atlantique Nord-Est des côtes sud-ouest de la Grande-Bretagne au Portugal, Afrique Nord-Ouest (îles du Cap Vert), Méditerranée occidentale jusqu'à l’Adriatique et la Tunisie.

Biotope

Espèce sciaphile* des grottes semi-obscures et des surplombs entre 5 et 50 m de profondeur.

Description

Cette éponge de forme revêtante, d'à peine 2 mm d'épaisseur, est hérissée de nombreuses projections épineuses, élevées, pointues et parfois ramifiées qui peuvent atteindre 8 mm de haut. Sa consistance est très molle avec une légère viscosité. On observe quelques oscules dispersés ne dépassant guère 0,8 mm de diamètre.
Au microscope, on remarquera que le squelette de fibres forme quelques rares branches divergentes faiblement ramifiées.
Sa couleur est blanche, parfois jaunâtre ou beige ; quelques exemplaires marron violacé ou verdâtres ont été observés, ces couleurs étant dues à des algues unicellulaires symbiotiques.
De petite taille, sa surface dépasse rarement une dizaine de cm².

Espèces ressemblantes

Dysidea fragilis : éponge massive avec des projections plus basses, plus coniques et plus régulières. Moins fragile également. Au microscope on remarquera que le squelette de fibres montre des ramifications réticulées* et anastomosées* à partir des branches principales, ce qui n'est pas le cas chez Pleraplysilla.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant pas 3 microns en général. Le courant d’eau nécessaire à l'apport des particules est créé par le mouvement de cellules ciliées spécifiques des éponges : les choanocytes*.

Reproduction - Multiplication

Le mode habituel de reproduction de cette espèce s'effectue par voie sexuée.
La fusion des gamètes* mâles et femelles donne un œuf qui est incubé quelque temps dans le corps de l’éponge mère : c’est une espèce vivipare*.
Les larves* de type "parenchymella" sont libérées en été au moment où la température de l’eau est la plus élevée. Ce sont des larves ciliées nageuses qui se fixent rapidement pour donner de nouvelles éponges.
La reproduction chez Pleraplysilla a été observée d’avril à juin sur les côtes méditerranéennes françaises.

Chez certaines éponges, il existe un mode de multiplication par voie asexuée : par bourgeonnement ou bouturage de fragments qui se détachent de l’éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Les éponges se reproduisent surtout asexuellement et ont une énorme capacité de régénération.
Ce mode existe peut-être, mais n’a pas été décrit chez Pleraplysilla spinifera.

Vie associée

On a observé que dans de rares cas (environ 1%), elle pouvait être colonisée par le scyphozoaire Nausithoe punctata.

Le squelette de Pleraplysilla, de couleur jaune clair, est souvent recouvert par une algue rouge épibionte Rhodochorton membranaceum.

Divers biologie

Cette éponge est dépourvue de spicules*.

Les fibres cornées de spongine, de couleur brune, sont ramifiées, épaisses et dures. Elles dépassent souvent de la surface de l’éponge. Elles peuvent agglomérer de petits grains de sable ou des spicules d’autres éponges.

On a observé que cette éponge pouvait être broutée par le mollusque nudibranche Hypselodoris tricolor.

Informations complémentaires

On a pu isoler de Pleraplysilla spinifera diverses molécules de la famille des terpènes possédant des propriétés pharmacologiques intéressantes.

Origine des noms

Origine du nom français

Epineuse blanche : en rapport avec les nombreuses épines de couleur blanche à la surface de l’éponge.

Origine du nom scientifique

Pleraplysilla : du grec [pleura] = côté, accolé au nom d'espèce Aplysilla (autre éponge) : signifie "espèce d'Aplysilla ou ressemblant à Aplysilla",
spinifera : du latin [spina] = épine et [fero] = porter, signifie donc « porteur d’épines », en rapport avec l’aspect général de cette éponge.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymula.

Ordre Dictyoceratida Dictyocératides « Eponges à réseau de corne ». Squelette entièrement composé de fibres de spongine anastomosées et souvent organisées en réseaux primaire, secondaire voire tertiaire. Fibres généralement homogènes ou légèrement stratifiées avec ou sans moelle centrale. Pas de spicules. Eponges vivipares.
Famille Dysideidae Dysidéidés
Genre Pleraplysilla
Espèce spinifera

Nos partenaires