Tubulipore saumon

Platonea stoechas | Harmelin, 1976

N° 3675

Méditerranée et Atlantique proche

Clé d'identification

Colonies très polymorphes, rampantes, semi-érigées ou érigées
Coloration saumonée caractéristique
Branches larges ou étroites ramifiées de façon dichotomique
Zoïdes tubulaires en séries alternantes et collés entre eux jusqu'à mi-hauteur
Taille des colonies de l'ordre du centimètre

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

(Néant)

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Le tubulipore saumon est visible, à ce jour, essentiellement en Méditerranée. C'est autour des îles d'Hyères (83) qu'il est le plus abondant. Il a aussi été observé en Atlantique proche.

Biotope

Platonea stoechas se développe plus particulièrement dans les eaux pures, sur les rhizomes* des posidonies où les formes rampantes ou érigées, à branches larges, prédominent. Il est aussi abondant dans les fonds détritiques profonds de 90 à 300 m de profondeur principalement sous la forme érigée grêle. Entre ces deux biotopes* principaux, il est aussi sporadiquement présent sous de petits substrats* et dans le coralligène*.

Description

Platonea stoechas forme des colonies très polymorphes, rampantes, semi-érigées ou érigées mais qui sont caractérisées par leur couleur saumonée. La taille des colonies est de l'ordre du centimètre. Les branches larges ou étroites se ramifient de façon dichotomique*. Les zoïdes* tubulaires s'organisent en séries alternantes de 2 à 9 péristomes* de taille décroissante de l'intérieur vers l'extérieur. Les péristomes sont collés entre eux jusqu'à mi-hauteur. La face dorsale des rameaux, plate à convexe, montre des stries de croissance.
Les différentes formes des colonies sont liées à des conditions de milieu bien précises, en particulier à l'hydrodynamisme du lieu d'implantation.
Le gonozoïde* bien renflé est pourvu d'un ooéciostome* en tube court et bien évasé. Les lophophores* possèdent 10 tentacules*.

Espèces ressemblantes

La confusion est facile avec des espèces du genre Tubulipora ou avec Idmidronea atlantica.

Alimentation

Ce bryozoaire de l'ordre des Cyclostomes, comme tous les bryozoaires, est un filtreur* suspensivore* microphage*. Il se nourrit principalement d'algues unicellulaires planctoniques* (diatomées*) et de particules organiques en suspension. Les cils des tentacules* des lophophores* sont capables de créer des micro-courants permettant l'acheminement des particules alimentaires vers la bouche située au centre du lophophore (dont les fonctions sont aussi celles de respiration et de nettoyage de la colonie).

Reproduction - Multiplication

Comme tous les bryozoaires, cette espèce est capable de se reproduire de manière sexuée avec production de larves*. La larve nageuse va ensuite se fixer très rapidement et former un zoïde* primaire, qui va bourgeonner* plusieurs zoïdes fils. Une nouvelle colonie sera ainsi formée par multiplication asexuée des zoïdes. Une multiplication asexuée peut aussi se faire à partir de fragments cassés, dont la croissance peut continuer même s'ils ne se refixent pas.

Divers biologie

Les caractères microscopiques du gonozoïde* sont décisifs pour une bonne identification des Tubuliporidés (Tubuliporidae). Il s'agit d'une affaire de spécialiste.
Le genre Platonea se caractérise par l'extension du gonozoïde jusqu'au bord du zoarium* et un ooéciostome* tubulaire court accolé au flanc proximal d'un tube d'une série.

Origine des noms

Origine du nom français

Tubulipore saumon est une proposition des auteurs du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Platonea : du latin [platon] = daim ou de Platon, philosophe antique de la Grèce classique. Nous n'avons pas trouvé la signification dans le cadre de ce genre de Tubuliporidés.

stoechas : des Stéchades qui signifie "îles rangées en ligne". Dénomination ancienne des îles d'Hyères où cette espèce est très abondante sur les rhizomes des posidonies.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Stenolaemata Sténolèmes Leur lophophore est cylindrique, les zoïdes sont bien calcifiés et ils sont majoritairement marins. La classe des Stenolaemata est constituée d’un seul ordre vivant (et de trois fossiles) : l’ordre des Cyclostomatida ou cyclostomes qui sont formés d’un assemblage de tubes rigides.
Ordre Cyclostomatida Cyclostomes Tous marins. Les zoïdes sont tubulaires avec des parois calcifiées qui peuvent fusionner avec celles des zoïdes adjacents.
Sous-ordre Tubuliporina Tubuliporinés Zoécies tubuleuses, disposées sur la face frontale des rameaux ou des lobes, en une file unisériée ou en plusieurs séries placées côte à côte très régulièrement.
Famille Tubuliporidae Tubuliporidés
Genre Platonea
Espèce stoechas

Nos partenaires