Crabe de Christophe Colomb

Planes minutus | (Linnaeus, 1758)

N° 2882

Zones tropicales et tempérées : Atlantique et Méditerranée

Clé d'identification

Crabe pélagique de petite taille (28 mm max de large)
Vivant sur des tortues marines ou des algues et objets flottants en surface
Carapace lisse, de forme carrée arrondie avec large région frontale
Pattes ambulatoires aplaties munies de soies
Distribution atlantique et méditerranéenne

Noms

Autres noms communs français

Crabe de la mer des Sargasses

Noms communs internationaux

Colombus crab, gulfweed crab, gulf-weed crab, sargassum crab, turtle crab, pelagic crab, floating crab, ocean-drifting crab (GB), Columbus Krab, Columbuskrab (D), Columbuskrabbetjes (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cancer minutus Linnaeus, 1758
Cancer pusillus Fabricius, 1775
Grapsus pelagicus Say, 1818
Planes clypeatus Bowdich, 1825
Grapsus testudinum Roux, 1828
Nautilograpsus smithii MacLeay, 1838
Planes linnaeana Bell, 1845
Planes linnaeana Leach, in White, 1847
Grapsus diris Costa, 1853

Distribution géographique

Zones tropicales et tempérées : Atlantique et Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

Planus minutus est présent dans les zones tropicales et tempérées de l'Atlantique. En Europe, on peut trouver cette espèce depuis la mer du Nord et la Manche jusqu'en Méditerranée.

Biotope

Le crabe de Christophe Colomb est uniquement pélagique*, même si eu égard à la dérive des supports sur lesquels il vit, il peut se retrouver à la côte, échoué.
Il vit principalement sur les algues du genre Sargassum, flottant en surface. Il colonise également les coques des navires, ainsi que les objets flottants comme les troncs, parmi les anatifes du genre Lepas. Enfin, il est fréquemment retrouvé en association avec les tortues marines, en particulier la tortue caouanne Caretta caretta, sur lesquelles il occupe principalement la partie arrière, soit au niveau des plis à la base de la queue, soit sur les pattes postérieures.

Description

Planes minutus est un crabe de petite taille ; sa carapace mesure jusqu'à 28 mm de large. Elle est lisse, de forme quadrangulaire et présente une large région frontale. Au niveau des yeux, de part et d'autre de larges orbites, se situent deux dents, mais nous pouvons principalement en distinguer une (près de l'œil), la deuxième étant rudimentaire.
La couleur est très variable, l'animal est souvent brun ou vert olive, avec des nuances du jaune au rouge. Les individus présentent souvent des taches blanchâtres de nuances et de tailles variables. Ce crabe fait preuve d'une remarquable capacité d'imitation de la couleur du support sur lequel il vit. Les taches blanches imitent par exemple les tubes calcaires des vers annélides fixés sur les algues. Cette couleur n'est pas définitive et peut s'adapter à tout moment à son nouvel environnement.
Les péréiopodes* sont très aplatis. Les deux derniers segments de la seconde paire sont légèrement pileux au niveau des carènes*. Les trois paires de péréiopodes suivants portent également des soies, devenues "plumets natatoires". Les chélipèdes*, de tailles équivalentes, sont robustes, avec un mérus* strié et des pinces monochromes aux doigts pointus.

Espèces ressemblantes

Au niveau mondial, il y a seulement trois espèces dans le genre Planes ; ces espèces ont un mode de vie semblable : sur les objets flottants et sur les tortues marines.

Planes major (MacLeay, 1838) (anciennement Planes cyaneus) et P. minutus sont très ressemblantes mais leur distribution respective aide à leur discrimination : la première espèce se rencontre dans l'Indo-Pacifique et la seconde dans l'Atlantique et la Méditerranée. En raison de la variabilité morphologique liée à l'âge (allométrie*) et de la variation intraspécifique, il est difficile de préciser des caractères distinctifs généraux. Des études récentes en morphologie comparée de l'estomac ont montré la validité de ces deux espèces extrêmement proches.

Chez la troisième espèce, Planes marinus Rathbun, 1914 (assez rare), la carapace est plus large, plus rectangulaire et présente des stries très nettes. Ce crabe présent dans l'Indo-Pacifique se rapproche du genre Pachygrapsus auquel il a autrefois été rattaché.

Il est possible que des espèces aussi voisines morphologiquement que Planes minutus, P. major et P. marinus soient susceptibles d'hybridation, ce qui expliquerait la difficulté d'attribuer certains spécimens à l'une ou l'autre de ces espèces.

Alimentation

Sa nourriture se compose principalement d'invertébrés épibiontes* et d'algues, prélevés sur et autour de son habitat (des euphausides, des amphipodes, des pycnogonides, de petits gastéropodes mais aussi des diatomées*, des hydroides,...).
En fonction du support sur lequel vit le crabe, son régime alimentaire peut donc varier. Sur des objets flottants, les algues et les anatifes du genre Lepas (voir par exemple L. anatifera) sont sa source principale de nourriture. En association avec les tortues, le crabe présente un régime alimentaire beaucoup plus divers et profite des restes des repas de son hôte et de ses déjections. Ses congénères font également partie de son menu (cannibalisme).
Il est probable qu'il s'autorise quelques excursions depuis son support, afin de chercher des proies dans la colonne d'eau.

Reproduction - Multiplication

Comme tous les crabes, il est sexuellement dimorphe* : le mâle et la femelle montrent une forme différente de l'abdomen, large chez les femelles, plus étroit chez les mâles. Dans l'Atlantique Nord, la reproduction a lieu de mars à octobre, plus occasionnellement les autres mois. Les larves* sont émises dans le milieu, ont une vie planctonique et passeront par plusieurs stades jusqu'à ce qu'elles rencontrent un objet pouvant leur servir de support. Elles évolueront ensuite vers le stade adulte et la maturité sexuelle.

Vie associée

Ce crabe est souvent associé avec la tortue caouanne Caretta caretta ainsi qu'avec d'autres organismes qui lui servent de support ou partagent celui-ci (voir § Biotope).

Divers biologie

Si ce crabe peut s'éloigner quelque peu de son support, notamment inanimé, pour aller chercher de la nourriture, ça n'est probablement pas un grand nageur de longue distance !

Informations complémentaires

Des études scientifiques ont montré diverses choses sur ces animaux étranges. Par exemple que le nombre de ces crabes sur un objet donné était dépendant de la taille de cet objet. Lorsqu'un seul crabe est trouvé sur une petite pièce de plastique, on trouvera un groupe élargi, de juvéniles et d'adultes des deux sexes, sur un objet de plusieurs mètres carrés.
Sur 128 tortues caouannes (Caretta caretta) examinées, 105 portaient des crabes et pour 90 % d'entre elles, il s'agissait de paires / couple d'adultes. De plus, quand les femelles vivant sur des objets inanimés sont rarement ovigères*, c'est l'inverse pour les femelles ayant comme base une tortue ! Il y a donc un bénéfice certain à fréquenter les caouannes !

Le genre Planes tel qu'il existe actuellement mériterait sans doute une révision approfondie.

Origine des noms

Origine du nom français

Crabe de Christophe Colomb : le 17 septembre 1492, lors de son premier voyage vers le nouveau monde, Christophe Colomb trouva, en mer des Sargasses, un crabe vivant sur des algues flottant en surface. C'est probablement la première observation de crabes océaniques et l'origine du nom français donné à Planes minutus.
Par extension et devant la difficulté à distinguer spontanément les espèces, c'est souvent le nom générique donné aux crabes du genre Planes. Il est toutefois préférable de réserver ce nom à l'espèce atlantique.

Origine du nom scientifique

Planes : du latin [planum] = surface plane, surface unie ;

minutus : du latin [minutus] = petit, menu.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Brachyura Brachyoures Les brachyoures ont un abdomen réduit replié sous le céphalothorax. Ils sont représentés par les crabes et les araignées de mer.
Famille Grapsidae Grapsidés Crabes généralement du littoral, plutôt aplatis, front rectiligne, forme carrée ou rectangulaire.
Genre Planes
Espèce minutus

Nos partenaires