Phyllidie sinueuse

Phyllidiella meandrina | (Pruvot-Fol, 1957)

N° 2703

Océan Indien Ouest

Clé d'identification

Rhinophores et manteau noirs
Tubercules roses ou gris clair formant 3 bandes périphériques et 3 zones caractéristiques dans la partie médiane :

  • un 8 entre les rhinophores
  • un ovale avec un 8 ou un H noir
  • une zone irrégulière

Sole pédieuse gris clair avec une moucheture foncée
Tentacules oraux gris clair avec une bordure noire sur les côtés externes, fusionnés à la base

Noms

Autres noms communs français

Phyllidie méandreuse

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Phyllidia (Phyllidiella) nobilis Eliot 1904
Phyllidia meandrina Pruvot-Fol, 1957

Distribution géographique

Océan Indien Ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Phyllidiella meandrina est présente dans l'ouest de l'océan Indien depuis l'est de l'Afrique jusqu'à l'île Maurice. Elle a souvent été confondue avec d'autres phyllidies roses et noires, ce qui amène de la confusion dans sa répartition géographique.
En eaux françaises, sa présence est attestée à Mayotte, aux îles Eparses et à La Réunion.

Biotope

Cette espèce se rencontre dans les récifs coralliens et les fonds sédimentaires.

Description

Phyllidiella meandrina est un nudibranche allongé qui peut atteindre 50 mm de longueur.
Les rhinophores* sont noirs.
La couleur du manteau* est noire. Les tubercules* sont de couleur rose ou gris clair. Leur arrangement sur le manteau est caractéristique. La partie médiane est divisée en 3 zones roses ou grises distinctes :

  • une zone autour des rhinophores qui forme un 8 rose / gris
  • une zone centrale, ovale, qui forme un 8 ou un H noir
  • une zone allongée irrégulière qui occupe la moitié postérieure du dos.

Au-delà de ces 3 zones le manteau comporte 3 bandes roses ou grises périphériques.

Les tentacules* oraux sont gris clair avec une bordure noire sur les côtés externes, fusionnés à la base. Ces bandes noires peuvent disparaître chez les animaux morts.

La sole* pédieuse est gris clair avec une moucheture foncée.

Espèces ressemblantes

Toutes les espèces du genre Phyllidiella ont des rhinophores noirs. Les espèces les plus ressemblantes à Phyllidiella meandrina, avec un manteau noir et des tubercules roses ou gris, sont :

Mais aucune d'entre elles ne possède les 3 zones caractéristiques décrites ci-dessus.

Alimentation

Les Phyllidiidés se nourrissent d'éponges. Elles n'ont ni mâchoires, ni radula* et n'ont pas d'estomac. Elles dévaginent un intestin céphalique sur la proie. Les substances acides prédigèrent les tissus des éponges puis les produits prédigérés sont aspirés.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu deux à deux, en position tête-bêche comme pour la grande majorité des nudibranches. En effet, l'appareil génital émerge du pied, sur la partie droite de l'animal, un peu derrière sa tête. Les individus étant hermaphrodites*, il y a un échange réciproque des gamètes* mâles et chaque individu va ensuite pouvoir produire une ponte.

Divers biologie

La famille des Phyllidiidés est caractérisée par l'absence de branchie dorsale. Les branchies, en forme de lamelles, sont situées des deux côtés le long du pied et sont cachées par le manteau.

Informations complémentaires

Cette espèce, peu fréquente, a longtemps été considérée comme un synonyme de Phyllidiella annulata. Ce n'est que dans les années 2000 que sa validité a été reconnue.

Origine des noms

Origine du nom français

Phyllidie sinueuse : proposition du site DORIS, tirée du nom scientifique francisé.

Origine du nom scientifique

Phyllidiella : du latin [Phyllis –idis] (lui-même d'origine grecque), nom féminin. Phyllis était la fille du Roi de Thrace, Lycurgue. Devenue à son tour reine, elle tomba amoureuse du fils de Thésée et de Phèdre, Démophoon (ou parfois Acamas, son frère). Après une tendre union, Démophoon dut retourner à Athènes pour régler quelques affaires et promit de revenir. Mais il laissa passer le jour prévu. Phyllis, se pensant abandonnée, céda au désespoir et dans un accès de délire, se jeta à la mer ! On dit que les Dieux, prenant en pitié cette reine, si tendre et si jeune, la changèrent en amandier. Lorsque, quelques jours plus tard, Démophoon revint d'Athènes, l'amandier fleurit. Comme si Phyllis était sensible au retour de celui qu'elle avait si ardemment aimé.

meandrina : probablement du nom latin et grec [Maeander] = le Méandre, nom d'un fleuve sinueux qui a donné le mot méandres, ou encore de l'adjectif [maeandratus] = sinueux, tortueux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Heterobranchia Hétérobranches
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Famille Phyllidiidae Phyllidiidés Corps ovale, pas de branchies dorsales (lamelles sous le manteau autour du pied), rhinophores lamellés rétractiles, manteau dur avec des tubercules, motifs et couleurs contrastés.
Genre Phyllidiella
Espèce meandrina

Nos partenaires