Phronime sédentaire

Phronima sedentaria | (Forskål, 1775)

N° 3566

Cosmopolite (hors mers polaires)

Clé d'identification

Corps transparent, comprimé latéralement et convexe
Tête imposante, yeux protubérants de très grande taille
Pattes antérieures armées de pinces acérées
Pattes postérieures larges et soyeuses
Dimorphisme sexuel :
Femelle au maximum 45 mm
Mâle 4 fois plus petit, 12 mm

Noms

Autres noms communs français

Tonnelier de mer, monstre des tonneaux

Noms communs internationaux

Pram bug amphipod, cooper of the sea (GB), Tiefsee-Krebse (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cancer sedentarius Forskål, 1775
Phronima novae-zealandiae L. Powell, 1874

Distribution géographique

Cosmopolite (hors mers polaires)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

On rencontre cette phronime dans toutes les mers tempérées, subtropicales et tropicales du monde.

Biotope

Cette espèce vit en pleine mer dans la colonne d'eau, jusqu'à 800 m de profondeur. Elle est proche de la surface la nuit et beaucoup plus profond le jour. C'est donc la nuit que les plongeurs ont une petite chance de la rencontrer, dans des zones où il y a des eaux profondes non loin de la côte (canyons sous-marins) et des remontées d'eaux (upwellings en anglais).

Description

La phronime sédentaire est un crustacé pélagique* marin, dont une des particularités morphologiques, comme la plupart des Hypéridés, est d’avoir un corps transparent. Il peut renfermer des chromatophores* sous le tégument*, pouvant donner quelques points mauve ou bruns.
Elle a un corps comprimé latéralement et arqué ventralement. L'abdomen convexe est composé de 4 segments. Le thorax est lisse et conique, formé de 7 anneaux terminés en pointe. L'extrémité de l'abdomen, plus mince, se termine par 6 stylets fourchus.
La tête est positionnée perpendiculairement au corps. Elle est imposante, plane sur le devant et présente des pointillés rouges sur les côtés (chromatophores). Elle porte deux paires d'yeux noirs (frontaux et latéraux) composés, sessiles* (sans pédoncule), protubérants et de très grande taille. Ils lui procurent un champ de vision de 360°. La tête est aussi munie de 2 antennes très courtes, formées par 2 articles.
La femelle vit dans un tonneau translucide, ouvert aux deux extrémités, qu’elle fabrique en utilisant les parties gélatineuses du corps de ses proies qu'elle a auparavant évidées.
Il existe un dimorphisme sexuel qui concerne la taille des phronimes. En effet, la taille maximale de la femelle est d’environ 45 mm contre 12 mm chez le mâle, soit une différence de facteur 4.
Les pattes antérieures, ou péréiopodes*, sont préhensiles. Elles sont armées de pinces acérées et crochues qui permettent aux phronimes de déchiqueter aisément leurs proies et de se tenir à leur tonneau. La cinquième paire se termine par une pince puissante, didactyle*. Les pattes postérieures, ou pléopodes*, servent d’appendices natatoires. Elles sont larges et soyeuses, tachetées de chromatophores rouge brique.

Espèces ressemblantes

Il existe deux douzaines de genres d'hypérides présents sur les côtes françaises de la Méditerranée ; les espèces vivent souvent en profondeur et ne sont pas visibles en plongée.
L'identification d'après photo est difficile et le risque majeur est de prendre par erreur des juvéniles ou des mâles pour des espèces différentes.

  • Hyperia galba, que l'on trouve sur les côtes de l'Atlantique et de la Manche, est plus grande de 10 à 20 mm. La patte 5 ne se termine pas en pince. Elle est l’hôte des grosses scyphoméduses.
  • Phronima atlantica et Phronima curvipes sont de taille inférieure. Avec P. atlantica, la différence se fait aussi par la forme de la 5ème paire de pattes.
  • Phronima colletti est plus rare.

Alimentation

Spécialisée dans la capture d’animaux pélagiques gélatineux, Phronima sedentaria est une bonne nageuse. C’est une carnivore, prédatrice de zooplancton* et de macroplancton, notamment des siphonophores, des méduses, des cténophores ou des tuniciers comme les salpes.
La femelle peut également chasser en restant à l’abri dans son tonneau en attaquant les espèces qui passent à sa portée. Il s'agit souvent d'espèces moins mobiles qu’elle pourra commencer à dévorer sans sortir de son cylindre. Elle consommera sur place les parties les plus tendres, puis utilisera les parties les plus résistantes pour agrandir ou entretenir son domicile.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée.
Fait relativement rare chez les crustacés pélagiques, la femelle phronime apporte un soin particulier à sa progéniture. Elle se sédentarise et pond plusieurs centaines d'œufs d'où sortent des larves qu’elle fixe sur les parois de son tonneau. La particularité de celui-ci est d’être sans fond. Cette ouverture des deux côtés du baril permet un courant d’eau bénéfique à la ponte car il favorise l’oxygénation.
La phronime élève et nourrit ses petits en leur apportant des proies, jusqu’à ce que les juvéniles quittent le domicile cylindrique, ce qui demande environ deux mois en Méditerranée.

Vie associée

La phronime femelle dévore l'intérieur de sa victime puis utilise les parties les plus dures du corps pour y aménager son propre habitat. Cette technique de recyclage lui permet en effet de construire un tonneau ouvert aux deux extrémités qu’elle peut agrandir au fur et à mesure de son développement et de l’augmentation de sa corpulence.
Si l’on considère souvent la phronime comme un parasite, cela porte à discussion et c'est le cas limite de la relation hôte-parasite. Le terme exact à appliquer dans ce cas est un parasitoïde*. Ce mode de nutrition à la limite entre la prédation et le parasitisme est particulièrement bien développé chez les insectes. Certaines sources font la comparaison avec un pagure qui dévorerait son hôte pour en utiliser la coquille.

Cette phronime semble être une proie fréquente des thons blancs, Thunnus alalunga, et d'autres grands poissons pélagiques.

Divers biologie

La phronime, comme la plupart des arthropodes, mue plusieurs fois au cours de sa vie.
Il a été démontré récemment, après études sur la composition tissulaire du tonneau de la femelle phronime, qu'elle utilise de préférence le corps des salpes et autres pyrosomes (Urochordés ou Tuniciers) pour la fabrication de son tonneau.
L’utilisation de ce type d’habitat permet à la phronime de se dissimuler. De plus, le corps des salpes étant fortement gélatineux et guère apprécié par les poissons, le tonnelier des mers a ainsi plus de chance d’échapper à ces prédateurs.

Informations complémentaires

Le mâle phronime se déplace librement en nageant. La femelle, en général, va se déplacer en poussant son tonneau. Elle utilise pour cela ses pattes postérieures qu’elle va laisser dépasser hors du tonneau pour le propulser. Elles provoquent aussi des culbutes dans le tonneau, ce qui permet les changements de direction.
Le rapprochement côtier de la phronime, bien que celle-ci soit une bonne nageuse, est favorisé par le jeu des vents et des courants ascendants, comme les upwellings.
La phronime, comme beaucoup d’espèces planctoniques, remonte la nuit vers la surface.
Une observation en captivité chez Phronima curvipes a montré que la femelle dévorait son tonneau en cas de pénurie de nourriture. Celui-ci peut donc jouer le rôle de réserve alimentaire pour les espèces en captivité et peut-être aussi en milieu naturel.

Origine des noms

Origine du nom français

Phronime sédentaire : francisation du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Phronima : Phronime était la fille du roi crétois Etéarque. Suite à un complot, Thémison, un marchand, devait la jeter à la mer mais, incapable d’une telle cruauté, il n’en fit rien.

sedentaria
: du latin [sedentarius] = sédentaire, sans doute car la femelle reste constamment dans son abri.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Peracarida Péracarides Les femelles sont dotées d'une cavité d'incubation formée par des expansions lamelleuses des péréiopodes.
Ordre Amphipoda Amphipodes Péracarides comprimés latéralement, dépourvus de carapace, et possédant de nombreuses paires d'appendices souvent modifiés. Ils sont représentés par les gammares, les talitres, les caprelles...
Sous-ordre Hyperiidea Hypérides Yeux de grande taille ; plaques coxales petites ou nulles.
Famille Phronimidae Phronimes Antennules très courtes chez la femelle et allongées chez le mâle ; patte 5 terminée par une pince.
Genre Phronima
Espèce sedentaria

Nos partenaires