Gonnelle

Pholis gunnellus | (Linnaeus, 1758)

N° 122

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique

Clé d'identification

Corps très allongé
9 à 13 ocelles noirs à bord blanc disposés le long de la base de la nageoire dorsale
Nageoires pelviennes réduites

Noms

Autres noms communs français

Sigouine de roche (Québec), papillon de mer

Noms communs internationaux

Rock gunnel (GB), Butterfish (GB), Goneda (E), Butterfisch (D), Botervis (NL), Borboleta-de-mar (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Blennius gunnellus Linnaeus, 1758
Centronotus gunnellus (Linnaeus, 1758)
Ophidion imberbe Linnaeus, 1758
Gunnellus cornubiensium Seba, 1759
Blennius europaeus Zuiew, 1779
Muraenoides sujef Lacépède, 1800
Ophidium fulvescens Rafinesque, 1810
Ophidium mucronatum Mitchill, 1815
Gunnellus vulgaris Fleming, 1828
Muraenoides guttata Yarell, 1836
Gunnellus affinis Reinhardt, 1837
Gunnellus ingens Storer, 1850
Gunnellus macrocephalus Girard, 1850

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

On trouve cette espèce dans l’Atlantique Nord-Ouest et Nord-Est depuis les côtes d’Islande jusqu'à La Rochelle. On la rencontre également dans la mer Blanche et la mer Baltique.

Biotope

Espèce rencontrée en milieu marin ou en eaux saumâtres principalement sur les côtes rocheuses depuis les cuvettes en milieu intertidal mais elle peut descendre jusqu’à 100 m de profondeur en hiver. Elle peut rester émergée sous des pierres ou parmi les algues et les crampons de laminaires.

Description

Le corps est allongé et fait penser à une anguille. Il est comprimé latéralement et porte une nageoire dorsale longue, unie à la queue et à la nageoire anale. La bouche est petite, en oblique et orientée vers le haut.
Les nageoires pelviennes sont réduites et disposées sous les nageoires pectorales.
Les écailles sont petites et la peau est gluante.
Coloration brunâtre à jaunâtre avec 9 à 13 ocelles noirs à bord blanc disposés le long de la base de la nageoire dorsale. Mesure jusqu’à 25 cm de longueur.

Espèces ressemblantes

En Atlantique Nord-Ouest, deux espèces proches peuvent être rencontrées :
- Stichaeus punctatus, la stichée arctique, mais celle-ci a le museau très pointu, relevé vers le haut, et des ocelles moins marqués.
- Ulvaria subbifurcata, l'ulvaire à deux lignes, mais celle-ci n'est active que la nuit, et ne possède qu'une tache sur la nageoire dorsale. Son œil est traversé par une bande sombre oblique.

Alimentation

Cette espèce se nourrit de petits crustacés, d’annélides polychètes, de mollusques et d’œufs de poissons.

Reproduction - Multiplication

La maturité sexuelle est atteinte à l’âge de trois ans.
Le mâle arbore alors une livrée plus sombre, à l'exception des nageoires pectorales d'un beau jaune vif.
La ponte a lieu de novembre à janvier. Les femelles pondent de 80 à 200 œufs sphériques et collants sous une pierre ou dans une coquille de bivalve vide, à une profondeur inférieure à 25 m. Ils sont gardés par l’un des parents, le plus souvent la femelle, qui cesse alors de s’alimenter jusqu'au moment de l’éclosion.

Divers biologie

Les prédateurs de la gonnelle comprennent divers poissons osseux de la famille des gadidés, des poissons-plats (pleuronectidés) et des phoques.

Cette espèce commune n’a pas d’importance économique.

La gonnelle est parfois présentée au public dans les aquariums.

Cette espèce respire de l’air lorsqu’elle est émergée.

Informations complémentaires

Ce poisson peut être approché par un plongeur qui saura se montrer calme et discret.

Origine des noms

Origine du nom français

La gonnelle -ou gonelle- désigne un chaperon de femme, c'est à dire un capuchon terminé par une sorte de pélerine, élément de coiffe classique entre les XIIe et XVe siècles. Il fut par ailleurs ensuite adopté par les hommes, avec un modèle adapté. Il peut être de toutes les couleurs, même si, le plus ordinairement, il se trouvait en noir ou en rouge.
Ce nom aurait été donné à ce poisson à cause de l'allure de sa tête ?

Papillon de mer : à cause des couleurs vives du mâle, notamment en période de reproduction. Peut-être aussi à cause des ocelles ? Mais attention, ce nom désigne plusieurs autres espèces, notamment des Gastropodes pélagiques.

Origine du nom scientifique

Pholis: du grec [phol-] = écaille, désigne les taches sur le corps ou sur les écailles d’un animal,

gunnellus
provient de la latinisation du nom commun.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Zoarcoidei Zoarcoïdes Perciformes caractérisés par un corps allongé et des nageoires pelviennes en position avancée.
Famille Pholidae Pholidés
Genre Pholis
Espèce gunnellus

Nos partenaires