Ascidie blanche

Phallusia mammillata | (Cuvier, 1815)

N° 319

Méditerranée, Atlantique

Clé d'identification

Animal solitaire, blanc
Port dressé, ventru
Tunique épaisse avec de nombreuses bosses arrondies
Siphons inhalant et exhalant nettement séparés
Fixé par sa base

Noms

Autres noms communs français

Ascidie mamellonée, ascidie mamillaire, phallusie, gicleur des mers, ascidie bosselée (utilisé par Cuvier)

Noms communs internationaux

White sea-squirt (GB), Pigna di mare (I), Ascidia blanca (E), Weisse Seecheide (D), Witte zakpijp (NL)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce se rencontre dans toute la Méditerranée et sur les côtes de l'Atlantique à sa proximité.

Biotope

On retrouve cette espèce sur des surfaces très diverses, fonds rocheux, sableux ou vaseux, de la surface (2 à 3 m de profondeur) à 200 m.

Description

Forme solitaire d'ascidie pouvant atteindre une taille de 20 cm de haut, cette espèce a un corps revêtu d'une épaisse tunique cartilagineuse, avec de nombreuses bosses saillantes et arrondies disposées irrégulièrement. Sa couleur est blanche, translucide avec des reflets bleuâtres. Son port est droit, fixé au substrat par la base. Elle est traversée de part en part par l'eau grâce à deux siphons : inhalant et exhalant.

Espèces ressemblantes

Styela plicata, l'ascidie plissée partage les mêmes biotopes. Sa tunique également bosselée et sa couleur parfois semblable à celle de Phallusia mammillata peuvent être sources de confusion avec cette espèce.

Alimentation

Cet animal est dit filtreur actif : l'eau pénètre par l'orifice buccal, le siphon buccal, muni d'une couronne de tentacules sensoriels capables par contraction de boucher l'entrée aux objets aspirés de trop grande taille. Le liquide, qui entre, débouche à l'intérieur d'un sac branchial, pour être véhiculé au niveau de fentes : les trémas. Il passera alors dans la cavité dite péribranchiale avant de ressortir par le siphon cloacal, le siphon exhalant.
Les particules contenues dans l'eau sont retenues au niveau des fentes du filtre. Elles seront enrobées par du mucus et constitueront un agrégat nutritif qui sera emmené à l'estomac par l'œsophage grâce au mouvement des cils.
La digestion est facilitée par l'action de la glande digestive accolée à l'estomac.
Les déchets de la digestion seront évacués par un intestin assez long au niveau d'un anus débouchant à proximité du siphon exhalant.

Reproduction - Multiplication

Elle est dite sexuée. Les ovules fécondés par les spermatozoïdes donneront une larve particulière valant une place à part et particulière à cet embranchement, juste avant les vertébrés.
En effet, chaque larve, planctonique, ressemble à un têtard muni d'un axe : la corde (chorda dorsalis), équivalent d'une colonne vertébrale.
Cette larve libre va rapidement venir se fixer tête la première au substrat pour se métamorphoser progressivement vers la forme adulte. Au cours de cette modification d'aspect, la queue et la corde vont régresser.

Divers biologie

La tunique qui recouvre le corps des ascidies est composée de substances organiques et inorganiques, notamment la tunicine appelée « cellulose animale ». Ces ascidies, tout comme les animaux composant le sous-embranchement des Tuniciers, sont les seuls à posséder cette substance caractérisant le règne végétal.

Origine des noms

Origine du nom français

Ascidie : du grec [ascid] = petite outre,
blanche : en raison de sa couleur commune.

Origine du nom scientifique

Phallusia, phallus : membre viril, allusion à sa forme et à son maintien,
mammillata : mamelonnée (Rémy Perrier IX), par allusion à son aspect.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Phlebobranchia Phlébobranches Le sac branchial* a des sinus longitudinaux qui portent ou non des papilles internes mais qui ne sont jamais plissés. Ascidies essentiellement solitaires. Gonades* situées sur l’anse du tube digestif ou à proximité.
Famille Ascidiidae Ascidiidés Espèces solitaires et très répandues.
Genre Phallusia
Espèce mammillata

Nos partenaires