Blennie palmicorne

Parablennius sanguinolentus | (Pallas, 1814)

N° 1532

Méditerranée, mer Noire, Atlantique Est

Clé d'identification

Corps dépourvu d'écailles et visqueux
Aspect ventru
Tentacules supraorbitaires courts, ramifiés en forme de main
Nageoires pectorales ponctuées de rouge
4 à 6 petites taches blanches à mi-hauteur des flancs
Nageoires pelviennes jugulaires

Noms

Autres noms communs français

Baveuse, bavarelle, blennie sanguinolente, baveuse sanguinolente

Noms communs internationaux

Rusty blenny, Black Sea blenny (GB), bavosa sanguigna (I), Lagartina (E), Blutstriemen-Schleimfisch (D), Llepissós, futarra sangosa (catalan), Babica balavica (Croatie), Barburiq deti (Albanie), Stiktosaliara (Grèce), Catel-de-mare, corosbina (Roumanie), Morskaya sobachka (Ukraine)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Blennius phollis (non Linnaeus, 1758)
Blennius sanguinolentus Pallas, 1814
Blennius palmicornis (Valenciennes, 1836)

Distribution géographique

Méditerranée, mer Noire, Atlantique Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

P. sanguinolentus est présente en Atlantique Est, des côtes marocaines aux côtes françaises jusqu'à l'estuaire de la Loire sans atteindre la Bretagne. Elle vit également en mer Méditerranée (à l'exception des côtes libyennes, égyptiennes et turques) et en mer Noire.

Biotope

La blennie palmicorne affectionne les eaux peu profondes (0 à 5 m) à fond pierreux, les éboulis et surtout les plages de galets de nos calanques sous lesquels elle s'abrite. Son activité est uniquement diurne.

Description

La blennie palmicorne est une grosse blennie commune en Méditerranée sur les petits fonds, sa taille adulte se situe entre 15 et 19 cm. Très craintive, elle se montre peu. Son corps est allongé et comprimé latéralement. Il est dépourvu d'écailles, très lisse et visqueux en raison d'un mucus qui recouvre la peau. Le profil ventral est souvent prononcé, donnant au poisson un aspect ventru. Le museau est aplati, la tête au profil oblique est assez massive et les yeux haut placés. Les ouvertures operculaires se rejoignent sous la gorge.
Le corps est gris beige, brunâtre à verdâtre et moucheté de taches sombres diffuses. Si elle est effrayée, sa couleur devient brun jaunâtre, très clair. Un alignement de 4 à 6 petites taches blanches est souvent remarquable à mi-hauteur des flancs sur la moitié postérieure du corps.
Les tentacules supraorbitaires (placés au-dessus des yeux), sont courts et ramifiés en forme de main à 4-9 doigts.
Les nageoires sont composées de rayons mous et épineux, ces derniers ayant tout de même une consistance molle. Les pelviennes ont une position jugulaire. Les pectorales sont finement ponctuées de rouge ou de roux. La nageoire dorsale est d'une hauteur sensiblement uniforme.
Le premier rayon de la nageoire anale, chez le mâle, montre une excroissance adipeuse. En période de reproduction (fin du printemps), les mâles deviennent très sombres, presque noirs, avec des lèvres et une gorge bleuâtres.
La bouche renferme jusqu'à 42 petites dents serrées et très saillantes sur chaque mâchoire.

Espèces ressemblantes

Sa coloration spécifique et son habitat ne devraient pas permettre de confusion avec d'autres blennies, mais voici tout de même quelques clés d'espèces :

Les blennies du genre Lipophrys ne présentent aucun tentacule supraorbitaire.

Blennius ocellaris et Parablennius gattorugine possèdent des bandes brun sombre verticales sur les flancs.

Parablennius zvonimiri : compte 6 à 8 taches blanches alignées sur le dos.

Alimentation

Parablennius sanguinolentus a une alimentation très diversifiée composée de végétaux et de petits invertébrés.

Reproduction - Multiplication

Espèce gonochorique* (à sexes séparés). La reproduction a lieu en fin de printemps (mai, juin). Les femelles déposent leurs œufs (3 000 - 12 000) sous une pierre ou dans une cavité rocheuse que le mâle surveille après les avoir fécondés et ce jusqu'à l'éclosion.

Vie associée

La sociabilité des blennies est excellente avec d'autres espèces, jusqu'à partager leur abri, ce qui n'est pas le cas avec des congénères avec qui la notion d'appropriation de territoire débouche souvent sur de violents combats ou au mieux sur des parades d'intimidation. En aquarium, il est fortement conseillé de prévoir des abris bien séparés si plusieurs individus d'une même espèce sont présents.

Divers biologie

Le corps, dépourvu d'écailles, est couvert d'un épais mucus qui a un rôle protecteur, évitant l'abrasion de la peau dûe aux frottements sur la roche. En eau peu profonde, le balancement des vagues est très important, c'est un facteur contre lequel les organismes présents doivent lutter.

Il est très amusant d'observer une blennie au seuil de son abri pour sa manière d'observer ce qui se passe autour d'elle. Même si c'est un caractère propre à de nombreuses espèces, l'indépendance des yeux permet au poisson de regarder dans deux directions simultanément ; il peut par exemple suivre un intrus qui passe au-dessus de lui de l'œil gauche pendant que l'œil droit guette une proie qui s'approche inconsciemment. Vous pouvez toujours vous entraîner … !

Informations complémentaires

Pêchée par les amateurs de soupe de poissons de roche en zones pierreuses et peu profondes. Malgré son penchant pour les végétaux, la blennie palmicorne apprécie également les appâts courants : arénicoles, chair de moule, …

Origine des noms

Origine du nom français

Blennie : dérivé du nom de genre scientifique,
palmicorne : forme palmée des tentacules supraorbitaires.

Origine du nom scientifique

Parablennius :
- [para] préfixe grec signifiant à côté de ou qui ressemble à,
- blennius du grec [blennos] = morveux, relatif au mucus qui recouvre le poisson (également de l'ancien grec [blenna] = mucus).

sanguinolentus : vient directement du latin = sanguinolent.
L'adjectif « sanguinolent » serait attribué à cette blennie pour sa robe maculée de petites taches sombres ou parce que cette blennie a tendance à saigner par les ouïes lorsqu'elle est capturée ou à cause des taches rouges sur les nageoires pectorales.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Blennioidei Blennioïdes
Famille Blenniidae Blenniidés Nageoire dorsale unique.
Genre Parablennius
Espèce sanguinolentus

Nos partenaires