Blennie pilicorne

Parablennius pilicornis | (Cuvier, 1829)

N° 705

Atlantique tempéré et tropical, Méditerranée occidentale

Clé d'identification

Petit poisson de 8 à 12 cm
Une seule nageoire dorsale très longue
Les yeux sont situés haut sur la tête
Quatre tentacules oculaires au dessus des yeux en forme de « fourche de moissonneur »
Réseau de lignes claires en nid d'abeille sur les joues

Noms

Autres noms communs français

Blennie de Vanderveken

Noms communs internationaux

Fringe blenny (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Blennius pilicornis
Blennius pantherinus
Blennius filicornis

Blennius ater
Blennius niger
Pictiblennius niger

Blennius fascigula Barnard, 1927
Blennius trifascigula
Blennius vandervekeni
Poll, 1959

Distribution géographique

Atlantique tempéré et tropical, Méditerranée occidentale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Atlantique tempéré et tropical, du golfe de Gascogne à la Namibie, le long des côtes d'Afrique et les îles Canaries, bassin occidental de la Méditerranée. Présent également en Atlantique Ouest.

Biotope

Fonds rocheux, avec de nombreuses anfractuosités, de trois mètres à quarante mètres environ, exposés au courant et au ressac.

Description

Ce petit poisson de 8 à 12 cm de long, au corps souple, peu comprimé latéralement, présente au dessus de chaque œil une touffe de quatre tentacules en « fourche de moissonneur ». Leur taille ne dépasse pas le tiers du diamètre de l’œil, sauf parfois le plus antérieur. Des tentacules, plus petits, entourent aussi l'orifice de chaque narine.
Les yeux sont situés très haut sur la tête.
La nageoire dorsale unique porte 12 rayons épineux et 21 rayons mous, la nageoire anale 2 rayons épineux et 23 rayons mous. Les nageoires pelviennes, en baguette, sont situées sous la gorge et servent d'appui sur le substrat*.
La coloration est variable mais on retrouve constamment un réseau de lignes claires en nid d'abeille sur les joues.
En livrée standard, le corps est couvert de dessins à lignes claires entourant des taches plus sombres, dessinant des bandes verticales grossièrement en forme de H.
En livrée sombre, les mâles reproducteurs sont d'un noir bleuté presque uni sur tout le corps, mais le dessin en nid d'abeille des joues reste visible. Une tache arrondie claire ou sombre, parfois bleue, décore l'avant de la nageoire dorsale. Le tentacule oculaire le plus antérieur devient plus long, et constitue un caractère sexuel secondaire.
En livrée claire à bandes sombres, le corps, irrégulièrement clair, garde comme le souvenir des marques verticales en H. Une large bande sombre, à bords irréguliers court de l’œil à la base de la queue. Une autre ligne sombre souligne la base de la nageoire dorsale.
En livrée jaune, tout le corps et la tête sont d'un jaune uniforme, plus ou moins pâle ou orangé. Les dessins en nid d'abeille des joues sont toujours présents. La blennie pilicorne est la seule blennie européenne à arborer cette couleur jaune.
La proportion entre les différentes livrées est variable d'un lieu et d'une saison à l'autre. Aucune relation n’a été établie entre une livrée et un âge ou un sexe particulier, à part la livrée noire des mâles reproducteurs.

Espèces ressemblantes

En livrée à bandes sombres, elle ressemble beaucoup à la blennie de Roux, Parablennius rouxi. Celle-ci est plus svelte, la bande noire est bien limitée et elle n'a pas de ligne sombre médio-dorsale.
La blennie gattorugine, Parablennius gattorugine, est plus grande, ses tentacules oculaires sont plus nombreux et ramifiés “en sapin”.
En livrée standard, il y a possibilité de confusion avec la blennie diabolo, Parablennius incognitus, mais les tentacules oculaires sont plus longs, et les dessins des flancs sont rétrécis au milieu, en forme de diabolo, et plus nets que les H de la blennie pilicorne.

Alimentation

Le régime alimentaire de la blennie pilicorne est peu connu. Elles peuvent être nécrophages* (observation par le rédacteur d’individus en train de nettoyer une carapace de crabe mort).
Cela ne signifie pas, pour autant, qu’elles soient exclusivement nécrophages.

Reproduction - Multiplication

A la fin du printemps et en début d'été, les mâles reproducteurs prennent leur livrée foncée, et leurs tentacules antérieurs s'allongent. Ils choisissent une anfractuosité ou une coquille d'huître morte et délimitent un territoire d'exclusivité. Plusieurs femelles vont déposer leurs œufs successivement sur un même territoire. Le mâle féconde au passage les œufs qui se collent à la paroi interne du trou. Le mâle garde les œufs pendant le temps d’incubation qui varie en fonction de la température de l’eau, de l’ordre de 2 semaines à 19 °C. À l’éclosion, les larves* sont planctoniques* puis rejoignent le fond progressivement. Le mâle reste à garder les œufs plus longtemps que la durée d’incubation en raison du décalage entre les différentes pontes ; les femelles ne viennent pas toutes pondre en même temps.

Divers biologie

C'est une espèce commune dans les biotopes* favorables. A part les mâles en surveillance de leur ponte, elles sont posées sur les rochers, changent fréquemment de poste d'observation, et font de brèves incursions dans la colonne d’eau en nageant rapidement quelques dizaines de centimètres.

Informations complémentaires

Si elles sont effarouchées par le plongeur, elles ne s'éloignent jamais beaucoup et reviennent dès le calme revenu.
Il ne semble pas qu'elles fassent l'objet d'aucune pêche, ni ne mordent à aucun appât.
Captures accessoires au chalut.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom français est la traduction littérale du nom latin.

Origine du nom scientifique

Para est un préfixe grec qui signifie « à côté de - » ou « qui ressemble à - ».
Il y a deux étymologies possibles pour blennie : du latin [blennus] = benêt, sot ou du grec [blennos] = morveux (allusion soit au lait, soit à la viscosité). La blennie est un poisson recouvert de mucus.
pilicornis des deux mots latins [pilus-i] = poil, cheveu et [cornu-us] = corne, pointe. Cette dénomination fait référence à la forme des tentacules oculaires.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Blennioidei Blennioïdes
Famille Blenniidae Blenniidés Nageoire dorsale unique.
Genre Parablennius
Espèce pilicornis

Nos partenaires