Badèche de roche

Mycteroperca venenosa | (Linnaeus, 1758)

N° 4341

Atlantique tropical Ouest

Clé d'identification

Corps robuste et fusiforme
Corps et tête pâles, recouverts de taches ovales sombres
Nageoires bordées d'une étroite bande noire
Extrémité des pectorales jaune vif
Caudale légèrement concave

Noms

Autres noms communs français

Vieille à carreaux (Guadeloupe), vierge tachetée (Martinique), vieille marbrée, capitaine rouge, capitaine à ailes jaunes, mérou albacore, mérou-tigre mais ce nom est attribué à Mycteroperca tigris

Noms communs internationaux

Yellowfin grouper, princess rockfish, red rockfish (GB), Bonaci de piedra, cuna cabrilla, arigua (E), Badejo serigado (P), Leoparden Zackenbarsch (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Perca venenosa Linnaeus, 1758
Trisotropis venenosus
(Linnaeus, 1758)
Bonaci cardenal Parra, 1787
Bodianus apua Bloch, 1790
Bodianus marginatus Bloch & Schneider, 1801
Johnius guttatus Bloch & Schneider, 1801
Serranus cardinalis Valenciennes, 1828
Serranus rupestris Valenciennes, 1833
Serranus petrosus Poey, 1860
Mycteroperca bowersi Evermann & Marsh, 1900

Distribution géographique

Atlantique tropical Ouest

Zones DORIS : Caraïbes

Dans la zone de l'Atlantique tropical Ouest, on retrouve la badèche de roche dans toute la zone caraïbe, depuis le nord de la Floride et les Bermudes jusqu'aux côtes brésiliennes sud, à la latitude de Sao Paulo.
Elle semble cependant absente à l'ouest du golfe du Mexique.

Biotope

Les adultes de cette espèce vivent sur les zones rocheuses et les récifs coralliens, alors que les juvéniles préfèrent les étendues d'herbe à tortue (Thalassia testudinum). Les pêcheurs reportent aussi des captures dans des zones vaseuses.
On la rencontre entre 5 et 35 m de profondeur, même si elle peut s'aventurer plus profondément (il existe un signalement à 137 m).
Poisson solitaire et sédentaire, il choisit son habitat en fonction des refuges procurés, comme les grottes ou les épaves par exemple, plutôt qu'en fonction de la nourriture immédiatement accessible. Les petits individus n'hésitent pas à se poser sur le fond.

Description

La badèche de roche présente un corps robuste et fusiforme, pouvant mesurer jusqu'à 1 m de longueur (longueur moyenne de 50 cm) et un profil à grande bouche prognathe* et au front convexe.
Globalement, le corps est pâle, recouvert, tête comprise, de taches presque ovales et sombres, de couleur rousse, verdâtre ou même noire. Ces taches donnent un effet approximatif d'alignement longitudinal sur le corps. Elles s'estompent avec l'âge, tout en restant visibles sur le dos. Elles sont alors accompagnées de nombreux petits points noirs.
Chez les jeunes, le ventre est souvent rouge orangé. Chez certains individus, jeunes ou petites femelles, les taches ovales sont franchement rouges.
La partie molle de la nageoire dorsale, la caudale, l'anale et les pelviennes sont bordées d'une étroite marge noire et d'un fin liseré blanc, alors que l'extrémité des nageoires pectorales est jaune vif (d'où le nom anglais de cette espèce : yellowfin grouper). La nageoire caudale est tronquée, légèrement concave.
Un léger dimorphisme* sexuel existe pour cette espèce : les mâles sont plus gros que les femelles, ils se distinguent par une tache jaune de chaque côté de la mâchoire inférieure alors que, chez les femelles, cette mâchoire est rougeâtre.
La ligne latérale* est continue ; le corps est recouvert d'écailles cténoïdes* ; le préopercule* est arrondi.

Espèces ressemblantes

Dans la même aire géographique, Mycteroperca tigris, le mérou-tigre, est très semblable, mais il se caractérise par les lignes claires, diagonales, qui strient le haut de son dos.
De même pour Mycteroperca bonaci, la badèche bonaci, qui peut devenir plus grande (jusqu'à 1,3 m de longueur) et qui est caractérisée par une robe quadrillée brune sur fond clair.
Enfin, Mycteroperca interstitialis, la badèche à gueule jaune, est tachée elle aussi, mais dans des tons beaucoup plus clairs. Sa lèvre supérieure, l'extrémité des rayons épineux de sa dorsale et l'extrémité des pectorales sont jaune vif.

Alimentation

Carnivore, la badèche de roche se nourrit de poissons (espèces de récif) et de calmars. Elle nage très bien et fonce sur sa proie qu'elle avale entière.

Reproduction - Multiplication

La badèche de roche est hermaphrodite* séquentiel, protogyne* (d'abord femelle, puis mâle) et le changement de sexe a lieu quand le poisson atteint 65 à 80 cm (entre 8 et 9 ans), alors que la maturité sexuelle est obtenue quand le poisson atteint 50 cm de longueur (vers 4 ou 5 ans).
La période de reproduction dure environ trois mois mais se produit à différentes périodes de l'année suivant les localisations. Quelques jours après la pleine lune, on observe des rassemblements importants, jusqu'à plusieurs centaines d'individus. Les mâles ont alors une livrée à tête pâle et se positionnent à côté des femelles, en produisant des sons de basse fréquence. Les couples remontent régulièrement vers la surface et expulsent leurs gamètes* avant de se séparer et de retourner vers le fond.
Les œufs et les larves* sont planctoniques* et celles-ci se déposent sur le substrat* entre une semaine et deux mois après l'éclosion. Les alevins sont alors rouges, tachés de clair.

Vie associée

En dehors de l'homme, les requins sont leurs principaux prédateurs.
Les juvéniles sont les proies des rascasses invasives Pterois spp.

Divers biologie

La composition des nageoires est de XI épines et 15 à 16 rayons mous pour la dorsale et de III épines et 10 à 12 rayons mous pour l'anale.
Le record de poids connu est de 18,5 kg pour cette espèce.
L'espérance de vie de cette espèce est de 31 ans.

Informations complémentaires

C'est une espèce solitaire qui ne se regroupe qu'en période de frai.
Dans certaines régions, elle est connue comme pouvant transmettre, lorsqu'on la mange, une intoxication de type ciguatera*.

Réglementation

Depuis 2004, ce mérou est classé "NT", soit Near Threatened, dans la liste rouge de l'UICN*, c'est-à-dire "quasi-menacé", avec un statut de conservation jugé préoccupant. Le classement NT a été conservé en 2018. Ce constat est dû à la surpêche (à Cuba, aux Bermudes, aux îles Vierges, au Mexique et à Porto Rico), alors que les mesures de protection sont très limitées. Il est notamment pêché lors des grands rassemblements en période de frai*. Depuis 1980, les populations ont baissé de 30 %, sans qu'un revirement ne soit espéré pour les prochaines années. Il faudrait, pour enrayer cette baisse, une vraie gestion de la pêche et une protection étendue des sites de frai.

Origine des noms

Origine du nom français

Badèche : de l'espagnol [abadejo] = lieu jaune, probablement de [abad] = abbé,
de roche : en lien avec l'habitat de ce mérou.

Origine du nom scientifique

Mycteroperca : du grec [mykter] = nez et du grec [perke] = perche,
venenosa : du latin [venenosus] = vénéneux, car ce mérou est réputé toxique depuis longtemps (ciguatera).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Serranidae Serranidés 1 à 3 épines sur l’arrière de l’opercule.
Genre Mycteroperca
Espèce venenosa

Nos partenaires