Mulet à grosse tête

Mugil cephalus | Linnaeus, 1758

N° 2595

Cosmopolite de toutes les zones côtières tropicales, subtropicales et tempérées

Clé d'identification

Corps long, à section ovale et d'aspect robuste
Couleur généralement gris argenté, bleuâtre
Tête large et aplatie
Lèvre supérieure mince
Deux nageoires dorsales

Noms

Autres noms communs français

Cabot, caridou, meuil, muge, muge à grosse tête, muge cabot, muge céphale, mugo fangous, mujou, mulet, mulet-cabot, mulet jaune, mulet jeune, mulet voilé, testard, mujou testu, varidou (Provence), mujou pensard, carida (Nice), muzzari, mazzerdu, capocchiu (Corse), ramado, Yol négré (Languedoc), cremole (Antilles), poisson queue bleue (Nlle-Calédonie) et encore bien d'autres noms locaux ou régionaux

Noms communs internationaux

Flathead mullet, bright mullet, bully mullet, callifaver mullet, common grey mullet, flathead grey mullet, black mullet, grey mullet, haarder, hardgut mullet, mangrove mullet, mullet, river mullet, sea mullet, springer, striped mullet, black true mullet (GB), Baldigare, bolpina, capazzone, capocefalo, capozzo, capuozzo, cefalo mazzone, cefalo verace, cefalo vero, cefalu, ciavarini, cievolo, firzetta, gefalu, glissà, lissa, massun, mattarello, mazzone, mecia, meciatino, meciato, mesciarino, mugella, muggine, muggine caparello, mujelle, muletta, mulettu, musai , musao neigro, muza, muzao, muzzeru, muzzulu, ngefanu, pisciammano, siegolo, sievolo, testone, tistuni, tueppe, volpina, volpino, vopina, zievalo (I), Lisa, albur, bullûa, cabeçut, cabezudo, cachamba, capitán, capiton, cap pla, céfalo, galupe, iliça de cap gros, iliça sabada, ilissa lobarrera, lebranche, lisa cabezuda, lisa común, lisa pardete, lisa rayada, lissa amaria, liza cabezona, lizarra, llizza, machu, machuto, mugil, mugil común, mujol, mule, muxo, pardete, pordete (E), Grosskopf (D), Diklipharder, aalder (NL), Mugem, tainha cabeça achatada (P), Zoule (Mauritanie), Diabaï, guiss (Sénégal)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Mugil albula Linnaeus, 1766
Mugil our Forsskal, 1775
Mugil crenilabis our Forsskal, 1775
Mugil provensalis Risso, 1810
Mugil lineatus Valenciennes, 1836
Mugil cephalotus Valenciennes, 1836
Mugil japonicus Temminck and Schlegel, 1845
Mugil dobula Gunther, 1861
Mugil ashanteensis Bleeker, 1863
Mugil cephalus ashanteensis Bleeker, 1863
Myxus superficialis Klunzinger, 1870
Mugil gelatinosus Klunzinger, 1872
Mugil occidentalis Castelnau, 1873
Mugil mexicanus Steindachner, 1876
Myxus caecutiens Gunther, 1876
Mugil grandis Castelnau, 1879
Mugil muelleri Klunzinger, 1880
Mugil mulleri Klunzinger, 1880
Mugil hypselosoma Ogilby, 1897
Myxus barnardi Gilchrist and Thompson, 1914

Distribution géographique

Cosmopolite de toutes les zones côtières tropicales, subtropicales et tempérées

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest, Eau douce d'Europe

Mugil cephalus a une distribution très large ! Vivant proche des côtes de toutes les mers tropicales, subtropicales et tempérées, on peut trouver l'espèce :
Dans le Pacifique Est (de la Californie au Chili) et le Pacifique Ouest (du Japon à l'Australie, y compris en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie. Observé en mer d'Okhotsk).
Elle vit aussi dans l'océan Indien (de l'Inde à Afrique du Sud, en passant par Mayotte et La Réunion).
L'espèce est présente dans l'Atlantique Ouest (depuis le Canada jusqu'au Brésil -la question de sa présence se pose néanmoins pour les Bahamas et les Caraïbes- elle est répertoriée en Guyane) et dans l'Atlantique Est (du golfe de Gascogne à l'Afrique du Sud).
Le mulet à grosse tête est également présent en Méditerranée et en mer Noire.

Biotope

Catadrome*, le mulet à grosse tête vit en eau douce (estuaires et rivières) après être né en mer (salinité de 0 à 790 0/00).
Mais il peut aussi vivre près des côtes, dans les mangroves* et lagons entre 0 et 120 m, dans une eau comprise entre 8 °C et 24 °C.
En Méditerranée, le mulet à grosse tête entre dans les étangs et les lagunes littoraux à la fin de l'automne pour repartir se reproduire en mer au début de l'été. C'est à ce moment-là qu'il est pêché pour ses œufs (la poutargue), principalement à Martigues (13) et en Sardaigne (Italie) mais d'autres petites exploitations locales existent, comme vers Bastia (Corse).
Il est intéressant de noter que d'autres mulets, le mulet lippu et le mulet-porc, font le chemin inverse en regagnant les étangs au printemps et en les quittant au début de l'hiver.

Description

Le mulet à grosse tête a un corps allongé d'environ 35-50 cm, voire 70 cm, de section ovale et d'aspect robuste. Sa couleur est généralement gris argenté, bleuâtre (parfois plus ou moins blanche, olive ou marron), s'éclaircissant sur les flancs et le ventre clair. Parfois des lignes longitudinales grises et des reflets dorés sont présents sur la partie dorsale. La ligne latérale* est rarement visible. Une petite tache noire est souvent présente à l'aisselle des pectorales.
La tête aplatie est large, des paupières adipeuses* sont bien développées (mais pas toujours bien visibles sous l'eau, à cause de leur transparence) et protègent les yeux proches du museau. Sa bouche possède des dents droites, denses et fines, habituellement sur plusieurs rangées. La commissure finit sous le niveau postérieur de la narine. Sa lèvre supérieure est fine et lisse.
Il a deux nageoires dorsales : la première avec quatre épines et la seconde avec 8-9 rayons mous. La nageoire anale, jaunâtre, possède 8 rayons mous et 3 épines ; les nageoires pectorales ont 16-19 rayons ; l'écaille axillaire* pectorale est bien développée et fait environ un tiers de la longueur de la nageoire.
Les nageoires ventrales, anale et le lobe inférieur de la caudale sont parfois de couleur jaune (mais pas forcément).
Les écailles, disposées en séries latérales (36-45), sont cycloïdes* (lisses).

Espèces ressemblantes

Il y a, sur les côtes françaises européennes, principalement cinq autres espèces de muges ou mulets :

- Le mulet doré (Liza aurata), dont la lèvre supérieure est fine, montre une tache dorée operculaire* très nette. Pas de tache noire à la base des longues pectorales pointues.
- Le mulet-porc (Liza ramada) est caractérisé par ses petites écailles et il a une tache noire à la base des pectorales. Fine lèvre supérieure.
- Le muge sauteur (Liza saliens), dont la lèvre supérieure est très fine, présente un corps plus élancé que celui des autres muges et a souvent des taches dorées au niveau de l'opercule. Pas de tache noire à la base des longues pectorales pointues.
- Le mulet lippu (Chelon labrosus) montre une lèvre supérieure plus épaisse que M. cephalus, avec des petites dentelures sur le bord inférieur. Parfois, sont visibles une tache operculaire diffuse de couleur jaune or et une tache sombre à l'aisselle des pectorales. Les nageoires sont généralement gris sombre. Vue de dessus, la tête de C. labrosus est plus pointue que chez M. cephalus.
- Le mulet labeon (Oedalechilus labeo), principalement méditerranéen méridional, est reconnaissable à sa lèvre supérieure très épaisse, lisse et surélevée. Son ventre est un peu renflé, d'où l'aspect "trapu".

D'autres espèces fréquentent par exemple la Méditerranée orientale, comme le mulet errant Liza carinata ou le mulet à lèvres rouge Liza haematocheila...
Dans les Caraïbes, fréquentées par M. cephalus, il peut aussi y avoir une confusion avec le mulet blanc (Mugil curema). Mais le mulet blanc est distinguable par ses écailles qui s'étendent sur les nageoires dorsales et anale. Le mulet blanc a 9 rayons à la nageoire anale alors que le mulet à grosse tête en a 8 chez l'adulte.
Le mulet noir Mugil capurii est une espèce de l'Atlantique tropical qui ressemble beaucoup à M. cephalus mais sa tête est plus étroite, le front moins busqué.

La confusion est encore possible avec le loup -ou bar- (Dicentrarchus labrax) mais la forme du corps ainsi que l'allure et la position de la bouche sont très différentes. Autre critère de distinction pratique : chez D. labrax, la nageoire pectorale est en dessous de la pointe de l'opercule branchial alors que chez le mulet, elle est au-dessus.

Alimentation

Les mulets à grosse tête sont des poissons à alimentation diurne.
Les juvéniles se nourrissent de zooplancton* (micro-crustacés, copépodes, larves de moustique, et débris de plantes pour les larves arrivées en eau douce).
Puis les individus plus larges consommeront des micro-algues, des détritus organiques et de petits invertébrés trouvés sur le fond ou sur les algues et les herbiers.
On observe souvent des groupes de poissons prendre des bouchées de sédiment sur le fond, semblant brouter le sable.
Leur long tractus gastro-intestinal et une portion stomacale ressemblant à un gésier leur permettent de filtrer et de digérer les détritus organiques parmi les sédiments.
Les mulets peuvent aussi aspirer les bio-films d'algues qui se développent à la surface et dans l'écume.

Reproduction - Multiplication

Espèce gonochorique*, il n'y a pas de dimorphisme* sexuel visible. La reproduction a lieu généralement de juillet à octobre.
Les muges Mugil cephalus qui atteignent la maturité sexuelle vers 3-4 ans se rassemblent loin des côtes en grand banc pour frayer. Les femelles peuvent pondre de 0,5 à 2,6 millions d'œufs jaune pâle et légèrement flottants (0,72 mm).
Les larves* (2,4 mm) éclosent 48 heures après fécondation et dériveront dans le plancton en direction des côtes et estuaires.

Divers biologie

Si la taille de l'animal adulte se situe communément autour de 40 à 60 cm, la littérature estime que des individus pourraient atteindre 120 cm pour un poids de 8 kg.
Les adultes grandissent rapidement avec un taux de 3,8 - 6,4 cm par an avec une taille plus importante pour les femelles.

Mugil cephalus fournit un important service écologique de nettoyage en débarrassant les détritus organiques des fonds sableux ou des herbiers. Il est aussi un important lien entre l'écosystème côtier et l'estuaire en participant au flux de matière entre ces milieux.

Un individu de 16 ans détient le record de longévité observée.

Informations complémentaires

Ces poissons diurnes vivant en bancs sont faciles à observer entre 0 et 20 m près des fonds sableux ou boueux en train de brouter le sable. Ils ne fuient pas les plongeurs.

L'espèce est abondamment pêchée, c'est le plus commun des mulets. Les captures peuvent être mises en aquaculture.

Les effectifs des populations sont stables dans la plupart des aires de répartition. Le statut UICN est : « préoccupation mineure ».

La famille des Mugilidés, au niveau de l'ensemble des mers, est riche de 17 genres avec une centaine d'espèces. Des représentants fossiles sont identifiés depuis le Priabonien, période qui appartient à l'Eocène et qui remonte à -35 millions d'années.

Origine des noms

Origine du nom français

Mulet : du grec [mullos] qui désignait des poissons de mer, dont les rougets et les mulets, ou muges, font partie.
Muge : du latin [mugil], qui désigne un poisson de mer à tête obtuse et deux petites nageoires sur le dos.

A grosse tête : pour sa tête aplatie relativement large.

Origine du nom scientifique

Mugil : mot latin qui désigne le mulet.

cephalus
: du grec [kephálaiov] = tête. Le nom grec kephalos désignait une espèce de mulet.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Famille Mugilidae Mugilidés 17 genres, environ 80 espèces. Écailles cycloïdes*, corps puissant, tête large, deux dorsales dont la 1ère épineuse. Intestin extrêmement long, de 24 à 26 vertèbres.
Genre Mugil
Espèce cephalus

Nos partenaires