Pétoncle noir

Mimachlamys varia | (Linnaeus, 1758)

N° 468

Mer du Nord à l'Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Deux valves bombées
Oreillettes asymétriques
Côtes écailleuses
Couleur foncée
Fixé

Noms

Autres noms communs français

Pétoncle varié, pétoncle bigarré, olivette, péton, pétonche, bistronquette, vanette, petite vanne, amande, conchiliana, pitchilina, pigna, pelegrino, pachelino, pagelino

Noms communs internationaux

Variegated scallop (GB), Sliogàn mara (Irl), Zamburina (E), Mantelbunter (D), Jomfrusters (DK), Leque variado (P), Kténi (GR), Canestrelli di mar (I), Bonte mantel (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Chlamys varia, (Linnaeus, 1758)
Pecten varius (Linnaeus, 1758)
Pecten monotis Da Costa, 1778
Ostrea subrufa Gmelin, 1791
et de nombreux autres synonymes avec beaucoup de sous espèces ou variétés.

Distribution géographique

Mer du Nord à l'Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Il est présent du sud de la Norvège au nord du golfe de Guinée, en Méditerranée et en Adriatique.

Biotope

On rencontre le pétoncle noir le plus souvent du bas de la zone des marées à 8/10 m, bien qu'il puisse exceptionnellement être trouvé à plus de 800 m.
Généralement fixé au rocher ou à tout support suffisamment solide, il peut se déplacer, après avoir rompu son byssus.
Il nage en expulsant l'eau par un battement rapide de ses valves, comme de nombreux autres peignes.

Description

Le pétoncle noir se reconnaît facilement à ses deux valves bombées, pratiquement identiques, à ses oreillettes fortement asymétriques, à ses côtes écailleuses, squameuses, de nombre variable (de 25 à 35).
La forme est globalement ovale avec une encoche d'implantation du byssus* assez profonde.
La coloration est très variable, allant du blanc au noir, avec une plus grande fréquence de teintes sombres : rouge foncé, marron violacé avec des motifs irréguliers, discernables dans les coloris les plus clairs.
La valve droite est un peu moins convexe que la gauche et souvent un peu plus claire.
La taille moyenne : 40/60 mm, peut aller jusqu'à 80 mm.

Espèces ressemblantes

Crassadoma multistriata (Poli 1795), plus petite, côtes plus nombreuses, couleurs en général plus claires ;
Aequipecten opercularis (Linnaeus 1758), Pétoncle blanc ou Vanneau, toujours de couleur claire, avec moins de côtes, plus lisses (de 16 à 25) ;
Chlamys islandica (Müller O.F. 1776), le Pétoncle d'Islande, présent jusqu'en Manche, en profondeur (150 à 200 m) dont les valves portent de nombreuses côtes peu marquées ;
Flexopecten glaber (Linnaeus 1758), le Pétoncle glabre, présent des côtes portuguaises à la Méditerranée (en particulier dans le Bassin de Thau) plus petits et dont les valves ont de 9 à 13 côtes bien arrondies.

Alimentation

Filtreur, se nourrit de bactéries, de phytoplancton* (algues, dinoflagellés).

Reproduction - Multiplication

Hermaphrodite* successif et ovipare*, le pétoncle noir, mâle dans ses premières années, devient femelle ensuite.
La reproduction s'effectue au printemps et en automne, suivant les régions.

Vie associée

Sa relative sédentarité, autant que la rugosité de ses valves en font un support de choix pour de nombreuses espèces d'algues encroûtantes et d'invertébrés : éponges, crustacés, vers, hydraires, etc...

Divers biologie

Le pétoncle noir lui-même se fixe parfois sur d'autres animaux : ascidies, coquilles Saint-Jacques, coquilles d'huîtres.
En effet, lorsque les larves, au terme de leur vie pélagique*, tombent sur le fond, elles doivent rapidement trouver un support pour se fixer et éviter d'être entraînées par le courant.
Malgré tout, la mortalité est importante chez les juvéniles, dévorés par les crabes, les céphalopodes et certains poissons (daurades royales, pagres, raies, roussettes)

Informations complémentaires

La pêche du pétoncle noir est pratiquée occasionnellement au moyen de dragues dans quelques zones du littoral de la Manche et de l'Atlantique.
Il est également très recherché par les collectionneurs qui en distinguent une demi-douzaine de formes en fonction de la coloration, du blanc pur de la forme alba, à la forme brun foncé rubra-fusca.

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Mimachlamys : du latin [mima] = mime et du grec [chlamys] = vêtement sans manche, sorte de tunique plissée (chlamide) rappelant l'aspect plissé des valves de pétoncle.
varia du latin [varius] = varié : allusion à l'extrême variété de coloris du pétoncle noir.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Pteriomorphia Ptériomorphes Muscle adducteur postérieur développé, antérieur réduit.
Ordre Ostreoida Ostréoïdes Adultes sans pied. Pas de byssus chez les adultes (il se résorbe à l'âge de un an et demi à deux ans). Souvent fixés au substrat par la valve gauche par un ciment calcaire. Charnière sans dent. Cartilage ligamentaire dans une fossette triangulaire.
Famille Pectinidae Pectinidés

Coquille plate, arrondie, avec des côtes ou des plis radiaux. De part et d'autre du crochet, des "oreilles". Le bord du manteau porte de nombreux tentacules sensoriels et des yeux. Un seul grand muscle adducteur.

Genre Mimachlamys
Espèce varia

Nos partenaires