Alcyon brun

Maasella edwardsi | (de Lacaze-Duthiers, 1888)

N° 288

Méditerranée

Clé d'identification

Petites colonies (hauteur 1-2 cm)
Bouquets de 5 à 15 polypes, reliés entre eux par des stolons
Couleur brune
Péristome vert
Grands sclérites blancs

Noms

Noms communs internationaux

Brown alcyonarian (GB), Maasella bruna (I), Maasella marrón (E), Braune Lederkoralle (D), Bruine dodemansduim (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Paralcyonium Edwardsii de Lacaze-Duthiers, 1888
Maasella edwardsii (de Lacaze-Duthiers, 1888)
Fascicularia edwardsii de Lacaze Duthiers, 1900
Fascicularia Milne Edwards, Bérenguier, 1954
Viguieriotes edwardsii Laubier, 1966

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce endémique* méditerranéenne, observée à Naples, Marseille, Banyuls-sur-Mer, ainsi qu'en Corse et en Algérie.

Biotope

Cette espèce vit sur la roche et surtout sur le coralligène*, avec une préférence pour les surfaces horizontales riches en sédiment. Parfois sur les rhizomes* des posidonies. On rencontre Maasella entre 2 et 35 mètres de profondeur, mais surtout vers les 20 m.

Description

Les colonies mesurent entre 1 et 2 cm de haut et comportent des touffes de 5 à 15 polypes. L'espèce est de couleur brune, ce qui la rend, avec ses dimensions modestes, difficile à trouver. Il faut vraiment examiner le fond de près pour la voir... Pourtant, dans la région de Banyuls-sur-Mer, on a pu dénombrer jusqu'à 32 colonies par m² ! Ces colonies sont formées de petits bouquets de polypes. Plusieurs de ces bouquets peuvent être reliés par des stolons* en général invisibles (souvent recouverts par des algues calcaires): ce n'est qu'en pinçant une touffe qu'on verra d'autres touffes voisines se rétracter, preuve d'un lien entre elles. La coloration générale brune est due aux zooxanthelles* commensales*, tandis que le péristome* vert doit sa coloration à d'autres algues unicellulaires symbiontes, les zoochlorelles. Les grands sclérites* blancs sont visibles à l'œil nu.

Espèces ressemblantes

Paralcyonium spinulosum : plus grande (3-10 cm), translucide (pas de zooxanthelles*), plus profonde (22-90 m).

Alimentation

Inconnue, probablement planctonique, mais aussi apports nutritifs par la photosynthèse* des zooxanthelles* symbiotiques*.

Reproduction - Multiplication

Inconnue, sauf que des œufs ont été observés en mai.

Vie associée

Les stolons* sont souvent recouverts par des algues calcaires.

Divers biologie

Rarement observée car difficile à repérer (espèce petite, couleur brune), elle n'est néanmoins pas extrêmement rare : à Banyuls, elle a été rencontrée dans 16 stations différentes sur 40 étudiées (40%). Dans la région marseillaise, elle semble être plus rare.

Origine des noms

Origine du nom français

Mythologie grecque. Oiseau fabuleux nichant en mer. Lorsqu'il couve ses oeufs (quinze jours centrés sur l'équinoxe d'automne), la mer est toujours calme. Cette créature a plusieurs origines possibles :
1°) Céyx (fille de l'étoile du matin - Vénus ?) et une des pléiades, Alcyone, mariés, se comparèrent à Zeus et Héra. Ils furent pour leur "crime" transformés en oiseaux.
2°) Filles du géant Alcyonée (fils d'Ouranos et de Gaïa) qui, à la mort de celui-ci, se jetèrent à la mer et furent transformées en oiseaux.
3°) La plus connue dit que la pléiade Alcyonne se jette à la mer après la mort dans un naufrage de Céyx, et fut là aussi transformée en oiseau.
Il paraît que le nid de la femelle alcyon est couvert d'épines et qu'avant de le bâtir elle enterre son mâle. Il n'y a à la fois que deux alcyons.

Origine du nom scientifique

Nommé d'après le biologiste allemand Otto Maas (Wiesbaden (?), 1867-1916) et le biologiste français Henri Milne Edwards (Bruges, 23 octobre 1800 – Paris, 29 juillet 1885).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Octocorallia / Alcyonaria Octocoralliaires / Alcyonaires Anthozoaires coloniaux, parfois solitaires. Polypes de petite taille à symétrie radiaire d’ordre 8 (8 tentacules portant 2 rangées de pinnules). Exosquelette calcaire ou spicules calcaires ou fibres organiques.
Ordre Alcyonacea Alcyonacés Octocoralliaires dont les polypes sont enfouis dans un coenosarc épais plus ou moins calcifié. Polypes allongés qui restent accolés les uns aux autres en bouquets. Spicules fusiformes et épineux. Ce groupe renferme les alcyons (ou coraux mous), les gorgones, et les coraux vrais.
Sous-ordre Alcyoniina Alcyoninés / Alcyonides Coraux mous vrais, ou alcyons.
Famille Alcyoniidae Alcyonidés

 

Genre Maasella
Espèce edwardsi

Nos partenaires