Strombe géant

Lobatus gigas | (Linnaeus, 1758)

N° 380

Mer des Caraïbes

Clé d'identification

Coquille massive
Ouverture rose lisse et brillante
Pied musculeux puissant
Yeux pédonculés
Opercule corné long en croissant

Noms

Autres noms communs français

Lambi, conque

Noms communs internationaux

Pink conch, queen conch (GB), Coborosado, cobo (E), Riesenflügelschnecke, Königs-Conch (D), Grote kroonslak (NL), Teccizmama chez les Aztèques, Caracol rosa (Mexique), Cambute (Costa Rica), Carrucho (Puerto Rico)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Strombus gigas Linnaeus, 1758

Distribution géographique

Mer des Caraïbes

Zones DORIS : Caraïbes

Cette espèce se rencontre dans toute la zone Caraïbe, des Bermudes au Brésil.

Biotope

Cette espèce fréquente les zones sableuses peu profondes et les prairies de phanérogames (herbes à tortues et herbes à lamantins), de 1 m à 35 m de profondeur. On peut cependant la trouver jusqu'à 60 m.

Description

La coquille massive du strombe géant peut atteindre 30 cm de longueur. Il est doté d'un puissant pied musculeux. L'opercule corné long en forme de croissant lui permet de creuser le sable ou d'avancer par bonds. La coquille est couverte de nombreuses excroissances coniques. L'intérieur de la coquille est lisse et brillant. La couleur varie du rose au jaune d'or.
Une échancrure à la base de la coquille permet au strombe d'observer les alentours à l'aide de ses yeux pédonculés caractéristiques et cerclés de jaune. La tête porte aussi deux tentacules sensoriels plus courts.

Espèces ressemblantes

On peut le confondre avec Lobatus costatus, le strombe laiteux qui est plus petit (10 à 20 cm) et dont la coquille blanchâtre est épaisse et possède un pavillon peu développé.

Alimentation

Le strombe se nourrit d'algues et de phanérogames ainsi que de détritus organiques dans les zones sableuses à faible profondeur.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée.
La ponte forme un long cordon de gelée collante qui contient les œufs microscopiques. En forme de croissant de 10 à 15 cm et ressemblant à une pelote de laine, la ponte peut contenir environ 400 000 œufs.

Vie associée

Sa coquille volumineuse est souvent couverte d'organismes qui s'y fixent.

Divers biologie

La larve véligère* possède une minuscule coquille transparente. Après trois semaines passées dans le plancton*, la larve se pose sur le fond et se métamorphose. Chez le strombe adulte, la coquille forme un large pavillon étalé appelé aussi lèvre (ou labre).
L'opercule est utilisé par l'animal comme levier afin de se redresser ainsi que pour progresser par bonds en avant. L'opercule lui sert aussi pour la défense contre les crabes et les poissons prédateurs.
Le strombe géant produit parfois des perles roses très recherchées.
La coquille du jeune strombe (avant un an) possède un bord coupant.
A trois ans, la lèvre ou pavillon commence à se développer. A partir de quatre ans, le strombe est adulte et la lèvre est épaisse et bien développée.

Informations complémentaires

Lorsque le plongeur s'approche du strombe, celui-ci se rétracte dans sa coquille mais avec un peu de patience, le plongeur peut observer les yeux du strombe qui ressortent de sa coquille afin d'observer son entourage.

Instrument de communication :
La conque de strombe (du latin [concha] = coquillage) désigne tous les grands coquillages marins dont les navigateurs se servaient comme de trompe. Elle était déjà connue chez les Aztèques et dans tous les pays de l'Amérique centrale. Elle était utilisée pour communiquer à distance, en particulier pour annoncer le départ et l'arrivée des pêcheurs. Elle annonçait aussi de grands évènements de la vie (naissance, mariage, mort). Il existait un véritable dialecte du lambi. De nos jours aux Antilles les orchestres de Carnaval l'utilisent pour le rythme.
Production de chaux :
Dès l'installation des colons en Martinique, vers 1635, la production de chaux s'est mise en place, non seulement pour les constructions (élaboration des mortiers et enduits) mais aussi en agriculture (préparation des engrais) et dans la fabrication du sucre (ajouté aux mélasses). Le lambi était la matière première, utilisée de façon industrielle très prisée pour la fabrication de la chaux par les chaufourniers.

Alimentation :
Pour les premiers colons européens et leurs esclaves, le lambi constituait la principale source de protéines. Dans toutes les Antilles et surtout aux Bahamas, il constituait la nourriture de base pour les indigènes. Actuellement, il fait partie des aliments typiques de la cuisine créole où il est accommodé de multiples façons, sous forme de ragoût, de beignets ou de soupe. Tout comme le poulpe, il faut le battre afin de l'attendrir.

Décoration :
Le strombe se retrouve dans l'art des mayas ; les murs du temple de Quetzal, au Mexique, sont ornés d'un grand nombre de strombes.
Plus récemment, la coquille de strombe géant était encore utilisée pour la confection de camées roses et blancs mais ces bijoux sont peu appréciés car ces couleurs passent rapidement.
Aux Antilles, de nombreuses coquilles de lambi ornent encore les tombes des pêcheurs, en particulier dans le cimetière de Port-Louis en Guadeloupe.

Souvenir : Le transport des coquilles de lambi est interdit. Bien que la pêche au lambi soit autorisée en Guadeloupe et qu'on trouve de nombreuses coquilles vides caractérisées par un trou à l'arrière de la coquille, leur transport reste interdit par la Convention de Washington. Vous risquez une forte amende si vous êtes contrôlé par les douanes.

Réglementation

Cette espèce fait partie des espèces protégées par la convention de Washington depuis 1994. Elle figure à l'annexe II, c'est-à-dire parmi les espèces non menacées actuellement mais qui pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n'était pas étroitement contrôlé.
En Guadeloupe, la pêche est strictement réglementée et réservée aux professionnels. La capture des lambis est interdite du 1 avril au 31 août.

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Strombus latinisation d'un mot provenant du grec [strombos] signifiant toupie : c'est donc un coquillage en spirale. Le strombe géant est aujourd'hui rattaché au genre Lobatus, (latin) qui signifie lobé.

gigas : du grec [gigas] = géant.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre Littorinimorpha Littorinimorphes
Famille Strombidae Strombidés

Coquille biconique. Premiers tours de la coquille avec des côtes radiales puis des varices noduleuses. Large pavillon lisse et nacré, avec des expansions digitiformes, une échancrure près de la base du labre (pour le pédoncule oculaire). Pied musculeux, opercule corné long, courbe et étroit (en faux), dentelé d'un côté. Herbivores.

Genre Lobatus
Espèce gigas

Nos partenaires